K4449
Tikoun Peracha : Ki Tetse



K4449 Tikoun Peracha : Ki Tetse

=========================
K4449
Ki Tetse

Deutéronome Devarim

21.10
25.19

=========================


Quand tu iras en guerre contre tes ennemis, que l'Éternel, ton Dieu, les livrera en ton pouvoir, et que tu leur feras des prisonniers;

si tu remarques, dans cette prise, une femme de belle figure, qu'elle te plaise, et que tu la veuilles prendre pour épouse,

tu l'emmèneras d'abord dans ta maison; elle se rasera la tête et se coupera les ongles,

se dépouillera de son vêtement de captive, demeurera dans ta maison et pleurera son père et sa mère, un mois entier. Alors seulement, tu pourras t'approcher d'elle et avoir commerce avec elle, et elle deviendra ainsi ton épouse.

S'il arrive que tu n'aies plus de goût pour elle, tu la laisseras partir libre de sa personne, mais tu ne pourras pas la vendre à prix d'argent: tu ne la traiteras plus comme esclave, après lui avoir fait violence.

( ; Devarim : 21.10 )




Tu fais la guerre ?



Pour beaucoup, pour changer de vie.



Pour trouver une femme toute différente, bien excitante…



Tu l’annexes, lui fais subir tes habitudes.



Tu peux l’épouser : Quelle qu’elle soit, elle n’a rien d’horrible.



Etrangère ?



Quelle importance.



Mais quand tu te seras lassé d’elle, tu n’as pas le droit de l’humilier.



Jamais.



Parce que tu t’es servi d’elle.




Tu ne dois pas voir le bœuf ou la brebis de ton frère égarés et te dérober à eux: tu es tenu de les ramener à ton frère.



( ; Devarim : 22.1 )




Sois proche de quiconque est en difficulté.



Celui qui est comme toi.



Aussi bien que ton ennemi.



Toujours, une aide inconditionnelle.




Si tu rencontres en ton chemin un nid d'oiseaux sur quelque arbre ou à terre, de jeunes oiseaux ou des œufs sur lesquels soit posée la mère, tu ne prendras pas la mère avec sa couvée.

tu es tenu de laisser envoler la mère, sauf à t'emparer des petits; de la sorte, tu seras heureux et tu verras se prolonger tes jours.



( ; Devarim : 22.6 )




Nid d’oiseau de mystère…



Une aubaine, que tu ne peux aborder suivant ta fantaisie.



Mais selon des règles.



Tenant compte de la peine de la mère.



Œufs, oisillons, oiseaux dans leur maturité….



Niveaux intellectuels des uns et des autres.




Si une fille vierge est fiancée à quelqu'un, et qu'un homme, la rencontrant dans la ville, cohabite avec elle,

vous les conduirez tous deux à la porte de cette même ville et les ferez mourir par lapidation: la jeune fille, par la raison qu'elle n'a pas crié à l'aide, étant en pleine ville; et l'homme, par la raison qu'il a abusé de la femme d'autrui. Et tu extirperas le mal du milieu de toi

Mais si c'est dans les champs que l'individu a rencontré la jeune fiancée, s'il lui a fait violence en cohabitant avec elle, cet homme qui a cohabité avec elle mourra seul;

et à la jeune fille tu ne feras rien: elle n'a rien commis qui mérite la mort. Car, comme si un homme se jetait sur un autre et le tuait traîtreusement, ainsi s'est passée la chose.

En effet, c'est dans la campagne qui l'a rencontrée; la jeune fille aura crié, mais personne n'a pu la secourir.



( ; Devarim : 22.23 )




Femme, tellement fragile.



Démunie.



Attaquable.



Violable.



Dans un champ isolé, même si elle est consentante, elle a crié.



Ne sachant pas même son propre désir.




Ne livre pas un esclave à son maître, s'il vient se réfugier de chez son maître auprès de toi.

Laisse-le demeurer chez toi, dans ton pays, en tel lieu qu'il lui plaira, dans telle de tes villes où il se trouvera bien; ne le moleste point.



( ; Devarim : 22.16 )




Respecte la liberté de chacun.



La solitude de l’esclave qui fuit, et qui a bien besoin d’un appui.




Car l'Éternel, ton Dieu, a en horreur quiconque agit ainsi, quiconque fait une chose déloyale.


( ; Devarim : 22.16 )




Que tes actions soient toujours belles.



Jamais sordides.




Souviens-toi de ce que t'a fait Amalec, lors de votre voyage, au sortir de l'Egypte;

comme il t'a surpris chemin faisant, et s'est jeté sur tous tes traînards par derrière. Tu étais alors fatigué, à bout de forces, et lui ne craignait pas Dieu.

Aussi, lorsque l'Éternel, ton Dieu, t'aura débarrassé de tous tes ennemis d'alentour, dans le pays qu'il te donne en héritage pour le posséder, tu effaceras la mémoire d'Amalec de dessous le ciel: ne l'oublie point.



( ; Devarim : 25.17 )




Amalek t’a attaqué.



Abravanel



Sans aucune raison ; sans conflit.



Tu étais faible, découragé.



Ce mal, tu dois accepter de lutter contre lui.



Oublie-le, mais ne l’oublie pas…



Un fonctionnement étonnant de ta mémoire.

Retour à la page d'accueil : ici