P1924
Je suis esclave, et je me veux esclave



P1924 Je suis esclave, et je me veux esclave

J’aime mon esclavage



Il balise ce qui me tient lieu de vie



Des habitudes



Des règles implacables



Des garde-fous inflexibles



Pour celui qui ne s’autorise aucune folie



Aucune fantaisie



Aucun sentiment



A toute innovation je réponds



Par des grincements réprobateurs



Personne n’est libre



Surtout pas mon dieu



Qui n’est qu’un esclave fétide



Parmi les autres



Mon dictateur attitré



Pense pour moi



Cela suffit bien pour le monde



Je dégurgite le fiel qu’il instille dans ma bouche



Je déclare miens ses slogans



Ma théologie est orientée



Vers la plus grande méchanceté



Si mon dieu hilare se trompe



Dans ses décrets d’extermination



Ou dans son retard à anéantir et torturer des otages



C’est de ma propre erreur qu’il s’agit



Je suis fils de la prostituée Eglise



Qui a donné naissance



A partir du sperme de Pandera



Soldat romain



A un vestige de soldatesque



Fidèle à la loi romaine



Je ne m’autorise aucune initiative



Je frissonne à l’idée d’en avoir



De me laisser aller à la perversité



D’une quelconque pensée



Moi qui suis aseptisé



Conservé dans les reliques du formol de mon absence d’être

Retour à la page d'accueil : ici