K4508
Tikoun Peracha : Vayichlah



K4508 Tikoun Peracha : Vayichlah

=========================

K4508
Vayichlah

Genèse Berechit

32.04.
36.43
=========================


32.3
Jacob envoya devant lui des messagers à Ésaü, son frère, au pays de Séir, dans le territoire d'Édom.
32.4
Il leur donna cet ordre: Voici ce que vous direz à mon seigneur Ésaü: Ainsi parle ton serviteur Jacob: J'ai séjourné chez Laban, et j'y suis resté jusqu'à présent;
32.5
j'ai des bœufs, des ânes, des brebis, des serviteurs et des servantes, et j'envoie l'annoncer à mon seigneur, pour trouver grâce à tes yeux.

( ; Berechit : 32.3 )




Essav voulait tuer Yaacov.



A cause de la transaction sur l’aînesse.



A cause de la bénédiction volée.



Pour cette raison, Yaacov est parti.



Après 22 ans, il revient.



Envoie des messagers de paix à Essav.



Je veux trouver grâce à tes yeux…



Mais Essav est toujours furieux contre Yaacov.




32.6
Les messagers revinrent auprès de Jacob, en disant: Nous sommes allés vers ton frère Ésaü; et il marche à ta rencontre, avec quatre cents hommes.

( ; Berechit : 32.6 )




Essav vient à sa rencontre, avec quatre cents hommes armés…



Certainement, dans l’intention de lui nuire.




32.7
Jacob fut très effrayé, et saisi d'angoisse. Il partagea en deux camps les gens qui étaient avec lui, les brebis, les bœufs et les chameaux;

( ; Berechit : 32.7 )




Yaacov a peur…



Malgré les promesses de Dieu.



Midrach



Le juste n’a aucune certitude dans ce monde-ci.



Quelles que soient les promesses de Dieu.



Un monde incertain.




32.7
Jacob fut très effrayé, et saisi d'angoisse. Il partagea en deux camps les gens qui étaient avec lui, les brebis, les bœufs et les chameaux;
32.8
et il dit: Si Ésaü vient contre l'un des camps et le bat, le camp qui restera pourra se sauver.

( ; Berechit : 32.8 )




Peut-être ne pourrai-je sauver tous les miens…



Dans le danger, deux camps.



Espérant que l’un d’eux, au moins, sera indemne.



Une offrande pour Essav.



Pour l’amadouer.




32.24
Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu'au lever de l'aurore.
32.25
Voyant qu'il ne pouvait le vaincre, cet homme le frappa à l'emboîture de la hanche; et l'emboîture de la hanche de Jacob se démit pendant qu'il luttait avec lui.
32.26
Il dit: Laisse-moi aller, car l'aurore se lève. Et Jacob répondit: Je ne te laisserai point aller, que tu ne m'aies béni.
32.27
Il lui dit: Quel est ton nom? Et il répondit: Jacob.
32.28
Il dit encore: ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur.
32.29
Jacob l'interrogea, en disant: Fais-moi je te prie, connaître ton nom. Il répondit: Pourquoi demandes-tu mon nom? Et il le bénit là.
32.30
Jacob appela ce lieu du nom de Peniel: car, dit-il, j'ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée.
32.31
Le soleil se levait, lorsqu'il passa Peniel. Jacob boitait de la hanche.
32.32
C'est pourquoi jusqu'à ce jour, les enfants d'Israël ne mangent point le tendon qui est à l'emboîture de la hanche; car Dieu frappa Jacob à l'emboîture de la hanche, au tendon.

( ; Berechit : 32.24 )




Qui l’affronte ?



On ne le sait pas.



Des enseignements du midrach.



Un berger.



Un sage.



Un brigand.



Le prince de Essav.



Aucun des deux ne connaît l’autre.



L’homme cherche à toucher le sexe de Yaacov, pour savoir s’il est un homme ou un ange.



Il le lèse, à cet endroit-là.



Yaacov boite.



Ni entièrement innocent, ni entièrement coupable.



Il a une force qui lui permet de résister à celle de son mystérieux adversaire.



Celui-ci comprend qu’il ne parviendra pas à le vaincre.



Jamais.



Il veut partir.



Mais il est dans le pouvoir de Yaacov, qui l’en empêche.



Celui-ci lui demande :



"Bénis-moi."



Alors, je te laisserai partir.



Ton nom ne sera plus Yaacov, le tordu.



Mais Israël.



Celui dont Dieu est fier.



Une identité de prince, qui est toujours à conquérir.



Ne pas manger le sexe des animaux.



Ne pas s’exposer à boiter…



Rencontre de Yaacov et de Essav.




33.4
Ésaü courut à sa rencontre; il l'embrassa, se jeta à son cou, et le baisa. Et ils pleurèrent.

( ; Berechit : 33.4 )




C’est Essav qui prend l’initiative, dans un geste fraternel.



Il l’embrassa.



*Vayichakehou.*



Des points, au-dessus du mot.



Autant de points que de lettres.



Le texte dit ce qu’il dit.



Ou bien le contraire.



Rabi Chimon



Essav l’a embrassé de tout son cœur.



Ou bien



Midrach



Il l’a mordu…





33.12
Ésaü dit: Partons, mettons-nous en route; j'irai devant toi.
33.13
Jacob lui répondit: Mon seigneur sait que les enfants sont délicats, et que j'ai des brebis et des vaches qui allaitent; si l'on forçait leur marche un seul jour, tout le troupeau périrait.
33.14
Que mon seigneur prenne les devants sur son serviteur; et moi, je suivrai lentement, au pas du troupeau qui me précédera, et au pas des enfants, jusqu'à ce que j'arrive chez mon seigneur, à Séir.

( ; Berechit : 33.12 )




Essav



Faisons route ensemble.



Yaacov



Je ne le veux pas.



Dans la civilisation de Essav, Yaacov choisit un rôle marginal.



Il participe à cette civilisation, sans y participer.



C’est ce qu’il veut.



C’est ce qu’il fait.



Mais Dina sort vers les filles du pays.



Elle s’unit à Chkhem.



Ils ont une fille, qui épousera Yossef.



Chkhem aime Dina.



Son cœur s’attache à son âme.



Il parle à son cœur.



Un accord de paix est signé entre les deux identités, de Yaacov et de Chkhem.



Mais Chimon et Lévi le violent.



Ils assassinent toute la population de Chkhem.



Yaacov réprouve cet acte.



Il dit :



"On me haïra."

Retour à la page d'accueil : ici