K4408
Tikoun Peracha : Vayichlah



K4408 Tikoun Peracha : Vayichlah

=========================

K4408
Vayichlah

Genèse Berechit

32.04.
36.43
=========================


32.3
Jacob envoya devant lui des messagers à Ésaü, son frère, au pays de Séir, dans le territoire d'Édom.
32.4
Il leur donna cet ordre: Voici ce que vous direz à mon seigneur Ésaü: Ainsi parle ton serviteur Jacob: J'ai séjourné chez Laban, et j'y suis resté jusqu'à présent.

( ; Berechit : 32.3 )




Yaacov a peur se son frère.



Sa duplicité, sur l’aînesse, sur la bénédiction extorquée, ont conduit Essav a vouloir le tuer.



Il sait que Yossef est capable de tenir tête à Essav.



Mais c’est encore un enfant.



Des messagers, et un message.



"Je suis ton serviteur…"



Je ne revendique aucune aînesse.



Chez Lavan, je suis demeuré dans mon être.



J’ai habité avec lui, *garti*.



La valeur de ce mot est 613.



J’ai vécu complet, chez lui, avec tous les commandements.



Je ne me suis pas dénaturé.




32.22
Il se leva la même nuit, prit ses deux femmes, ses deux servantes, et ses onze enfants, et passa le gué de Jabbok.
32.23
Il les prit, leur fit passer le torrent, et le fit passer à tout ce qui lui appartenait.

( ; Berechit : 32.22 )




Dans l’incertitude, Yaacov cherche à préserver au moins la moitié de sa famille.



De graves dangers, des risques.




32.7
Jacob fut très effrayé, et saisi d'angoisse. Il partagea en deux camps les gens qui étaient avec lui, les brebis, les bœufs et les chameaux;
32.8
et il dit: Si Ésaü vient contre l'un des camps et le bat, le camp qui restera pourra se sauver.

( ; Berechit : 32.7 )




Connaissant les graves menaces qui pèsent sur les siens, les protéger le mieux possible.



Il ne peut préserver tous les siens.



Il connaît bien la mort qui menace.



Mais en les séparant, il les protège.




32.24
Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu'au lever de l'aurore.
32.25
Voyant qu'il ne pouvait le vaincre, cet homme le frappa à l'emboîture de la hanche; et l'emboîture de la hanche de Jacob se démit pendant qu'il luttait avec lui.
32.26
Il dit: Laisse-moi aller, car l'aurore se lève. Et Jacob répondit: Je ne te laisserai point aller, que tu ne m'aies béni.
32.27
Il lui dit: Quel est ton nom? Et il répondit: Jacob.
32.28
Il dit encore: ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur.
32.29
Jacob l'interrogea, en disant: Fais-moi je te prie, connaître ton nom. Il répondit: Pourquoi demandes-tu mon nom? Et il le bénit là.
32.30
Jacob appela ce lieu du nom de Peniel: car, dit-il, j'ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée.
32.31
Le soleil se levait, lorsqu'il passa Peniel. Jacob boitait de la hanche.

( ; Berechit : 32.24 )




Yaacov reste seul.



Personne ne se soucie de lui.



Personne ne le défend.



Personne n’éprouve envers lui la moindre sympathie.



Un homme le provoque…



Il le combat.



Qui est-il ?



Un ange.



Un prince d’en haut.



Le prince de Essav.



Quel est l’enjeu du combat ?



Midrach



Le *sar* prétend qu’il s’appelle Israël…



"Véritable Israël" de saint Augustin, des Pères de l’Eglise.



Mais il ne parvient pas à vaincre Yaacov.



Il s’en rend compte.



Il comprend qu’il ne parviendra jamais à le vaincre.



Alors, il demande :



Laisse moi partir.



Yaacov



Je ne te laisserai partir que lorsque tu m’auras béni…



Quand tu me reconnaîtras, comme source de bénédiction.



Non celui qui pénètre par effraction dans les bienfaits du monde.



L’ange accepte.



Il annonce à Yaacov sa bénédiction.



"Ton nom ne sera plus Yaacov, mais Israël."



"Parce que tu as combattu avec et contre Dieu, avec et contre les hommes, et que tu as tenu bon."



Tu as quatre qualités prodigieuses.



1)



Tu sais appuyer Dieu.



2)

Tu sais t’opposer à lui.



3)

Tu sais t’associer aux hommes.



4)

Et aussi, tu sais t’opposer à eux.



Nuances et véracité, liberté.



Etre de loyauté, de fidélité.



Mais aussi, de présence personnelle.



Tu sais t’opposer à Dieu, comme Prométhée s’opposa à Zeus.



En rien le conformisme, la docilité, l’anonymat.



Une grandeur qui transcende l’univers.



Qui lui donne sa valeur.



L’ange est intrigué :



Ai-je affaire à un homme ? A un ange ?



Pour le savoir, il lui touche les parties sexuelles, énigmatiques et incertaines.



C’est alors que Yaacov boite…



Traumatisé, dans ses quatre attitudes, dangereuses.



Mais il arrive à Chkhem…



Berechit 33.18



Yaacov est arrivé *chalem* dans la ville de Chkhem.



*Chalem*, complet.



Rav explique :



Il est complet dans son corps, dans sa Tora, dans ses biens.



Complet dans son corps ?



Il ne boite plus.




33.1
Jacob leva les yeux, et regarda; et voici, Ésaü arrivait, avec quatre cents hommes. Il répartit les enfants entre Léa, Rachel, et les deux servantes.
33.2
Il plaça en tête les servantes avec leurs enfants, puis Léa avec ses enfants, et enfin Rachel avec Joseph.
33.3
Lui-même passa devant eux; et il se prosterna en terre sept fois, jusqu'à ce qu'il fût près de son frère.
33.4
Ésaü courut à sa rencontre; il l'embrassa, se jeta à son cou, et le baisa. Et ils pleurèrent.

( ; Berechit : 33.1 )




Yaacov se prosterne sept fois devant Essav.



Il reconnaît sa domination, sa suprématie, la légitimité de son pouvoir.



Essav court à sa rencontre.



Dans un élan fraternel.



Ils s’embrassent.



Le mot *vayichakehou*, qui exprime le baiser, contient des points.



A égalité, des points qui confirment, et des points qui infirment.



D’où l’enseignement :



Un baiser-morsure.



Un grand attachement, mais aussi une grande haine…



Rabi Chimon ben Yohaï



Yalkout Chimoni



Bhaalotekha



Paragraphe 722



"On sait que Essav hait Yaacov."



"Mais, à ce moment, sa mansuétude pour lui s’est emparée de lui, et il l’a embrassé de tout son cœur."



Certains moments, pleins d’amour.



Mais d’autres, inspirés par une grande haine.



Que l’un des deux sentiments ne te fasse jamais oublier l’autre.

Retour à la page d'accueil : ici