K4340
Tikoun Peracha : Balak



K4340 Tikoun Peracha : Balak

=========================
K4340
Balak

Nombres Bamidbar

22.02
25.09
=========================


22.2
Balak, fils de Tsippor, vit tout ce qu'Israël avait fait aux Amoréens.
22.3
Et Moab fut très effrayé en face d'un peuple aussi nombreux, il fut saisi de terreur en face des enfants d'Israël.
22.4
Moab dit aux anciens de Madian: Cette multitude va dévorer tout ce qui nous entoure, comme le bœuf broute la verdure des champs. Balak, fils de Tsippor, était alors roi de Moab.
22.5
Il envoya des messagers auprès de Balaam, fils de Beor, à Pethor sur le fleuve, dans le pays des fils de son peuple, afin de l'appeler et de lui dire: Voici, un peuple est sorti d'Égypte, il couvre la surface de la terre, et il habite vis-à-vis de moi.
22.6
Viens, je te prie, maudis-moi ce peuple, car il est plus puissant que moi; peut-être ainsi pourrai-je le battre et le chasserai-je du pays, car je sais que celui que tu bénis est béni, et que celui que tu maudis est maudit.

( ; Bamidbar : 22. 2)




Balak est saisi de terreur, devant Israël qui déferle…



Il est épouvanté, à l’idée de perdre son royaume.



Que faire, devant cet… Etat islamique ?



Il n’a pas la force de le combattre.



Il décide de faire appel à Bilam, qui sait attirer la colère de Dieu.



Que Bilam maudisse !



Sa malédiction est redoutablement efficace.




22.8
Balaam leur dit: Passez ici la nuit, et je vous donnerai réponse, d'après ce que l'Éternel me dira. Et les chefs de Moab restèrent chez Balaam.
22.9
Dieu vint à Balaam, et dit: Qui sont ces hommes que tu as chez toi?
22.10
Balaam répondit à Dieu: Balak, fils de Tsippor, roi de Moab, les a envoyés pour me dire:
22.11
Voici, un peuple est sorti d'Égypte, et il couvre la surface de la terre; viens donc, maudis-le; peut-être ainsi pourrai-je le combattre, et le chasserai-je.
22.12
Dieu dit à Balaam: Tu n'iras point avec eux; tu ne maudiras point ce peuple, car il est béni.

( ; Bamidbar : 22.8 )




Bilam, prophète parmi les peuples.



Le plus grand d’entre eux, dit le Talmud.



Il représente… Jésus.



La prophétie de Jésus repose sur Israël.



Pourtant, bien plus que Balak.



En effet, il souhaite la complète destruction d’Israël.



Alors que l’hostilité de Balak est purement politique.



Mais le christianisme se détruit lui-même, dans sa haine d’Israël.



Celle des Pères de l’Eglise, dans leurs multiples "Adversus Judaeos".



Egalement, saint Augustin.



Et Saint Jean Chrysostome.



L’Eglise est le véritable Israël.



Celui-ci est son rival, qui doit disparaître, ou se convertir.



Bilam-Jésus ne peut pas faire ce qu’il veut.



Il dépend entièrement des versets qu’il cite, dont beaucoup louent et vante le peuple qu’il hait.



Sept discours de Bilam.



Toujours, sa malédiction se mue en bénédiction.



Dieu, à cette époque, dit le Talmud, ne s’est pas mis en colère.



Et Dieu, lui aussi, a détourné la colère de Bilam :



Une malédiction qui bénit…



Finalement, déçu et proscrit, Bilam donne un conseil à Balak : Une autre méthode, pour anéantir Israël.



Il lui conseille d’envoyer sa propre fille, comme prostituée, pour dénaturer et détruire Israël.



Cozbi, courageusement, mais aussi excitée, accepte cette mission.



Elle dit :



"Avec mon bas-ventre, je triompherai d’Israël."



Avec ses compagnes, sa cour, elle arrive nue, parmi les enfants d’Israël.



Une séduction.



Je me donnerai à toi, Zimri, mais seulement si tu adores mon dieu.



Tu ne le peux pas ?



Soulage-toi sur lui.



Montre ton mépris de Baal, propriétaire des hommes.



C’est en lui manifestant son mépris qu’on le sert…



En exprimant, avec virulence, la mort de Dieu.



42 fois, Zimri fait "l’amour" avec Cozbi.



Finalement, Pinhas pénètre dans leur alcôve.



Il les tue.



Avec 14 miracles.



C’est l’idole qui est conçue comme propriétaire de l’homme.



Au contraire, Dieu l’aime, le respecte, l’admire.



Il est proche de lui.



Ne désire en rien le dompter, le subjuguer, l’anéantir.

Retour à la page d'accueil : ici