K4308
Tikoun Peracha : Vayichlah



K4308 Tikoun Peracha : Vayichlah

=========================

K4308
Vayichlah

Genèse Berechit

32.04.
36.43
=========================


32.3
Jacob envoya devant lui des messagers à Ésaü, son frère, au pays de Séir, dans le territoire d'Édom.
32.4
Il leur donna cet ordre: Voici ce que vous direz à mon seigneur Ésaü: Ainsi parle ton serviteur Jacob: J'ai séjourné chez Laban, et j'y suis resté jusqu'à présent;
32.5
j'ai des bœufs, des ânes, des brebis, des serviteurs et des servantes, et j'envoie l'annoncer à mon seigneur, pour trouver grâce à tes yeux.
32.6
Les messagers revinrent auprès de Jacob, en disant: Nous sommes allés vers ton frère Ésaü; et il marche à ta rencontre, avec quatre cents hommes.

( ; Berechit : 32.4 )




Des messagers.



Des anges.



Des êtres de paix, avec des cadeaux.



Ils constatent que Essav se dirige vers Yaacov, avec 400 hommes armés.



Transaction de Efron, pour le caveau de Makhpela.



La valeur de Efron est de 400.



Comme le montant de l’achat.



Efron ?



La valeur de *aîn ra*, le regard malveillant.



Ici, 400 hommes qui accompagnent Essav.



S’agit-il d’une armée ?



Ou d’une suite ?



Yaacov est incertain, inquiet.




32.7
Jacob fut très effrayé, et saisi d'angoisse. Il partagea en deux camps les gens qui étaient avec lui, les brebis, les bœufs et les chameaux;
32.8
et il dit: Si Ésaü vient contre l'un des camps et le bat, le camp qui restera pourra se sauver.

( ; Berechit : 32.7 )




Se préparer à un carnage.



Tout prévoir.



Deux camps, pour préserver, autant que possible, l’un d’entre eux.



Ne pas espérer pouvoir sauver toute sa famille.



Midrach

"Le juste n’a aucune certitude dans ce monde-ci."



Même si Dieu la lui promet.



Tous les événements sont possibles.



Parmi eux, quantité de catastrophes.





32.13
C'est dans ce lieu-là que Jacob passa la nuit. Il prit de ce qu'il avait sous la main, pour faire un présent à Ésaü, son frère:
32.14
deux cents chèvres et vingt boucs, deux cents brebis et vingt béliers,
32.15
trente femelles de chameaux avec leurs petits qu'elles allaitaient, quarante vaches et dix taureaux, vingt ânesses et dix ânes.
32.16
Il les remit à ses serviteurs, troupeau par troupeau séparément, et il dit à ses serviteurs: Passez devant moi, et mettez un intervalle entre chaque troupeau.
32.17
Il donna cet ordre au premier: Quand Ésaü, mon frère, te rencontrera, et te demandera: A qui es-tu? où vas-tu? et à qui appartient ce troupeau devant toi?
32.18
tu répondras: A ton serviteur Jacob; c'est un présent envoyé à mon seigneur Ésaü; et voici, il vient lui-même derrière nous.
32.19
Il donna le même ordre au second, au troisième, et à tous ceux qui suivaient les troupeaux: C'est ainsi que vous parlerez à mon seigneur Ésaü, quand vous le rencontrerez.
32.20
Vous direz: Voici, ton serviteur Jacob vient aussi derrière nous. Car il se disait: Je l'apaiserai par ce présent qui va devant moi; ensuite je le verrai en face, et peut-être m'accueillera-t-il favorablement.
32.21
Le présent passa devant lui; et il resta cette nuit-là dans le camp.

( ; Berechit : 32.13 )




Des cadeaux, pour se concilier Essav, qui avait déclaré qu’il voulait le tuer.



Un tribut.



Une indication, quant à la situation de l’exil, pour Israël.



Essav ne fait pas le moindre cadeau.



Au contraire, Yaacov se sent en faute.



Vilenie de la tentative d’acquérir l’aînesse de Essav.



Tromperie quant à la bénédiction paternelle, tandis que Yaacov se fait passer pour Essav.



Une situation de faiblesse chronique.



Ici, Yaacov est en exil sur sa terre.



Plus tard, il sera en exil chez tous les peuples.




32.22
Il se leva la même nuit, prit ses deux femmes, ses deux servantes, et ses onze enfants, et passa le gué de Jabbok.
32.23
Il les prit, leur fit passer le torrent, et le fit passer à tout ce qui lui appartenait.

