V5443
Tehilim : Les liens de la mort m’ont submergé ; les détresses du néant m’ont atteint. J’ai connu le désarroi. Mais j’ai appelé Dieu



V5443 Tehilim : Les liens de la mort m’ont submerge ; les detresses du neant m’ont atteint. J’ai connu le desarroi. Mais j’ai appele Dieu

Les liens de la mort m’ont submergé ; les détresses du néant m’ont atteint. J’ai connu le désarroi. Mais j’ai appelé Dieu.




Les liens de la mort m’ont submergé ; les détresses du néant m’ont atteint. J’ai connu le désarroi. Mais j’ai appelé Dieu.



Dieu, permets à mon âme d’en réchapper !



( ; Tehilim : 116.3 )




Au milieu du chant de joie du Hallel, l’angoisse.



Elle peut toujours être présente, et s’emparer de ma vie.



Mais j’appelle Dieu.



Dieu, permets à mon âme d’en réchapper !



Que je puisse survivre à l’extrême difficulté.



Que mon chant puisse être un chant de bonheur.

Retour à la page d'accueil : ici