T3785
Taanit : Un homme affamé, mourant, demande à Nahoum ich Gamzo de le nourrir. Il ne le fait pas aussitôt, et l’homme meurt…



T3785 Taanit : Un homme affame, mourant, demande a Nahoum ich Gamzo de le nourrir. Il ne le fait pas aussitot, et l’homme meurt...

Un homme affamé, mourant, demande à Nahoum ich Gamzo de le nourrir. Il ne le fait pas aussitôt, et l’homme meurt….


Nahoum ich Gamzo dit :

Un homme m’a abordé sur ma route.

Il m’a dit :

"Nourris-moi !"

Je lui ai dit :

"Attends que je décharge mes ânes."

Le temps que je le fasse, il était mort..



Je suis tombé sur sa face.



J’ai dit :

"Mes yeux qui n’ont pas eu pitié des tiens, qu’ils soient aveuglés."



"Que mes mains qui n’ont pas eu pitié des tiens, soient coupées."



"Que mes pieds qui n’ont pas eu pitié des tiens, soient coupés."



"Mais cela ne me suffisait pas."



"J’ai dit aussi :"



"Que tout mon corps soit couvert d’ulcères."



Il a été exaucé…



On lui a dit :

"Pauvres de nous, de t’avoir vu ainsi !"



Il a répondu :



"Pauvre de moi, si vous ne m’aviez pas vu ainsi."



Pourquoi l’a-t-on appelé Nahoum ich Gamzo ?


Aussi cela.



Parce que, pour chaque chose qui lui arrivait, il disait :



"Cela aussi est pour le bien."



( ; Taanit : 21 A )




Il est terriblement grave, le défaut d’attention, de générosité.



Quand tu écoutes à peine.



Que tu te désintéresses de ce qui fait vivre et mourir un être humain.



Dans tous les aspects de sa vie.



Survie.



Amour.



Travail.



Vie sociale.



Existence politique.



Toutes ces circonstances du bonheur, qui rendent la vie possible.

Retour à la page d'accueil : ici