( ; Berechit : 32.22 )




Se protéger.



Cacher une partie de sa famille.



Garantir un certain avenir.




32.24
Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu'au lever de l'aurore.
32.25
Voyant qu'il ne pouvait le vaincre, cet homme le frappa à l'emboîture de la hanche; et l'emboîture de la hanche de Jacob se démit pendant qu'il luttait avec lui.
32.26
Il dit: Laisse-moi aller, car l'aurore se lève. Et Jacob répondit: Je ne te laisserai point aller, que tu ne m'aies béni.
32.27
Il lui dit: Quel est ton nom? Et il répondit: Jacob.
32.28
Il dit encore: ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur.
32.29
Jacob l'interrogea, en disant: Fais-moi je te prie, connaître ton nom. Il répondit: Pourquoi demandes-tu mon nom? Et il le bénit là.
32.30
Jacob appela ce lieu du nom de Peniel: car, dit-il, j'ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée.

( ; Berechit : 32.24 )




Un homme mystérieux affronte Yaacov.



Un homme ? Un ange ?



Qui est-il ?



L’ange de Essav ?



Celui de Yaacov ?



Un berger.



Un brigand.



Un ange de feu.



Le combat se déroule dans le laconisme.



Un silence que rien n’interrompt.



Yaacov est fort, il n’est pas battu.



Il a le pouvoir de retenir l’homme.



Ne le laisse partir que s’il le bénit.



L’homme bénit Yaacov.



Il reconnaît sa force et sa valeur.



Tu as combattu…



Avec et contre les hommes.



Tu es demeuré, dans ton intégrité.



Il s’agit de la définition d’Israël.



Dans tous les cas, il demeure intact.



Pourtant, l’homme a touché les parties sexuelles de Yaacov.



Il lui a donné une lésion.



Et Yaacov boite.



Mais ce traumatisme est provisoire.



Quand il arrive à Penouel, il est intact.




32.31
Le soleil se levait, lorsqu'il passa Peniel. Jacob boitait de la hanche.
32.32
C'est pourquoi jusqu'à ce jour, les enfants d'Israël ne mangent point le tendon qui est à l'emboîture de la hanche; car Dieu frappa Jacob à l'emboîture de la hanche, au tendon.

( ; Berechit : 32.31 )




Yaacov arrive à Chkhem.



Le lieu où Abraham, lui aussi, est parvenu, en arrivant sur la terre.



Rav

Il est parvenu, intact, à Chkhem.



Intact dans son corps.



Intact dans sa Tora.



Intact dans ses biens.




33.18
A son retour de Paddan Aram, Jacob arriva heureusement à la ville de Sichem, dans le pays de Canaan, et il campa devant la ville.

( ; Berechit : 33.18 )




Yaacov campe devant la ville.



Il n’y entre pas, avant d’y avoir apporté quelque chose.



Il lui a donné de la grâce : *hen*.



Il a frappé monnaie.



Il a installé des marchés.



Des bains.



Manitou

Yaacov a préparé le mariage de Dina avec Chkhem.

Avec les trois actes qui le rendent possible.



L’argent, de la transaction.



Les marchés, l’accord donnant des garanties de survie à la femme.



La purification du bain, avant l’union physique.



Yaacov et Essav de sont embrassés.



Ils ont choisi, l’un et l’autre, une attitude de paix.




34.1
Dina, la fille que Léa avait enfantée à Jacob, sortit pour voir les filles du pays.
34.2
Elle fut aperçue de Sichem, fils de Hamor, prince du pays. Il l'enleva, coucha avec elle, et la déshonora.
34.3
Son cœur s'attacha à Dina, fille de Jacob; il aima la jeune fille, et sut parler à son cœur.
34.4
Et Sichem dit à Hamor, son père: Donne-moi cette jeune fille pour femme.



( ; Berechit : 34.1 )




Une histoire du désir.



Mais aussi de l’amour.



Elle concerne les deux jeunes gens ; et personne d’autre.



Non un viol, avec tous ces termes qui désignent l’amour.



Donne-moi cette jeune fille pour femme…



Un accord, un traité.



Mais Chimon et Lévi le violent.



Ici, le vrai viol.



Un meurtre collectif.



tandis que Yaacov se lamente :



"Vous m’avez enlaidi…"



"On me haïra…"



Yaacov et Essav s’éloignent l’un de l’autre.



Le signe en est l’énumération des descendants de Essav.



Se retrouver, malgré la généalogie opaque, qui masque l’essentiel, la fraternité.

Retour à la page d'accueil : ici