K4226
Tikoun Peracha : Chemini



K4226 Tikoun Peracha : Chemini

=========================
K4226
Chemini

Lévitique Vayikra

09.01
11.47
=========================


9.1
Le huitième jour, Moïse appela Aaron et ses fils, et les anciens d'Israël.

( ; Vayikra : 9.1 )




Inaugurer le sanctuaire.



Il a été rendu nécessaire, par la ferveur dévoyée du veau d’or.



Aharon, responsable de sa fabrication, fonde la dynastie des Cohanim, qui est chargée d’assurer la vie avec le Dieu unique.



Loufoquement.



Les pompiers pyromanes ? Voici un pyromane pompier.



Onction et pénétration des Cohanim, très conscients de leur importance.



Mais d’abord, l’idolâtrie proposée au peuple :



"Voici ton dieu, Israël, qui t’a fait monter de la terre d’Egypte."



Moché est étranger, et au sanctuaire et à la prêtrise.



Par contre, Aharon et ses fils y jouent un rôle essentiel.



Dès le début de la peracha, Moché les appelle.



Mais lui est absent.



Aussi absent que dans Tetsavé.




10.1
Les fils d'Aaron, Nadab et Abihu, prirent chacun un brasier, y mirent du feu, et posèrent du parfum dessus; ils apportèrent devant l'Éternel du feu étranger, ce qu'il ne leur avait point ordonné.
10.2
Alors le feu sortit de devant l'Éternel, et les consuma: ils moururent devant l'Éternel.

( ; Vayikra : 10.1 )




Quatre fils d’Aharon.



Nadav et Avihou sont les plus nobles en Israël.



Ils prennent l’initiative.



Ne sont pas passifs, par rapport à Dieu, dans un culte auquel l’homme n’aurait aucune part.



Ils se disent :



Le feu vient d’en haut.



Mais il faut, aussi, que d’en bas, l’homme y contribue.



Energiques, ils agissent, participant à l’offrande des sacrifices.



Mais Dieu ne leur avait pas donné d’ordre à ce sujet.



Il désapprouve leur action.



Et leur âme se consume, tandis que leur corps reste intact.



Etonnant conformisme, qui est recommandé.



Ne prends aucune initiative.



Fais seulement ce que l’on te dit de faire…



Le jour de l’inauguration du sanctuaire, un double deuil.



Une *akéda* qui a effectivement eu lieu.



Quand Dieu l’a demandée à Abraham, il lui a dit :



Prends, s’il te plaît, ton fils unique…



S’il te plaît ?



*Na.*



Ce sont les initiales, enseigne le Ari, de Nadav et Avihou.



Comme Itshak, ils sont porteurs de l’âme du Messie.



Pour mourir ainsi, ont-ils commis une faute quelconque ?



Quelques-unes sont énumérées, dans le Talmud et le midrach.



1)

Ils se sont enivrés.



2)

Ils n’étaient pas mariés.



3)

Ils n’avaient pas d’enfants.



4)

Ils ne se sont pas concertés.



5)

Ils étaient pressés de remplacer les deux vieillards, Moché et Aharon.



6)

Ils ont enseigné, en présence de Moché, leur maître.



Dieu peut pardonner la faute du veau d’or, mais non celle-ci…



Interdiction du vin qui enivre, quand on s’occupe du culte.



Et aussi, les lois de la cachrout, très détaillées.



En résumé, voici ce qui "ne se mange pas".



De nombreux interdits.



Des précautions.



Par contre, ici, dans l’absence de Moché, le rôle des Cohanim est défini, avec précision.




10.10
afin que vous puissiez distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ce qui est impur de ce qui est pur,
10.11
et enseigner aux enfants d'Israël toutes les lois que l'Éternel leur a données par Moïse.

( ; Vayikra : 10.10 )




Dans la vie, différents niveaux d’être.



Diverses situations.



1)

Ce qui est saint.



2)

Ce qui est neutre.



3)

Ce qui est impur.



4)

Ce qui impur.



Toi, Cohen, tu dois discerner ces états.



Conduire de la sainteté à la pureté.



Traverser ce qui est neutre et ce qui est impur.



Ne pas concevoir l’existence comme marquée par d’innombrables interdits.



Mais comme une joie, avec toutes les dimensions de la volupté.



Discerner.



Et enseigner.



Exprimer une vérité, qui entre dans la vie et lui donne son sens.



Plus haut que toute cachrout, domaine d’un rite qui peut facilement s’avérer vide…



D’abord, le précieux enseignement.



Ensuite, ensuite seulement, l’appareil des règles.



Que celles-ci ne se substituent pas, indument, à la vie.



Sois vivant et gai.



Jouis pleinement de la vie.



Tu n’as nullement affaire à un interdiseur obtus.



Talmud

"La bouche qui interdit sait aussi permettre."

Retour à la page d'accueil : ici