K4316
Tikoun Peracha : Bechalah



K4316 Tikoun Peracha : Bechalah

=========================
K4316
Bechalah

Exode Chemot

13.17
17.16
=========================


13.17
Lorsque Pharaon laissa aller le peuple, Dieu ne le conduisit point par le chemin du pays des Philistins, quoique le plus proche; car Dieu dit: Le peuple pourrait se repentir en voyant la guerre, et retourner en Égypte.

( ; Chemot : 13.17 )




*Bechalah ?*



Quand Paro a renvoyé le peuple…



Il n’a pas obtenu son départ.



Il s’est considéré "chassé" par Paro.



Le vrai pouvoir, du tyran.



Non celui de Dieu.



Israël, passif devant l’histoire.



Considérant que les monstres ont tout pouvoir sur lui.



Non enclins à reconnaître une quelconque volonté de Dieu.



Ballottés.



Nahoum Goldmann définit Israël :



"Une communauté de destin."



Un malheur commun.



Rien d’autre.



Les cruels agissent, le manipulent.



Il n’a aucun pouvoir, sauf celui de se laisser faire…



Aucun dieu.



Seulement l’histoire, souveraine.



Les oracles grecs.



L’histoire, comme caprice.



Paro nous a chassés ?



Il est, vis-à-vis de nous, comme un maître plein de colère.



Un mari qui nous abandonne.



Israël ne vit pas avec Dieu, mais avec ceux qui les persécutent.



Ils estiment qu’ils le font légitimement.



On ne se révolte pas contre la nécessité…



Droit des tyrans à disposer des peuples.



Dieu est omis.



Dès la sortie d’Egypte, il était mort…




13.18
Mais Dieu fit faire au peuple un détour par le chemin du désert, vers la mer Rouge. Les enfants d'Israël montèrent en armes hors du pays d'Égypte.

( ; Chemot : 13.18 )




Eviter la violence, "d’où qu’elle vienne."



Choisir le chemin de la soumission…



Le calme.



Pas la guerre.



Pas la révolte.



Aimer la liberté, mais seulement comme une nostalgie, un rêve impossible.




13.19
Moïse prit avec lui les os de Joseph; car Joseph avait fait jurer les fils d'Israël, en disant: Dieu vous visitera, et vous ferez remonter avec vous mes os loin d'ici.

( ; Chemot : 13.19 )




La promesse faite à Yossef, de l’enterrer en terre d’Israël ?



Seul Moché s’en souvient.



Chacun, en Israël, l’a oubliée.



Souvenir du passé, lucidité.



Un patrimoine, qui est toujours porté par un seul.



De l’Egypte, jusqu’à Chkhem, où Yossef sera enterré.



Moché ne parvient pas à cette destination.



Ni pour Yossef, ni pour lui-même.




14.1
L'Éternel parla à Moïse, et dit:
14.2
Parle aux enfants d'Israël; qu'ils se détournent, et qu'ils campent devant Pi Hahiroth, entre Migdol et la mer, vis-à-vis de Baal Tsephon; c'est en face de ce lieu que vous camperez, près de la mer.
14.3
Pharaon dira des enfants d'Israël: Ils sont égarés dans le pays; le désert les enferme.

( ; Chemot : 14.1 )




Israël, reviens sur tes pas.



Sois nonchalant.



Reviens en arrière.



Affronte, sans peur, les colosses de Memnon, à Pi ha Hirot.



Regarde-les.



N’aie pas peur d’eux.



Même s’ils chantent au petit matin, ils n’ont rien de terrible.



Deux statues, comme celle de la femme de Lot.



Un homme, une femme.



Le dualisme, qui prétend au divin.



"Bouche de la liberté."



Tu ne dépends pas d’eux.



Jamais tu ne connaîtras leur joug.



Tu es libre, avec les cinq étapes de la libération de Vayera.



T’appartenant.



Soumis à rien.



Si tu sais revenir en arrière, tu as la force d’examiner le passé.



D’avoir l’intelligence de ton avenir.




14.5
On annonça au roi d'Égypte que le peuple avait pris la fuite. Alors le cœur de Pharaon et celui de ses serviteurs furent changés à l'égard du peuple. Ils dirent: Qu'avons-nous fait, en laissant aller Israël, dont nous n'aurons plus les services?
14.6
Et Pharaon attela son char, et il prit son peuple avec lui.
14.7
Il prit six cent chars d'élite, et tous les chars de l'Égypte; il y avait sur tous des combattants.

( ; Chemot : 14.5 )




Ayant choisi la haine, Paro n’a rien d’autre dans sa vie.



Sans Israël, il n’a plus personne à persécuter.



Pas de raison de vivre que celle qui le conduit à faire mourir.



L’Egyptien, que Moché a tué :



Maître d’un Hébreu, il se faisait passer pour lui auprès de sa femme.



De même, pour les âmes faibles, Paro remplace Dieu, dans la légitimité de son histoire malfaisante.



Je n’existe pas, en dehors de ma haine…



De même, l’Espagne, avec la limpieza del sangre.



Le nazisme, en proie aux démons destructeurs.



Les Français, non "résistants", mais voués au "statut des Juifs".



Les communistes russes, qui croient qu’ils recherchent la liberté, et qui ne savent que tuer.



Courons vite, retrouvons notre âme !




14.10
Pharaon approchait. Les enfants d'Israël levèrent les yeux, et voici, les Égyptiens étaient en marche derrière eux. Et les enfants d'Israël eurent une grande frayeur, et crièrent à l'Éternel.
14.11
Ils dirent à Moïse: N'y avait-il pas des sépulcres en Égypte, sans qu'il fût besoin de nous mener mourir au désert? Que nous as-tu fait en nous faisant sortir d'Égypte?
14.12
N'est-ce pas là ce que nous te disions en Égypte: Laisse-nous servir les Égyptiens, car nous aimons mieux servir les Égyptiens que de mourir au désert?

( ; Chemot : 14.10 )




Un grand désespoir.



Celui de la passivité.



Nous t’avions dit que la liberté est impossible.



"La perfection n’est pas de ce monde."



Nous avons choisi le suicide, l’irresponsabilité.



Mais la mer s’ouvre…



Un chant.




15.1
Alors Moïse et les enfants d'Israël chantèrent ce cantique à l'Éternel. Ils dirent: Je chanterai à l'Éternel, car il a fait éclater sa gloire; Il a précipité dans la mer le cheval et son cavalier.
15.2
L'Éternel est ma force et le sujet de mes louanges; C'est lui qui m'a sauvé. Il est mon Dieu: je le célébrerai; Il est le Dieu de mon père: je l'exalterai.

( ; Chemot : 15.1 )




Voici mon Dieu…



Il n’est pas le dieu des religions, qui est si laid.



Qui confisque la vie.



Qui déteste tout bonheur, et l’interdit.



Tout ce que je vivrai, je l’embellirai.



Avec toi, Dieu.



Avec toi.

Retour à la page d'accueil : ici