K4240
Tikoun Peracha : Balak



K4240 Tikoun Peracha : Balak

=========================
K4240
Balak

Nombres Bamidbar

22.02
25.09
=========================


22.1
Les enfants d'Israël partirent, et ils campèrent dans les plaines de Moab, au delà du Jourdain, vis-à-vis de Jéricho.
22.2
Balak, fils de Tsippor, vit tout ce qu'Israël avait fait aux Amoréens.
22.3
Et Moab fut très effrayé en face d'un peuple aussi nombreux, il fut saisi de terreur en face des enfants d'Israël.
22.4
Moab dit aux anciens de Madian: Cette multitude va dévorer tout ce qui nous entoure, comme le bœuf broute la verdure des champs. Balak, fils de Tsippor, était alors roi de Moab.
22.5
Il envoya des messagers auprès de Balaam, fils de Beor, à Pethor sur le fleuve, dans le pays des fils de son peuple, afin de l'appeler et de lui dire: Voici, un peuple est sorti d'Égypte, il couvre la surface de la terre, et il habite vis-à-vis de moi.
22.6
Viens, je te prie, maudis-moi ce peuple, car il est plus puissant que moi; peut-être ainsi pourrai-je le battre et le chasserai-je du pays, car je sais que celui que tu bénis est béni, et que celui que tu maudis est maudit.

( ; Bamidbar : 22.1 )




Balak redoute une invasion.



Il n’a pas la force de contenir Israël.



Ne sait pas que celui-ci ne le menace en rien.



Il utilise des moyens occultes…



Faire maudire Israël.



Il fait appel à Bilam, le plus grand des prophètes des gentils, selon le Talmud.



Bilam ?



Pour le traité Sanhédrin, c’est Jésus lui-même.



Il hait ses frères.



Aimerait bien les maudire…



Mais Dieu l’oblige à faire le contraire.



Il bénit Israël.



Christianisme, qui est forcé de reconnaître une valeur qu’il déteste, dans une haine exacerbée et tenace.



Sept discours de Bilam.



Il ne peut que bénir Israël…




23.7
Balaam prononça son oracle, et dit: Balak m'a fait descendre d'Aram, Le roi de Moab m'a fait descendre des montagnes de l'Orient. -Viens, maudis-moi Jacob! Viens, sois irrité contre Israël!
23.8
Comment maudirais-je celui que Dieu n'a point maudit? Comment serais-je irrité quand l'Éternel n'est point irrité?
23.9
Je le vois du sommet des rochers, Je le contemple du haut des collines: C'est un peuple qui a sa demeure à part, Et qui ne fait point partie des nations.
23.10
Qui peut compter la poussière de Jacob, Et dire le nombre du quart d'Israël? Que je meure de la mort des justes, Et que ma fin soit semblable à la leur!

( ; Bamidbar : 23.7 )




Bilam sait provoquer et amplifier la colère de Dieu.



Mais Dieu ne s’est pas mis en colère.



D’où un tout autre discours que celui de la malédiction.



Bamidbar 24.5

"Que tes tentes sont belles, Yaacov !"



C’est le résumé de la malédiction avortée de Bilam.



Il est tout séduit, tout plein d’amour.



En réalité, empli de haine…



Celle des Pères de l’Eglise, chacun avec son œuvre de fiel :



"Contra Judeaos."



Celle des conciles.



Des papes.



Inquisition sanglante.



Elle ne sait que récuser, condamner, spolier et brûler.



En Allemagne, Maximilien, excité par le converti Pfefferkorn, qui hait les Juifs, veut brûler tous les livres en hébreu.



Mais Reuchlin, lettré et hébraïsant, avec ses bésicles, défend Israël.



Un autre converti, tout aussi haineux, provoque le procès de Rabi Yehiel de Paris.



Mais la mère du roi saint Louis, Blanche de Castille, défend Yehiel.



Malgré tout, le pape Grégoire IX fait brûler, place de Grève, 24 charretées du Talmud.



La Bible, le Talmud ?



C’est le mal absolu, devant la lumineuse vérité de Bilam, de Jésus, de l’Eglise.



Rabi Yaaacov Emden est terrifié.



Il écrit que les papes et les plus grands chrétiens, comme… Grégoire IX, ont défendu les Juifs, et ne leur ont fait aucun mal.



Un dernier conseil de Bilam, après ses dix discours inefficaces.



Il suggère à Balak de débaucher, de pervertir Israël.



Qu’il lui envoie sa propre fille, Cozbi, comme prostituée.



Et qu’elle dénature Moché…



Cozbi, fière de sa responsabilité, déclare :



"Avec mon bas-ventre, j’aurai raison d’Israël."



Elle se trompe de cible.



S’attaque à Zimri, chef de la tribu, sœur, de Chimon.



Une hécatombe s’ensuit, avec 24 000 victimes.



Finalement, Pinhas tue et Zimri et Cozbi.



Le mal s’arrête…

Retour à la page d'accueil : ici