K4254
Tikoun Peracha : Berakha



K4254 Tikoun Peracha : Berakha

=========================
K4254
Berakha

Deutéronome Devarim

33.01
33.12
=========================


33.1
Voici la bénédiction par laquelle Moïse, homme de Dieu, bénit les enfants d'Israël, avant sa mort.

( ; Devarim : 33.1 )




Une bénédiction pour onze tribus seulement.



Non pour Chimon, coupable de l’épidémie de Baal Peor.



Chimon a anéanti la population de Chkhem.



Comme si celui-ci avait mal agi…



Sous le signe de la responsabilité collective.



Moché ne le bénit pas.



De même, plus tard, après le viol collectif de la concubine du Cohen dans la vallée, il s’en est fallu de peu que Biniamin soit exclu d’Israël.



Moché ne bénit pas non plus Dina.



Pas plus que ne l’avait fait Yaacov, qui l’avait tout de même protégée, ainsi que sa fille Asnat.



Une étrange opacité s’était emparée de lui.



Il avait voulu dévoiler l’avenir, mais tout s’est brouillé pour lui.



Et il n’a pu divulguer que des bribes.



Dina n’est plus en Israël ?



A cause de son union avec Chkhem ?



Mais elle a épousé Iyov…



Le livre de Iyov, écrit par Moché.



La femme éthiopienne, que Moché a épousée, l’a vu critiquer par Miriam et Aharon.



Il ne dit rien de Dina.



Au moment de son mariage avec Tsipora, Moché accepte, suivant le désir de Yitro, qu’un de leurs enfants soit voué à l’idolâtrie.



Cela n’avait pas d’importance pour Moché.



Monothéisme, idolâtrie ?



C’est à peu près la même chose.



Ce qui compte énormément ?



Comment te conduis-tu avec autrui ?




33.2
Il dit: L'Éternel est venu du Sinaï, Il s'est levé sur eux de Séir, Il a resplendi de la montagne de Paran, Et il est sorti du milieu des saintes myriades: Il leur a de sa droite envoyé le feu de la loi.
33.3
Oui, il aime les peuples; Tous ses saints sont dans ta main. Ils se sont tenus à tes pieds, Ils ont reçu tes paroles.

( ; Devarim : 33.2 )




Enorme importance d’Israël, dans l’histoire du monde.



Deux identités l’accompagnent.



Le christianisme, venu de Essav, au mont Séir.



L’islam, qui a point du mont Paran.



Des majorités écrasantes.



Sanguinaires.



Mais Dieu aime les peuples.



Il est "hovev amim".



L’amant des peuples.



Les bénissant.



Leur rendant possible leur ascension, leur originalité, leur valeur.



Les peuples…



Ceux qui se rattachent à la tradition d’Israël, comme les autres.



Sache que Dieu les aime.



Et toi, aime-les, toi aussi, parce qu’ils sont aimables.



Qu’ils doivent être bénis par toi.



Embellis, de même que tu embellis Dieu.




34.10
Il n'a plus paru en Israël de prophète semblable à Moïse, que l'Éternel connaissait face à face.
34.11
Nul ne peut lui être comparé pour tous les signes et les miracles que Dieu l'envoya faire au pays d'Égypte contre Pharaon, contre ses serviteurs et contre tout son pays,
34.12
et pour tous les prodiges de terreur que Moïse accomplit à main forte sous les yeux de tout Israël.

( ; Devarim : 34.10 )




Pas de prophète comme Moché…



Pas encore.



Ne commets pas les erreurs de l’infaillibilité, de l’avenir bouché.



Jésus, définitif et indépassable.



Mohamad, aussi…



Pour le moment, rien de mieux que Moché.



Mais c’est que l’univers attend.



Ce dont il a besoin.



Ce qui lui est promis.

Retour à la page d'accueil : ici