K4544
Tikoun Peracha : Devarim



K4544 Tikoun Peracha : Devarim

=========================
K4544
Devarim

Deutéronome Devarim

01.01
03.22
=========================


1.1
Voici les paroles que Moïse adressa à tout Israël, de l'autre côté du Jourdain, dans le désert, dans la plaine, vis-à-vis de Suph, entre Paran, Tophel, Laban, Hatséroth et Di Zahab.
1.2
Il y a onze journées depuis Horeb, par le chemin de la montagne de Séir, jusqu'à Kadès Barnéa.



( ; Devarim : 1.1 )




La Tora, comme Moché la comprend.



Comme il désire qu’Israël l’accueille.



Sa personnalité est tout entière contenue dans Devarim.



Tout humble qu’il fut, il n’était pas insignifiant.



Ses propres idées sont contenues dans ce livre.



Mekhilta



Quatre choses de la Tora lui posaient problème :



L’éducation



Le calendrier, et les fêtes



Les lois alimentaires



Sifri en ajoute deux autres :



Le temple



Les sacrifices



Un chemin de vie, qu’il illustre en tout.



40 années dans le désert.



Pourtant, onze jours de marche auraient suffi…



Réduit en esclavage, pendant si longtemps, Israël doit beaucoup apprendre.



Y est-il parvenu ?




1.11
Que l'Éternel, le Dieu de vos pères, vous augmente mille fois autant, et qu'il vous bénisse comme il vous l'a promis!
1.12
Comment porterais-je, à moi seul, votre charge, votre fardeau et vos contestations?



( ; Devarim : 1.11 )




Moché aime Israël.



"Que Dieu vous multiplie !"



Après le veau d’or, il refuse absolument la proposition de Dieu, de fonder un nouvel Israël, à partir de lui-même.



Le "véritable", suivant l’expression révoltante de saint Augustin.



Il n’a plus la force…



Sur la suggestion de Yitro, confirmée par Dieu, il nomme des chefs intermédiaires, des juges.



Mais quelle déception !



Ceux-ci n’ont aucune envergure.



Ils ne s’occupent que de vétilles.



Procéduriers, et imbéciles…




2.26
J'envoyai, du désert de Kedémoth, des messagers à Sihon, roi de Hesbon, avec des paroles de paix. Je lui fis dire:
2.27
Laisse-moi passer par ton pays; je suivrai la grande route, sans m'écarter ni à droite ni à gauche.
2.28
Tu me vendras à prix d'argent la nourriture que je mangerai, et tu me donneras à prix d'argent l'eau que je boirai; je ne ferai que passer avec mes pieds.
2.29
C'est ce que m'ont accordé les enfants d'Ésaü qui habitent en Séir, et les Moabites qui demeurent à Ar. Accorde-le aussi, jusqu'à ce que je passe le Jourdain pour entrer au pays que l'Éternel, notre Dieu, nous donne.
2.30
Mais Sihon, roi de Hesbon, ne voulut point nous laisser passer chez lui; car l'Éternel, ton Dieu, rendit son esprit inflexible et endurcit son coeur, afin de le livrer entre tes mains, comme tu le vois aujourd'hui.



( ; Devarim : 2.26 )




Désert de Kédémot.



Les principes premiers, qui surplombent tous les autres.



Kadmos, qui fonda Thèbes, en Grèce.



Qui lui apporta l’écriture.



Frère d’Europe, qui civilisa l’univers.



A la fois, des merveilles et des horreurs.



Deux civilisations parallèles.



Elles se rencontrent, elles se fécondent.



Elles s’inspirent.



Des beautés mutuelles.



Qui illuminent la vie des hommes.

Retour à la page d'accueil : ici