K4213
Tikoun Peracha : Chemot



K4213 Tikoun Peracha : Chemot

=========================
K4213
Chemot

Exode Chemot

01.01
06.01
=========================


1.1
Voici les noms des fils d'Israël, venus en Égypte avec Jacob et la famille de chacun d'eux:

( ; Exode : 1.1 )




Déjà des vestiges.



Plus rien.



Des noms rappelés, avec une feinte émotion.



Douze…



Le grand prestige de la vente de Yossef.



Pas beaucoup de valeur.




Yehouda prend sa belle-fille vierge pour une prostituée.



L’histoire d’amour de Dina avec Chkhem impitoyablement réprimée.



300 Chikhemites assassinés, malgré un traité de paix, et de mariages d’interpénétration des deux identités.



La débâcle, dès le début.



Maintenant, l’enlisement.



La qualité de rigueur proteste auprès de Dieu :



"Ils sont, en tout, identiques aux Egyptiens…"



Idolâtres comme eux.



Esclaves.



Peut-être pas dépravés.



Une autre orientation explicative, celle du Zohar.



"Ve elé chemot."



"Voici les noms."



*Veele* : 42.



42 noms de Dieu ont accompagné Israël en Egypte.



Le nom de 42 lettres, avec lequel Dieu a créé le monde.



Le nom de 42 lettres, avec lequel Moché, par sa seule parole bégayante, a tué cet Egyptien qui se fit passer, auprès de Chelomit bat Divri de la tribu de Dan, pour son mari.



Et qui la viola.



De la même manière que Zeus viola Alcmène, en se faisant passer pour son mari Amphitryon, envoyé à la guerre.



Zeus ne s’est pas senti coupable.



Aucun Moché ne l’a tué.



Personne, chez les Grecs, n’a condamné des mœurs aussi naturelles.



Et si Héra a terriblement persécuté Héraclès, produit de cet adultère, c’était seulement par jalousie.



Sa vie durant, Héraclès a souffert de la jalousie indirecte d’Héra.



Alors qu’il n’était pour rien dans sa propre naissance.



Un espoir, dans le cloaque décevant ?



Yokheved…



La grossesse de sa mère ? En terre d’Israël.



Sa naissance ?



Entre les murailles.



A la frontière exacte entre Israël et l’Egypte.



Un enfant qui naît, quand elle a 130 ans, de même que Hava a enfanté Chet à cet âge.



Après une grossesse de six mois.



Il porte sept noms.



Il épouse Tsipora, fille de Yitro, qui a, lui aussi, sept noms.



Quand Moché naît, la maison tout entière s’emplit de lumière.



L’univers, alors qu’il était bien obscur.



Mais Moché reçoit le nom que lui a donné cette Bitia, fille de Paro, qui le lui a donné.



Elle était venu dan le fleuve, pour s’y suicider.



Ecœurée des agissements de son père, Pharaon, et de toute sa cour.



Elle trouve un bébé qui pleure, dans sa corbeille d’osier, sur le Nil.



Elle envoie sa servante.



Ou bien son sexe d’homme :



C’est le même mot que désigne le mot *ama*.



Dans les peintures pharaoniques, on voit souvent des femmes munies d’un grand phallus en érection.



Sans intermédiaire, elle prend le berceau nilique.



Oui, ta servante…



Le "guid ha naché", membre voué aux femmes, appelées *nachim*.



Ce qui te caractérise, au même titre que ta parole.



Bitia a pitié.



Elle voit Dieu avec l’enfant.



Et non seulement un enfant, qui a besoin de sollicitude, de compassion.



Dieu, Dieu…



Le dieu absent en Egypte, seulement obsédée par la mort.



Bitia sauve le bébé.



Elle choisit de vivre.



Elle l’élève.



Fait appel à une nourrice d’Israël, puisque le nourrisson refuse tout autre sein qui voudrait l’allaiter.



Elle paie la nourrice, qui est la mère.



Rosine

Pour bien marquer que l’enfant lui appartient.



Que la nourrice hébraïque n’est qu’une mercenaire.



Bitia sort d’Egypte avec Israël.



Elle épouse Calev, qui mérite de posséder Hebron.



Elle a eu un destin royal.



A fait sortir Pharaon de ses pitoyables détresses.




2.11
En ce temps-là, Moïse, devenu grand, se rendit vers ses frères, et fut témoin de leurs pénibles travaux. Il vit un Égyptien qui frappait un Hébreu d'entre ses frères.

( ; Exode : 2.11 )




Tu es grand ?



Tu cours vers tes frères.



Tu es attiré par eux, passionné par eux.



Tu es actif, énergique.



De même que Yaacov, admonestant les bergers de Lavan.



Les invitant à travailler :



Le jour est encore grand.



Ce n’est pas encore le moment de rassembler les troupeaux…



Dieu voit que Moché est nostalgique de ses frères.



Puisqu’il conduit le troupeau de Yitro "au-delà du désert".



"Au-delà du désert ?"



Au-delà des lettres du mot "désert", *midbar*, dans l’alphabet, le mot *gochna*.



C’est l’enseignement de Rabi Simha Bounam de Psychkha.



Et aussi, plus tardivement, de Rabi Yossef Haïm de Bagdad.



Moché aspire, toujours, à un "au-delà du désert" qui caractérise l’être grand.



A l’intérieur du désert d’un buisson, Dieu l’appelle.



Mais rien n’est encore fait.



Pendant sept jours, il convainc un Moché réticent de délivrer Israël.



Mais dès qu’il commence à agir, le sort du peuple s’aggrave.



Et Moché est désemparé…



S’il en est ainsi, pourquoi moi ?



C’est la question angoissée de Rivka, quand deux jumeaux s’entrechoquent en elle.



Epreuve du juste.



Elle est quotidienne.



Permanente.



Le succès n’est obtenu par aucun automatisme.

Retour à la page d'accueil : ici