K4216
Tikoun Peracha : Bechalah



K4216 Tikoun Peracha : Bechalah

=========================
K4216
Bechalah

Exode Chemot

13.17
17.16
=========================


13.17
Lorsque Pharaon laissa aller le peuple, Dieu ne le conduisit point par le chemin du pays des Philistins, quoique le plus proche; car Dieu dit: Le peuple pourrait se repentir en voyant la guerre, et retourner en Égypte.
13.18
Mais Dieu fit faire au peuple un détour par le chemin du désert, vers la mer Rouge. Les enfants d'Israël montèrent en armes hors du pays d'Égypte.

( ; Exode : 13.17 )




Israël a obtenu de quitter l’Egypte et son servage.



D’aucuns ressentent cet événement, dans la joie.



D’autres croient, au contraire, qu’ils sont ballottés par le vent.



Qu’ils ne peuvent avoir aucune initiative, dans cet univers de la cruauté.



"Quand Paro les chassa…"



Chassés, comme une femme répudiée.



Dépendant, inéluctablement, des méchancetés accumulées des différents peuples.



Exils sans générosité.



Toujours, des tributs à payer.



Le masque de justice.



Et la réalité de la méchanceté.



Avec ou sans dieu, c’est un détail.



En tout cas, Dieu tient compte de ce qu’Israël éprouve.



Il les conduit vers la terre, suivant un détour opportun.




13.19
Moïse prit avec lui les os de Joseph; car Joseph avait fait jurer les fils d'Israël, en disant: Dieu vous visitera, et vous ferez remonter avec vous mes os loin d'ici.

( ; Exode : 13.19)




Moché se sent responsable de la promesse faite à Yossef.



Seul, il emporte avec lui les ossements de Yossef.



Même s’il contracte une impureté, qui l’empêche de normalement manger de l’agneau pascal.




13.21
L'Éternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans leur chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils marchassent jour et nuit.
13.22
La colonne de nuée ne se retirait point de devant le peuple pendant le jour, ni la colonne de feu pendant la nuit.

( ; Exode : 13.21 )




Une nuée.



Une histoire sainte.



Les autres, envieuses.



Hostiles.



Persécutrices.



Ne pas admettre une envergure quelconque d’Israël.




14.2
Parle aux enfants d'Israël; qu'ils se détournent, et qu'ils campent devant Pi Hahiroth, entre Migdol et la mer, vis-à-vis de Baal Tsephon; c'est en face de ce lieu que vous camperez, près de la mer.

( ; Exode : 14.2 )




Reviens sur tes pas.



Quitte l’Egypte, mais sans la fuir.



N’aie pas peur des dieux de l’Egypte.



Regarde, sans peur, ces colosses, mâle et femelle, qui chantent au petit matin.



"Pi ha hirot…"



L’embouchure de la liberté.



Ce qui te rend autonome, et non dépendant.




14.3
Pharaon dira des enfants d'Israël: Ils sont égarés dans le pays; le désert les enferme.

( ; Exode : 14.3 )




Sens de la vie de Paro ?



Elle dépend d’Israël.



Même s’il lui demande de partir, après la dixième plaie, la mort des premiers-nés, il court vers lui, désespéré.



Le sens de la vie de l’Egypte ?



La relation, essentielle, avec Israël.



Paro se berce d’illusions.



"Ils sont égarés…"



"Dieu a refermé sur eux le désert…"



Dieu qui les hait, certainement.



Qui veut qu’ils soient nos esclaves.



Maïmonide répond aux égarés.



Voici le "Guide des égarés".



Ne soyez pas perdus, au milieu des sciences.



De la science grecque.



Voici une "main forte".



Une connaissance.



Une synthèse.



Une vérité pour Israël.



Mais Israël fuit devant Paro…



Paro, avec ses 600 chars.



Une angoisse.



Qu’allons-nous devenir ?



Plusieurs attitudes, suivant la Mekhilta.



Se suicider dans la mer.



Faire beaucoup de bruit.



Affronter les Egyptiens.



Revenir, tête basse, comme esclaves, en Egypte.



Ou bien, tout autrement…



C’est l’attitude de Yehouda et de Biniamin.



Entrer jusqu’au cou dans la mer.



Elle s’ouvrira.



Nous pourrons passer.



Une histoire toute différente des autres histoires.



Envergure d’Israël.



Une histoire sainte.




15.1
Alors Moïse et les enfants d'Israël chantèrent ce cantique à l'Éternel. Ils dirent: Je chanterai à l'Éternel, car il a fait éclater sa gloire; Il a précipité dans la mer le cheval et son cavalier.
15.2
L'Éternel est ma force et le sujet de mes louanges; C'est lui qui m'a sauvé. Il est mon Dieu: je le célébrerai; Il est le Dieu de mon père: je l'exalterai.

( ; Exode : 15.1 )




Dieu, je l’embellirai.



*Ve anvehou.*



Jamais, je ne le considérerai dans la banalité, hiérarchique et stéréotypée.



Je le chanterai.



Ma vie est un chant.




17.7
Il donna à ce lieu le nom de Massa et Meriba, parce que les enfants d'Israël avaient contesté, et parce qu'ils avaient tenté l'Éternel, en disant: L'Éternel est-il au milieu de nous, ou n'y est-il pas?
17.8
Amalek vint combattre Israël à Rephidim.

( ; Exode : 17.7 )




Une incertitude…



Dieu est-il parmi nous ?



Ou bien, plutôt, est-ce seulement le néant ?



Amalek, ambassadeur de tous les peuples.



Combattre un irrésistible Israël, aimé de Dieu.



Moché l’affaiblit.



Savoir le combattre.



Le vaincre.



Donner sa chance à la grande lumière.



Ne s’abandonner à aucune obscurité.



A aucun désespoir désabusé.



Crée de la beauté.



De la valeur.



Ne pas s’abandonner aux tragédies des peuples, vindicatifs entre eux.



Ce Dieu, toujours, je l’embellirai.

Retour à la page d'accueil : ici