T3974
Berakhot : Méir écoute sa femme, qui le tire de l’échec ; mais il en est, tout de même, jaloux. Influence de son grand-père, Néron



T3974 Berakhot : Meir ecoute sa femme, qui le tire de l’echec ; mais il en est, tout de meme, jaloux. Influence de son grand-pere, Neron

Méir écoute sa femme, qui le tire de l’échec ; mais il en est, tout de même, jaloux. Influence de son grand-père, Néron.




Des méchants faisaient souffrir Rabi Méir ; il désirait leur mort. Berouria, lui a dit, ce sont les fautes qui doivent disparaître.


Elle lui a expliqué :



Regarde la fin du verset.



Tehilim 104.35

"Que disparaissent les péchés."

"Et les méchants, il n’y en aura plus."



Non ceux qui pèchent.



Il a prié pour eux, et ils se sont repentis.



( ; Berakhot : 10 A )




Une jalousie voilée.



Dans un autre contexte, il déclare que la connaissance des femmes est "légère".



Que l’on ne peut s’y fier.



Parce qu’elles sont émotives, influençables.



Berouria, sa femme, se défend.



Elle n’est pas d’accord avec son affirmation.



Méir demande à un de ses élèves de la… séduire.



Il y parvient.



Et Berouria se suicide.



Tandis que Méir a honte…



Sa conception de la femme est, malgré tout, apparentée à celle de la civilisation gréco-romaine.



Il se rattache, malgré tout, aux conceptions sur la femme de son grand-père, Néron.



Agrippine est peu de chose, que Néron, son fils, fait tuer.

Retour à la page d'accueil : ici