K4341
Tikoun Peracha : Pinhas



K4341 Tikoun Peracha : Pinhas

=========================
K4341
Pinhas

Nombres Bamidbar

25.10
30.01
=========================


25.10
L'Éternel parla à Moïse, et dit:
25.11
Phinées, fils d'Éléazar, fils du sacrificateur Aaron, a détourné ma fureur de dessus les enfants d'Israël, parce qu'il a été animé de mon zèle au milieu d'eux; et je n'ai point, dans ma colère, consumé les enfants d'Israël.
25.12
C'est pourquoi tu diras que je traite avec lui une alliance de paix.
25.13
Ce sera pour lui et pour sa postérité après lui l'alliance d'un sacerdoce perpétuel, parce qu'il a été zélé pour son Dieu, et qu'il a fait l'expiation pour les enfants d'Israël.

( ; Bamidbar : 25.10 )




Pinhas, une vocation étrange…



Marginal, Moché ne l’a pas constitué Cohen, contrairement à Aharon, et à ses quatre oncles :



Nadav et Avihou, Eleazar et Itamar.



Il descendait de Yitro…



Et de Yossef…



Comme s’il s’agissait de mésalliances…



Alors que Moché a épousé la fille aînée de Yitro, Tsipora.



En tout, Pinhas est spécial, à part.



Non pour des raisons de naissance.



Par ses idées, ses choix.



Le Cohen ne tue pas.



S’il tue, il ne peut plus bénir.



Mais Pinhas tue.



Il se substitue à Moché, paralysé par le conflit :



"Qui donc t’a permis la Midianite ?"



Pinhas, très différent de Zimri.



Proche de Chimon et de Lévi, qui ont exterminé Chkhem.



Rumeur bourgeoise, en tout Israël :



"Il a tué un prince du peuple."



Non, il n’avait pas le droit de le faire.



C’était très grave.



Mais Dieu ne le condamne pas.



Au contraire, il approuve Pinhas.



Le nomme Cohen gadol…



La majorité des Cohanim guedolim proviendront de Pinhas.



Une nouvelle bourgeoisie se forme, face à l’ancienne…




26.1
A la suite de cette plaie, l'Éternel dit à Moïse et à Éléazar, fils du sacrificateur Aaron:
26.2
Faites le dénombrement de toute l'assemblée des enfants d'Israël, depuis l'âge de vingt ans et au-dessus, selon les maisons de leurs pères, de tous ceux d'Israël en état de porter les armes.

( ; Bamidbar : 26.1 )




Deux recensements, dans la Tora du désert.



Le premier, après la faute du veau d’or.



3 000 morts.



Que reste-t-il, en Israël ?



Ici, le deuxième, après l’hécatombe de Chitim, à Baal Peor.



24 000 morts.



Quelles sont les forces intactes d’Israël.



Dans Vayigach, 70 familles.



En vérité, 69, avec Yokheved marginale.



"Née entre les murailles."



Ici, non plus 70 familles, mais seulement 70.



Un tribut de 12 familles disparues, depuis la sortie d’Egypte.



Un reste qui cherchera, tant bien que mal, à assumer l’avenir.



Malgré tout ce qui s’est perdu.



Comme les 10 tribus perdues.



Comme toutes les hécatombes, ceux qui ne veulent plus rien à voir avec Israël.



Une autre richesse, plus indépendante.



Mais aussi, une perte d’un soi précieux.

Retour à la page d'accueil : ici