K4309
Tikoun Peracha : Vayechev



K4309 Tikoun Peracha : Vayechev

=========================

K4309
Vayechev

Genèse Berechit

37.01.
40.23

=========================


37.1
Jacob demeura dans le pays de Canaan, où avait séjourné son père.

( ; Berechit : 37.1 )




Il s’est établi, s’est installé.



Ayant 100 ans, enfin la quiétude.



Alors que son père, Itshak, errait…



130 années courtes et mauvaises.



Fuir mon frère, justement en colère, au point de vouloir me tuer.



Relation difficile, avec Laban, comme patron, beau-père.



Retrouver Essav, parvenir, à force d’obséquiosité, à être toléré par lui.



Enfin, choisir le calme bourgeois…



Midrach

C’est alors que fondit sur lui la colère de l’affaire de Yossef.



Dina…



Yossef…



Pas de paix.



De même, Israël, toujours sur le qui-vive.



Une tranquillité toujours trompeuse.




37.2
Voici la postérité de Jacob. Joseph, âgé de dix-sept ans, faisait paître le troupeau avec ses frères; cet enfant était auprès des fils de Bilha et des fils de Zilpa, femmes de son père. Et Joseph rapportait à leur père leurs mauvais propos.
37.3
Israël aimait Joseph plus que tous ses autres fils, parce qu'il l'avait eu dans sa vieillesse; et il lui fit une tunique de plusieurs couleurs.

( ; Berechit : 37.2 )




Yossef, jalousé par ses frères.



Ils redoutent sa prééminence, puisqu’il est le fils de la femme aimée.



Il est dédaigné par les fils de Léa.



Doit fréquenter ceux des servantes.



Lui-même, passablement embourgeoisé, critique ses frères.



Mais aussi, il n’accepte pas de voir les fils des servantes appelés "esclaves" par les enfants de Léa.



Il les met en cause.



Ses frères le détestent encore davantage.



Une tunique de prédilection…



Elle a toutes les couleurs.



Ce qui renvoie à la prêtrise.



Au chatoiement de toutes les qualités, au lieu que seulement certaines soient privilégiées.




37.4
Ses frères virent que leur père l'aimait plus qu'eux tous, et ils le prirent en haine. Ils ne pouvaient lui parler avec amitié.

( ; Berechit : 37.4 )




Pas d’hypocrisie.



Une bonne haine, manifeste.



Papa ne nous aime pas !



C’est toi qu’il aime !



Alors qu’il l’aimait "à partir de toutes les qualités de ses frères".



De même, l’élection d’Israël.



Vous prétendez que Dieu n’aime que vous.



Rien que pour cela, nous te détestons.



Nous sommes à l’affût, pour te meurtrir.




37.5
Joseph eut un songe, et il le raconta à ses frères, qui le haïrent encore davantage.
37.6
Il leur dit: Écoutez donc ce songe que j'ai eu!
37.7
Nous étions à lier des gerbes au milieu des champs; et voici, ma gerbe se leva et se tint debout, et vos gerbes l'entourèrent et se prosternèrent devant elle.
37.8
Ses frères lui dirent: Est-ce que tu régneras sur nous? est-ce que tu nous gouverneras? Et ils le haïrent encore davantage, à cause de ses songes et à cause de ses paroles.

( ; Berechit : 37.5 )




Yossef est angoissé de se voir à ce point haï.



Cette angoisse provoque en lui son rêve.



Natsiv de Volozin

Il a la maladresse de raconter son rêve à son frère.



On ne raconte un rêve qu’à un intime bienveillant.



Mais Yossef, adolescent de 17 ans, est immature.



Il agit sans réfléchir.



Un rêve de pouvoir.



Toutes les gerbes ploient, s’inclinent vers la sienne.



Il est le chef de la famille.



Un deuxième rêve.




37.9
Il eut encore un autre songe, et il le raconta à ses frères. Il dit: J'ai eu encore un songe! Et voici, le soleil, la lune et onze étoiles se prosternaient devant moi.
37.10
Il le raconta à son père et à ses frères. Son père le réprimanda, et lui dit: Que signifie ce songe que tu as eu? Faut-il que nous venions, moi, ta mère et tes frères, nous prosterner en terre devant toi?
37.11
Ses frères eurent de l'envie contre lui, mais son père garda le souvenir de ces choses.

