P2112
Adam et Hava, premier couple



P2112 Adam et Hava, premier couple

Adam et Hava, premier couple.



Pour créer Hava



Dieu a endormi Adam



Pendant qu’il la fabriquait



La lui offrait



Quintessence de la vie



De tous les univers



Ensemble



Alors qu’elle n’existait pas encore



Hava connaissait les pensées les rêves d’Adam



Auprès de lui



Alors qu’ils ne se connaissaient pas



Proche de lui



Dans la double impossibilité



De son sommeil à lui



De sa presque existence à elle



Quand il l’a enfin reçue



Double éveil



Il s’est écrié



"Elle est l’être de mes êtres"



Ma personne



Ma chair



"Chair de ma chair"



Quand je la vois



Nue et offerte



C’est moi que je vois



Attendri



Elle…



Cet elle qui est moi



Sans cesser d’être elle-même



Elle m’est d’autant plus chère



Précieuse



Qu’elle diffère radicalement de moi



Qu’elle ne se rallie nullement à moi



Dans l’inexistence soumise



De la bourgeoisie



Qui choisit et aime le néant



Misogynie imbécile



De tous ceux qui ne connaissent



Ni elle



Ni le couple



Ni eux-mêmes



Et pas davantage Dieu



Ou le monde



Qui leur est opaque



Dans leur moquerie impuissante



Désabusée



Le triste féminisme des hommes



Qu’est la misogynie



Déchus



Eteints



Sans pensée



Et sans rêves



Comme Socrate



Platon



Xénophon



Qui ne connaissent



Que l’"amour" entre hommes



Amour de pratiquement soi



Autosatisfait du pur néant



Résigné à n’être que cela



Une variante banale



De l’amitié



Amour



Vraie connaissance



Reconnaissance



Eternité



De chaque instant ensemble



Quand s’embellissent les contraires



Que rien ne s’annule



Dans les divins caprices



La joie essentielle



D’être les mêmes mais différents



L’expérience unique



De la sublimité de Dieu



Lointain et proche



Dieu unique



Dans l’unité



Qui est joie



Et non paradoxe



Par et dans le couple



"Toutes les familles seront bénies en toi"



Ta propre famille



Qui est constitutive des univers



Et qui les bénit toutes



Familles



Que tu peux apprécier comme splendides



A partir de son regard



De l’inconnu imprévisible



De sa charmante impulsion



Celle qui contient



Sans effort



Tout ce qui diffère de toi



Midrach sur Terouma



"Ma lumière est dans ta main



Ta lumière est dans la mienne"



Et si je suis belle



Me regardant avec toi dans mon miroir de cuivre



C’est par toi



A partir de toi

Retour à la page d'accueil : ici