T4071
Baba batra : Rabi a ouvert les trésors, en période de famine ; seulement pour les savants. Ensuite, que tous entrent !



T4071 Baba batra : Rabi a ouvert les tresors, en periode de famine ; seulement pour les savants. Ensuite, que tous entrent !

Rabi a ouvert les trésors, en période de famine ; seulement pour les savants. Ensuite, que tous entrent !




Rabi a ouvert les trésors, en période de famine ; seulement pour les savants. Ensuite, que tous entrent !



Ceux qui connaissent le mikra



La Michna



Le Talmud



La halakha



Les Agadot



Mais non les ignorants.



Yonatan ben Amram a forcé l’entrée.



Il lui a dit :



Mon maître, nourris-moi !



Rabi lui a demandé



Tu as étudié le mikra ?



Il lui a répondu :



Non !



La Michna ?



Il lui a répondu :



Non !



Il lui a demandé



A partir de quelle raison te nourrirais-je ?



Yonatan ben Amram lui a dit :



Nourris-moi comme un chien.



Nourris-moi comme un corbeau.



Rabi l’a nourri.



Quand il est parti, Rabi était plein de remords.



Il a dit :



Pauvre de moi, j’ai donné mon pain à un ignorant.



Rabi Chimon, fils de Rabi, lui a dit :



Peut-être Yonatan ben Amram est-il ton élève ?



Peut-être ne veut-il pas jouir de l’honneur dû à la Tora ?



On a examiné la chose.



On s’est aperçu que c’était bien le cas.



Alors, Rabi a dit :



Que tous puissent entrer !



( ; Baba Batra : 8 )




Rabi considérait-il donc que les ignorants n’avaient pas droit à sa générosité ?



A la vie ?



Yonatan ben Amram a montré sa sagesse.



Il lui a dit :



Nourris-moi comme un chien.



Nourris-moi comme un corbeau.



Toutes les créatures ont le droit de vivre.



Même le chien, le corbeau.



Même s’ils sont des "animaux impurs".



Rabi n’a pas été convaincu.



Mais son fils, Chimon, a donné un autre argument…



Le refus d’un sage de jouir de l’honneur dû à la Tora.



Effectivement, c’était le cas.



Yonatan ben Amram était un savant.



Rabi a décidé de laisser entrer quiconque, pour avoir droit à ses trésors.



Pour ne pas être injuste envers un sage caché.



Mais aussi, il a reconnu son erreur.



Et il ne s’est plus obstiné, dans son hostilité envers les ignorants.

Retour à la page d'accueil : ici