K4336
Tikoun Peracha : Behaalotekha



K4336 Tikoun Peracha : Behaalotekha

=========================
K4336
Behaalotekha

Nombres Bamidbar

08.01
12.16
=========================



8.1
L'Éternel parla à Moïse, et dit:
8.2
Parle à Aaron, et tu lui diras: Lorsque tu placeras les lampes sur le chandelier, les sept lampes devront éclairer en face.
8.3
Aaron fit ainsi; il plaça les lampes sur le devant du chandelier, comme l'Éternel l'avait ordonné à Moïse.
8.4
Le chandelier était d'or battu; jusqu'à son pied, jusqu'à ses fleurs, il était d'or battu; Moïse avait fait le chandelier d'après le modèle que l'Éternel lui avait montré.

( ; Bamidbar : 8.1 )




Après l’inauguration du sanctuaire, selon le midrach, Aharon était triste.



Il n’avait été associé, en rien, à cette inauguration.



Aux 16 cadeaux – identiques – offerts par chaque chef de tribu.



Dieu l’a appelé.



Lui a parlé de la *menora*.



Lui disant :



"Ta part est plus grande que celle des princes, chefs des tribus."



Le chandelier…



Un verset donné par Zekharia.



Zekharia 4.6



"Pas par la puissance, et pas par la force."



"Mais avec mon esprit."



Une autre valeur que celle des armes.



Ne crois pas que la force brutale soit irrésistible.



Babel, Rome, le christianisme, l’islam.



Les Russes, les Allemands, les Américains.



Les Chinois.



C’est ton envergure qui importe.



Si tu es animé par la vraie valeur.



Mais il est aventureux d’associer celle-ci à la Kehouna…



Elle a produit un Aharon, qui fabriqua le veau d’or.



Des Cohanim, souvent imbus de leurs privilèges, mais aussi illettrés que Mohamad.



Ce n’est pas l’éducation qui compte, celle qui est associée à la *menora*.



Ionesco



"Le but de l’éducation est la crétinisation de la jeunesse."



Celle qui uniformise.



Qui inocule, avec succès, des qualités stéréotypées, et… vides.



16 offrandes, pour l’inauguration du temple, offertes par les 12 chefs de tribus.



Le formalisme.



L’attitude identique, sans originalité ni valeur.



En ce qui te concerne, considère la *menora*…



Sept branches.



Elles convergent, toutes, vers le centre.



Permettant une personnalité harmonieuse, unifiée.



Rabi Moché Cordovero



La tête.



Les oreilles.



Les bras.



Les pieds.



Que tout en toi converge vers ta personne unique.



Sans ressemblance, ni imitation.



Que la flamme de la *menora* monte, sans limite.



Fais en sorte qu’en chacun elle s’élève.



C’est en cela que consiste la bénédiction.



Que monte la lumière, peut-être avec ton aide.



Mais œuvre de telle manière qu’elle monte par elle-même.



Qu’elle ait la force de son autonomie.



Enseigner, peut-être.



Mais jusqu’à ce que ton enseigneur te soit désormais inutile.



Un appui ; mais que tu puisses t’approprier ta propre force.



Qu’elle ne dépende que de toi.




9.4
Moïse parla aux enfants d'Israël, afin qu'ils célébrassent la Pâque.
9.5
Et ils célébrèrent la Pâque le quatorzième jour du premier mois, entre les deux soirs, dans le désert de Sinaï; les enfants d'Israël se conformèrent à tous les ordres que l'Éternel avait donnés à Moïse.
9.6
Il y eut des hommes qui, se trouvant impurs à cause d'un mort, ne pouvaient pas célébrer la Pâque ce jour-là. Ils se présentèrent le même jour devant Moïse et Aaron;
9.7
et ces hommes dirent à Moïse: Nous sommes impurs à cause d'un mort; pourquoi serions-nous privés de présenter au temps fixé l'offrande de l'Éternel au milieu des enfants d'Israël?
9.8
Moïse leur dit: Attendez que je sache ce que l'Éternel vous ordonne.
9.9
Et l'Éternel parla à Moïse, et dit:
9.10
Parle aux enfants d'Israël, et dis-leur: Si quelqu'un d'entre vous ou de vos descendants est impur à cause d'un mort, ou est en voyage dans le lointain, il célébrera la Pâque en l'honneur de l'Éternel.
9.11
C'est au second mois qu'ils la célébreront, le quatorzième jour, entre les deux soirs; ils la mangeront avec des pains sans levain et des herbes amères.
9.12
Ils n'en laisseront rien jusqu'au matin, et ils n'en briseront aucun os. Ils la célébreront selon toutes les ordonnances de la Pâque.
9.13
Si celui qui est pur et qui n'est pas en voyage s'abstient de célébrer la Pâque, celui-là sera retranché de son peuple; parce qu'il n'a pas présenté l'offrande de l'Éternel au temps fixé, cet homme-là portera la peine de son péché.
9.14
Si un étranger en séjour chez vous célèbre la Pâque de l'Éternel, il se conformera aux lois et aux ordonnances de la Pâque. Il y aura une même loi parmi vous, pour l'étranger comme pour l'indigène.

