T3610
Baba batra : Rabi a ouvert les trésors en période de famine ; un accès restreint aux sages. Ensuite, quiconque y a accès



T3610 Baba batra : Rabi a ouvert les tresors en periode de famine ; un acces restreint aux sages. Ensuite, quiconque y a acces

Rabi a ouvert les trésors en période de famine ; un accès restreint aux sages. Ensuite, quiconque y a accès.


En période de famine, Rabi a ouvert les trésors aux sages.

Il a dit :

Qu’entrent les maîtres du mikra,

De la Michna,

Du Talmud

De la halakha

De la agada

Mais non les ignorants, qui ne peuvent entrer.



Yonatan ben Amram a forcé la porte, et il est entré.



Il lui a dit :

Mon maître, nourris-moi !



Rabi lui a demandé

As-tu étudié du mikra ?

Il a répondu : Non.

As-tu étudié de la Michna ?

Il a répondu : Non.



Il lui a demandé :

Comment pourrais-je te nourrir ?



Il lui a dit :

Nourris-moi, comme un chien ou un corbeau.



Il l’a nourri.



Ensuite, Rabi a dit :

Pauvre de moi, j’ai donné de mon pain à un ignorant.



Rabi Chimon, fils de Rabi, lui a dit :



Peut-être Yonatan ben Amram est-il ton élève ?

Peut-être ne veut-il pas profiter de jouir de l’honneur que donne la Tora ?



On a examiné la chose, et on a trouvé que c’était vrai.


Alors, Rabi a dit :



Que tous entrent !

( ; Baba Batra : 8 )




Rabi ne pense pas que les ignorants méritent de survivre ?



Quelle étonnante conception !



Mais la réplique de Yonatan ben Amram, sur le chien et le corbeau, lui ont fait prendre conscience de la réalité.



Quiconque a faim mérite de manger.



De plus, chaque être a ses mérites cachés.



Il n’est pas nécessaire de les examiner.



Chacun peut entrer !



Que tu sois sage, ou non.



Que tu aies des qualités, des mérites, ou non.

Retour à la page d'accueil : ici