K4219
Tikoun Peracha : Terouma



K4219 Tikoun Peracha : Terouma

=========================
K4219
Terouma

Exode Chemot

25.01
27.19
=========================


25.1
L'Éternel parla à Moïse, et dit:
25.2
Parle aux enfants d'Israël. Qu'ils m'apportent une offrande; vous la recevrez pour moi de tout homme qui la fera de bon cœur.

( ; Exode : 25.1 )




*Terouma.*



Ce qui t’élève.



Participation à une œuvre.



Mais uniquement si tu offres ton cœur.



Seulement dans ces conditions, on peut accepter une offrande.



Mais non celle qui recherche les honneurs, le prestige, la considération…



Une offrande qui abaisse ?



Elle aboutit à la déchéance.




Des projets indignes, peu respectables.



Dans le mot *terouma*, *ram*, l’élévation.



Les deux lettres qui se trouvent à la fin du nom d’Avram.




25.8
Ils me feront un sanctuaire, et j'habiterai au milieu d'eux.

( ; Exode : 25.8 )




Un *mikdach*.



Lieu de sainteté.



*Ve chakhanti.*



Et j’habiterai.



*Betokham.*



A l’intérieur d’eux.



Et non à l’intérieur du sanctuaire.



Pourquoi rétrécir le Dieu si grand aux dimensions d’une enceinte quelconque ?



C’est qu’Israël a choisi l’idole du veau d’or.



Le contraire de la liberté si récemment acquise.



Le modèle ?



Les dieux de l’Egypte.



Le bœuf Hapis.



Tu es revenu sur tes pas.



Tu as regardé les colosses de Pi ha Hirot sans en avoir peur.



Et pourtant, aidé par ton sorcier de Cohen, tu as choisi de servir le dieu bovin en or, dans l’orgie…



Un antidote, plutôt lamentable ?



Ton sanctuaire.



La clownerie d’un appareil cohanique, avec des sacrifices…



Comme en Egypte.



Comme en Grèce.



Comme chez les Aztèques.



Et les Celtes.



Et les Amérindiens.



La conséquence ?



La conviction perverse :



Ce dieu habite dans le sanctuaire réservé à cet effet.



On le sert.



On se sert de lui.



On se perd en lui.



Sans la moindre sainteté.



Seulement les coutumes idolâtres.



Celles des Cananéens.



Peu nombreux sont ceux qui n’ont pas été pris au piège.



Les chrétiens inventent la notion de "lieux saints".



Les musulmans y vont de leur mosquée dans le lieu qui vit, à Jérusalem, se dresser l’enceinte du temple.



Que reste-t-il du dieu d’Israël ?



Pas grand-chose.



Sur les 613 commandements, 182 ont trait au temple…



Suivant la valeur de Yaacov.



Un dérision.



Le contraire d’une exigence.



Une divinité ethnique, sans morale…



Dans le sanctuaire du désert, quatre constituants.



1)

L’arche, avec les tables.



La connaissance.



2)

Le chandelier.



L’enseignement.



La progressivité de l’acquisition de la vérité.



3)

La table.



Symbole du pouvoir royal.



4)

L’autel.



La transformation de la violence en douceur.



Mais une déchéance d’Israël, qui choisit de se constituer sur le modèle des cultes ambiants, dans le monde.



Maïmonide

Une étape.



Un antidote à l’idolâtrie.



Un sanctuaire, en un seul endroit.



Un acheminement vers une relation avec autrui, et avec Dieu, qui ne passe pas par de dérisoires simagrées…



Le temple est détruit, à cause de l’indignité d’Israël.



Idolâtrie, crime, dépravation, dans le premier.



Haine pour rien, dans le deuxième.



Mais Israël oublie ses fautes.



Quand il ne les nie pas.



Et comme il regrette son temple…



Un vestige de grandeur exiguë.

Retour à la page d'accueil : ici