( ; Bamidbar : 9.4 )




Sur les bords de la mer rouge, Moché portait les ossements de Yossef.



Israël lui avait promis de les emmener avec lui, hors d’Egypte.



Quant au peuple, il ne se considérait pas concerné par cette promesse.



Sur les bords de la mer rouge, il s’intéressait uniquement aux dépouilles des 600 cavaliers égyptiens, richement vêtus, mais engloutis dans l’eau.



Ici commence la friperie, la friponnerie juive.



Des tailleurs.



La haute et la basse couture.



Yossef, haï par dix de ses frères, l’était toujours.



Personne, en dehors de Moché, ne considérait qu’il lui devait quoi que ce soit.



Devoir, dit de mémoire, que Moché rend à Yossef.



Mais le mort rend impur.



C’est même le principe ultime de l’impureté, la plus grave.



La conséquence ?



Moché est impur, pour avoir transporté les ossements de Yossef.



D’une manière loufoque, il ne pourra donc pas manger de l’agneau pascal…



Son destin est complètement dissocié de celui d’Israël.



Non, il n’est pas l’émanation du peuple.



Il pourra manger de l’agneau pascal, mais autrement.



A un autre moment.




12.1
Marie et Aaron parlèrent contre Moïse au sujet de la femme éthiopienne qu'il avait prise, car il avait pris une femme éthiopienne.
12.2
Ils dirent: Est-ce seulement par Moïse que l'Éternel parle? N'est-ce pas aussi par nous qu'il parle?
12.3
Et l'Éternel l'entendit. Or, Moïse était un homme fort patient, plus qu'aucun homme sur la face de la terre.
12.4
Soudain l'Éternel dit à Moïse, à Aaron et à Marie: Allez, vous trois, à la tente d'assignation. Et ils y allèrent tous les trois.
12.5
L'Éternel descendit dans la colonne de nuée, et il se tint à l'entrée de la tente. Il appela Aaron et Marie, qui s'avancèrent tous les deux.
12.6
Et il dit: Écoutez bien mes paroles! Lorsqu'il y aura parmi vous un prophète, c'est dans une vision que moi, l'Éternel, je me révélerai à lui, c'est dans un songe que je lui parlerai.
12.7
Il n'en est pas ainsi de mon serviteur Moïse. Il est fidèle dans toute ma maison.
12.8
Je lui parle bouche à bouche, je me révèle à lui sans énigmes, et il voit une représentation de l'Éternel. Pourquoi donc n'avez-vous pas craint de parler contre mon serviteur, contre Moïse?
12.9
La colère de l'Éternel s'enflamma contre eux. Et il s'en alla.
12.10
La nuée se retira de dessus la tente. Et voici, Marie était frappée d'une lèpre, blanche comme la neige. Aaron se tourna vers Marie; et voici, elle avait la lèpre.
12.11
Alors Aaron dit à Moïse: De grâce, mon seigneur, ne nous fais pas porter la peine du péché que nous avons commis en insensés, et dont nous nous sommes rendus coupables!
12.12
Oh! qu'elle ne soit pas comme l'enfant mort-né, dont la chair est à moitié consumée quand il sort du sein de sa mère!
12.13
Moïse cria à l'Éternel, en disant: O Dieu, je te prie, guéris-la!
12.14
Et l'Éternel dit à Moïse: Si son père lui avait craché au visage, ne serait-elle pas pendant sept jours un objet de honte? Qu'elle soit enfermée sept jours en dehors du camp; après quoi, elle y sera reçue.
12.15
Marie fut enfermée sept jours en dehors du camp; et le peuple ne partit point, jusqu'à ce que Marie y fut rentrée.
12.16
Après cela, le peuple partit de Hatséroth, et il campa dans le désert de Paran.

( ; Bamidbar : 12.1 )




Miriam parle.



Elle est furieuse contre Moché, qui a épousé une Ethiopienne…



Moché ne lui appartient-il pas ?



N’était-il pas né grâce à elle, à partir de sa plaidoirie, faite à leur père ?



N’est-ce pas grâce à elle qu’il a été élevé dans le palais de Pharaon ?



Non, il n’avait le droit de se marier qu’avec son accord, son assentiment…



Et une noire, de plus !



De quel droit ?



Miriam entraîne Aharon dans son sillage de virago.


Il a violé les lois les plus sacrées du matriarcat.



Dieu rend Miriam l'épreuve.



Elle ne saurait légitimement légiférer, gouvernant la conduite de Moché



Il y a une différence de nature entre Moché, son frère, sa sœur.



Dans leur effronterie, ils ne s’en rendent pas compte.



Mais cette différence d’envergure est tellement essentielle…



Moché prie pour sa sœur.



Même si elle a médit de lui.



Et Dieu la guérit.



Tout Israël attend :



Que Miriam soit parfaitement guérie.



Qu’elle puisse accompagner Israël dans ses périples.



Une attente…



Celle-ci correspond à l’attente de Miriam, qui avait attendu, à côté du berceau de Moché, sur le bord du Nil.

Retour à la page d'accueil : ici