K4540
Tikoun Peracha : Balak



K4540 Tikoun Peracha : Balak

=========================
K4540
Balak

Nombres Bamidbar

22.02
25.09
=========================


22.2
Balak, fils de Tsippor, vit tout ce qu'Israël avait fait aux Amoréens.
22.3
Et Moab fut très effrayé en face d'un peuple aussi nombreux, il fut saisi de terreur en face des enfants d'Israël.
22.4
Moab dit aux anciens de Madian: Cette multitude va dévorer tout ce qui nous entoure, comme le bœuf broute la verdure des champs. Balak, fils de Tsippor, était alors roi de Moab.




( ; Bamidbar : 22.2 )




Balak très effrayé par le sionisme…



Israël menaçant.



"On va me dévorer, comme le bœuf broute la verdure des champs."



Je vais disparaître, avalé…



Ari



Balak, fils de Tsipor, est le frère de Tsipora.



Le beau-frère de Moché.



De même, Bilam est le beau-frère de Yaacov.



C’est Kemouel, avi Aram, né du mérite de Yaacov auprès de Lavan, alors que, jusqu’ici, celui-ci n’avait pas de garçons.



Balak, hostile à Moché.



Bilam, le christianisme, hostile à Yaacov.



Une histoire des vindictes, des inimitiés.



Que faire contre Israël ?



Le faire maudire.



Faire appel à Bilam, expert en malédictions.



Il sait attiser la colère divine.



La diriger contre un adversaire, un ennemi.



Bilam, le christianisme…



Fasciné par Israël, dont il a beaucoup reçu.



Mais le détestant aussi.



Persécutant.



Volant.



Brûlant.



Synagogue aveugle.



Nous, nous sommes clairvoyants.



Haïr ceux à qui Dieu a donné la Tora.



Déclarer que leur dieu est un cyclope, un avorton.



Un vague dieu tribal, alors que le nôtre est universel.



Plein d’amour.



Eux, les indignes, ne connaissent que la haine…




22.5
Il envoya des messagers auprès de Balaam, fils de Beor, à Pethor sur le fleuve, dans le pays des fils de son peuple, afin de l'appeler et de lui dire: Voici, un peuple est sorti d'Égypte, il couvre la surface de la terre, et il habite vis-à-vis de moi.
22.6
Viens, je te prie, maudis-moi ce peuple, car il est plus puissant que moi; peut-être ainsi pourrai-je le battre et le chasserai-je du pays, car je sais que celui que tu bénis est béni, et que celui que tu maudis est maudit.



( ; Bamidbar : 22.5 )




Les vouer à la mort, ces maudits, qui sont les enfants du mal.



Qu’ils soient les témoins, dans leurs malheurs, de leur terrible crime :



Ils ont tué Dieu, leur dieu, notre dieu.



L’ont fait souffrir, tandis qu’ils l’assassinaient sur une croix.




22.12
Dieu dit à Balaam: Tu n'iras point avec eux; tu ne maudiras point ce peuple, car il est béni.



( ; Bamidbar : 22.12 )




Béni ?



Dieu infect.



Partisan.



Il n’est autre que le diable.




22.22
La colère de Dieu s'enflamma, parce qu'il était parti; et l'ange de l'Éternel se plaça sur le chemin, pour lui résister. Balaam était monté sur son ânesse, et ses deux serviteurs étaient avec lui.



( ; Bamidbar : 22.22 )




Dieu a interdit à Bilam de se livrer à cette mission perverse de malédiction.



Mais comme son ardeur maudissante est grande, il l’autorise à répondre à Balak.



"Mais tu ne diras que ce que je te dirai de dire."



Discours chrétien prisonnier.



Emberlificoté dans la haine.



Et prétendant qu’il s’agit d’amour…



Saint Augustin



"Quand le christianisme persécute, il s’agit d’amour…"




23.8
Comment maudirais-je celui que Dieu n'a point maudit? Comment serais-je irrité quand l'Éternel n'est point irrité?
23.9
Je le vois du sommet des rochers, Je le contemple du haut des collines: C'est un peuple qui a sa demeure à part, Et qui ne fait point partie des nations.
23.10
Qui peut compter la poussière de Jacob, Et dire le nombre du quart d'Israël? Que je meure de la mort des justes, Et que ma fin soit semblable à la leur!



( ; Bamidbar : 23.8 )




Talmud



Dieu, pendant toute cette époque, ne s’est pas mis en colère.




24.5
Qu'elles sont belles, tes tentes, ô Jacob! Tes demeures, ô Israël!



( ; Bamidbar : 24.5 )




Je t’envie, Yaacov !



Mais je ne suis pas digne de toi.



Tu me surpasses infiniment.



C’est moi qui suis aveugle, et non toi !



Bilam ne peut rien contre Israël.



Il conseille à Balak de le débaucher, en le rendant idolâtre.




25.1
Israël demeurait à Sittim; et le peuple commença à se livrer à la débauche avec les filles de Moab.
25.2
Elles invitèrent le peuple aux sacrifices de leurs dieux; et le peuple mangea, et se prosterna devant leurs dieux.
25.3
Israël s'attacha à Baal Peor, et la colère de l'Éternel s'enflamma contre Israël.



( ; Bamidbar : 25.1 )




Balak prostitue sa propre fille, Cozbi.



Elle s’appelle ainsi :



*Cos bi.*



*Cos* est le con.



Elle a dit à son père, ardente dans sa mission :



"J’ai un con."



"Avec mon con, je vaincrai Israël."



A la recherche de Moché, elle se trompe.



S’en prend à Zimri, chef de la tribu sœur de Chimon.



L’enivre, le tente.



Elle veut bien se donner à lui, mais à condition qu’il adore son idole, de Moav.



Zimri s’y refuse.



Ce n’est pas un comportement divinement correct.



Mais il veut la fille…



Pour l’avoir, il a seulement besoin de se soulager sur l’idole.



Montrant à quel point il la méprise, la dédaigne.



Baal Peor ?



"Le dieu, maître de la laideur."



Lié à l’excrétion.



La vie, comme déchet.



Déchet de déchets.



Une épidémie se déclare.



Elle tue 24 000 personnes.



Pinhas, non empêché, comme Moché, par son mariage avec Tsipora, de Midian, s’élance.



Il tue Zimri et Cozbi.



Pour lui, 14 miracles se produisent.



N’enlaidissez jamais Dieu.



Ne le considérez pas comme identique à l’immonde idole de Moav.



Mais Moché n’a pas su faire face.



Il est enterré près de Baal Peor.



Dieu en tant que diable.



La caricature de la vie.



La halakha sans signification ni vérité, à la place de la merveilleuse lumière.



Celle qui, comme la femme,



"Te met debout sur tes jambes,"



"Et éclaire ton regard."



La femme selon Eliahou, qui en parle à Rabi Yossi.



Non Jézabel, femme de Ahab.

Retour à la page d'accueil : ici