K4206
Tikoun Peracha : Toldot



K4206 Tikoun Peracha : Toldot

=========================


K4206

Toldot

Genèse Berechit

25.19
28.09
=========================


25.19
Voici la postérité d'Isaac, fils d'Abraham.
25.20
Abraham engendra Isaac

( ; Genèse : 25.19 )




"Abraham engendra Itshak…"



Celui-ci se trouve à l’ombre de son père.



Comme s’il n’avait aucune personnalité.



Abraham, la générosité.



Itshak, la rigueur.



Un sens critique qu’il tourne vers soi.



Le contraire de la bonté, accommodante, d’Abraham.



Itshak, en tout, est le contraire d’Abraham.



Pourtant, il est juste.



Mais mystérieux, énigmatique.



Talmud

"Abraham ni Yaacov ne nous connaissent pas."

"C’est toi qui es notre père."



Itshak semble dupable.



Ainsi, pour la bénédiction, qu’il aurait voulu donner à Essav.



Yaacov le trompe, et c’est lui qui la reçoit.



Toi, Itshak, notre père ?



Sortir de l’autosatisfaction d’Abraham et de Yaacov.



Etre capable de sens critique, par rapport à soi.



Sur le plan de la légitimité.



De la valeur.



Revenir à Itshak.



Ne pas, constamment, se donner raison.



Se trouver excellent, par rapport à tous…



La promesse de Dieu, faite aussi bien à Abraham qu’à Yaacov ?



"Toutes les familles de la terre seront bénies grâce à toi."



Tu n’es nullement en conflit avec elles.



Tu te trompes, quand tu les juges sévèrement.



Tout au contraire, il t’appartient d’apporter à chaque identité humaine sa joie, sa plénitude.



Non de te confronter à elle, avec un esprit critique qui est plutôt celui d’Itshak.



Sache reconnaître tes fautes, tes faiblesses.



Sache prendre du recul par rapport à toi.



Ne pas argumenter à perte de vue, pour te donner, en tout, raison…



Si tu es capable de ce sens critique, envers toi, tu es plus grand, plus vrai.



Au lieu qu’Itshak soit ignoré de tous, d’Israël et des deux autres "monothéismes", tu trouveras ton vrai chemin.



Un avenir tout neuf pour Israël, jamais expérimenté, ni vécu, par lui, jusqu’ici.




25.27
Ces enfants grandirent. Ésaü devint un habile chasseur, un homme des champs; mais Jacob fut un homme tranquille, qui restait sous les tentes.

( ; Genèse : 25.27 )




Pendant sa grossesse, Rivka s’interroge.



Elle ne comprend pas les élans de cet enfant, dans son ventre.



Il se précipite aussi bien vers la grandeur de l’esprit que vers la déchéance de la destruction de soi.



Sans se confier à Itshak, et elle aussi énigmatique, comme lui, elle va consulter Chem et Ever.



Pour elle, ils donnent une explication.



Elle attend deux enfants, et non un seul.



Ils sont très différent.



"Le petit servira le plus grand."



Qui est le petit ?



Qui est le grand ?



Une bouteille a reçu deux semences…



La bouteille, la femme.



L’enfant qui sort en premier est le deuxième à avoir été conçu.



Une inversion des aînesses.



Celle que, maladroitement, et crapuleusement, Yaacov a cherché à réaliser.



Le plus grand ? C’est Essav.



Effectivement, Yaacov le sert.



Il ne subsiste que grâce à lui.



En exil.



Lui qui est persécuté partout.



Pourtant, le plus grand, c’est celui qui réside dans les tentes.



Savant avide de connaître.



Non le chasseur…



Ce Charles-Quint : Dans son empire, le soleil ne se couche jamais.



Une grande fierté, avant d’abdiquer.



D’échouer.



De demander pardon, dans sa cour, à tous ceux qu’il a lésés.



Yaacov est parfait : "Tam".



Il est un être de vérité, selon Mikha.



Mais comme il apparaît autrement !...



Un être de duplicité, de tromperie.



L’aînesse.



La bénédiction.



L’acquisition du troupeau de Lavan…



Les "Protocoles des Sages de Sion" ne sont pas fondés sur le néant.



Ils se plaignent.



Vous nous haïssez.



Vous cherchez à vous approprier nos biens…




25.28
Isaac aimait Ésaü, parce qu'il mangeait du gibier; et Rebecca aimait Jacob.

( ; Genèse : 25.28 )




Itshak est fasciné par Essav, sa violence.



Son aptitude à vivre seul.



Le gibier, qui faisait son ordinaire.



Itshak n’a rien à voir avec la chasse.



Mais il en a la nostalgie.



Le regret de ce gibier, non cacher, qu’il s’interdit.



Ainsi, l’homme d’aujourd’hui est fasciné par les êtres violents.



Les criminels.



Les dictateurs, tous sanguinaires.



Mais Rivka connaît Yaacov.



L’intérieur de lui.



Ses soifs cachées.



C’est lui qu’elle chérit.



Elle l’aide à obtenir la bénédiction, sans se soucier d’un quelconque dialogue avec son mari.




26.6
Et Isaac resta à Guérar.

( ; Genèse : 26.6 )




Itshak, dans une solitude d’ascète.



Il se sent détesté par les gens du pays.



Mais il les fréquente.



Guérar ?



Ce sont les initiales de trois mots :



Ganavim, des voleurs.



Rechaïm, des méchants.



Rotshim, des assassins.



Une existence difficile, pour Itshak.



Elle l’apparente à Lot.



Au contraire, Abraham est considéré tout autrement par les habitants de la terre.



Ils lui disent :



"Tu es un prince de Dieu, parmi nous."



Itshak ne jouit pas de cette considération.



Il vit une existence solitaire, crispée, étant toujours sur la défensive.




26.18
Isaac creusa de nouveau les puits d'eau qu'on avait creusés du temps d'Abraham, son père, et qu'avaient comblés les Philistins après la mort d'Abraham; et il leur donna les mêmes noms que son père leur avait donnés.

( ; Genèse : 26.18 )




Humblement, modestement, Itshak s’insère dans l’histoire de son père.



Les Philistins ont bouché les puits creusés par Abraham ?



Itshak les creuse à nouveau.



Il leur donne, paisible et fidèle, les mêmes noms qu’Abraham leur avait donné.



Sans chercher à faire connaître ses actes.



Dans le secret de sa vie intérieure.




28.1
Isaac appela Jacob, le bénit, et lui donna cet ordre: Tu ne prendras pas une femme parmi les filles de Canaan.
28.2
Lève-toi, va à Paddan-Aram, à la maison de Bethuel, père de ta mère, et prends-y une femme d'entre les filles de Laban, frère de ta mère.
28.3
Que le Dieu tout-puissant te bénisse, te rende fécond et te multiplie, afin que tu deviennes une multitude de peuples!
28.4
Qu'il te donne la bénédiction d'Abraham, à toi et à ta postérité avec toi, afin que tu possèdes le pays où tu habites comme étranger, et qu'il a donné à Abraham!

( ; Genèse : 28.1 )




Itshak prend sa décision.



Ses deux enfants doivent se séparer.



Il bénit Yaacov, en toute lucidité.



Lui donne "la bénédiction d’Abraham".



C’est donc à tort que saint Augustin déclare que l’Eglise est "le véritable Israël".



Même si Tertullien prend la responsabilité d’écrire que Essav est Israël, et Yaacov l’Eglise…

Retour à la page d'accueil : ici