( ; Berechit : 37.9 )




Un leadership général.



Non seulement par rapport à mes frères, mais aussi envers mes parents, qui reconnaissent ma suprématie, et se prosternent devant moi….



La jalousie des frères de Yossef s’exacerbe encore.



Elle devient une rage.



D’un côté, ils constatent sa valeur.



De l’autre, ils la refusent.



Le jalousant, le haïssant.



C’est aussi l’attitude des peuples de la terre envers Israël.



Conformément à la promesse de Dieu à Abraham, puis à Yaacov, il doit les bénir.



Mais eux constatent qu’il accapare la valeur, qu’elle leur est tragiquement refusée.



Protocoles des Sages de Sion :

Ils nous haïssent, nous dépossèdent, prennent possession de nous.



Tout est prêt pour le drame, quasiment le meurtre.




37.12
Les frères de Joseph étant allés à Sichem, pour faire paître le troupeau de leur père,
37.13
Israël dit à Joseph: Tes frères ne font-ils pas paître le troupeau à Sichem? Viens, je veux t'envoyer vers eux. Et il répondit: Me voici!
37.14
Israël lui dit: Va, je te prie, et vois si tes frères sont en bonne santé et si le troupeau est en bon état; et tu m'en rapporteras des nouvelles. Il l'envoya ainsi de la vallée d'Hébron; et Joseph alla à Sichem.

( ; Berechit : 37.12 )




Yaacov ne peut rien contre le conflit tragique qui menace.



Il ne tente rien pour pacifier les relations.



Se contente d’interpréter les rêves en les minimisant.



Ta mère est morte ; elle ne saurait se prosterner devant toi.



Au moins, ne pas artificiellement camoufler l’hostilité.



Il envoie Yossef au-devant de ses frères.



Parviens à résoudre le problème.



"Ramène-moi une parole."



Une parole de paix.




37.15
Un homme le rencontra, comme il errait dans les champs. Il le questionna, en disant: Que cherches-tu?
37.16
Joseph répondit: Je cherche mes frères; dis-moi, je te prie, où ils font paître leur troupeau.
37.17
Et l'homme dit: Ils sont partis d'ici; car je les ai entendus dire: Allons à Dothan. Joseph alla après ses frères, et il les trouva à Dothan.

( ; Berechit : 37.17 )




Yossef est tellement soucieux…



Il ne pense même pas à son itinéraire.



Seulement à ses frères.



Dans l’espace, il est perdu.



Il ne sait pas où il va.



Il ne s’en soucie pas, non plus.



Un homme le rencontre, et prend l’initiative de l’interroger sur la route qui est la sienne.



Un homme ?



Gabriel, qui est appelé "homme".



Ou bien Refaël, celui qui adoucit les conflits, tandis que la valeur de son homme est celle de *ich*, 311, l’homme.



Rabi Natan

Il s’agissait de trois anges…

Mikhaël.

Gabriel.

Refaël.



Surtout, éviter le meurtre…



Je les ai entendus dire :



"Allons à Dotan."



Au lieu du jugement, suivant la racine *dan* contenue dans le mot.



Plaider.



User de rigueur.



Triompher, définitivement, de Yossef.




37.18
Ils le virent de loin; et, avant qu'il fût près d'eux, ils complotèrent de le faire mourir.
37.19
Ils se dirent l'un à l'autre: Voici le faiseur de songes qui arrive.
37.20
Venez maintenant, tuons-le, et jetons-le dans une des citernes; nous dirons qu'une bête féroce l'a dévoré, et nous verrons ce que deviendront ses songes.

( ; Berechit : 37.18 )




La haine s’exprime.



Elle éclate, dans toute sa démesure, sa virulence.



"Le faiseur de rêves…"



Dérisoire, ridicule.



"Tuons-le !"



Il le mérite bien.



Débarrassons-nous définitivement de cet être malfaisant !...



La séparation protège Yossef.



Il est vendu, comme esclave.



Son destin se déroulera indépendamment de ses fières.



Jusqu’à sa gloire…



Mais Yehouda est discrédité.



Il est tenu par ses frères pour responsables du drame, du déchirement.



Ses frères l’accablent.



Il a mal agi.



Tout le mal vient de lui…



Les peuples du monde retiendront la leçon :



Tout le mal, toujours, vient de Yehouda…

Retour à la page d'accueil : ici