POEMES

P2105 Omphale, reine de Lydie, achète Héraclès comme esclave sexuel ; mais elle veut aussi le tourmenter, en le faisant filer… : ici
P2104 Haut comme trois pommes ? Un bébé. Mais aussi, Paro, terrifié par la présence inquiétante de Moché : ici
P2103 Ce qui passionne les gens ? Pouvoir, argent, amour, Juifs : ici
P2102 Zeus ne s’intéresse qu’à s’unir, éphémèrement, à de jolies femmes, consentantes ou non ; et le voici déclaré souverain juste… : ici
P2101 Coran : "Respectez les gens du livre". Nous les respectons en les tuant. A Tanta, dans une église, les Coptes sont tués en priant : ici
P2100 William Blake : Le chef-d’œuvre de Dieu, le corps féminin : ici
P2099 Goliat, fils de Orpa : ici
P2098 Chimchon et Goliat, fiers de leur puissance, enflés, qui ne la rapportent en rien à Dieu. Moi, président élu, infaillible : ici
P2097 Ahachveroch divorce d’Ester, et il se remarie avec Vachti : ici
P2096 Assassinat de Dieu : Combat, non avec l’ange, mais avec le démon : ici
P2095 Tu as tué Dieu, de tes propres mains ; combat avec le diable… : ici
P2094 Juifs déicides… Avant que tu ne le tues toi-même, ce vilain dieu infâme, et que tu le jettes hors de ta vie splendide : ici
P2093 Saint Jérôme, violent et vindicatif, vomit son ami d’enfance, Rufin d’Aquilée. Tué, comme Dieu a été tué : ici
P2092 Tu as tué Dieu, de tes propres mains ; l’infâme ne t’inoculera plus son venin : ici
P2091 Tu as tué Dieu, de tes propres mains ; tu l’as entendu cesser de respirer. Mais tu es toi-même mort de ce combat : ici
P2090 Occident et Arabes : Chacun utilise, avive, exacerbe, la haine de l’autre : ici
P2089 Les deux prostituées de Chlomo ? Israël et les Palestiniens. Chacune prétend qu’elle "possède" un enfant vivant… : ici
P2088 Israël et les Palestiniens ? Des courtisanes "horizontales", faites pour assouvir le désir déclinant de grandes impuissances : ici
P2087 Ton dieu infâme, islamiste, aime que tu tues ; et toi, avec ton fanatisme, ta cruauté, ton alcool et ta drogue, tu lui obéis : ici
P2086 Tu embrasses une personne que tu aimes, et on te voit. Insolence et provocation, l’amour, devant l’être qui en est privé : ici
P2085 Juste, avec ta foi ; empli de bonté, non de cruauté adossée à un prétendu Dieu : ici
P2084 Si le dieu n’est autre que le mal, le fuir est légitime, le déclarer mort, se moquer de lui : ici
P2083 Les hommes parlent de religion… Mais ce qu’ils révèrent, c’est le mal : ici
P2082 Dieu, comme Baal Peor, l’exacerbation de la laideur : ici
P2081 Etre beau, malgré la laideur du dieu des religions : ici
P2080 Si c’est pour être, toi aussi, "monstre froid", je regrette de t’avoir créé : ici
P2079 Si tu es égoïste, Israël, tu n’es en rien celui que tu es censé être, que tu crois être : ici
P2078 Tes dirigeants, Israël fossile… Le répugnant et le barbare, le mensonger : ici
P2077 Quelle joie, de dénoncer sévèrement la corruption ! En laissant soigneusement de côté la sienne… : ici
P2076 Térence : Je suis homme, et rien de ce qui est humain ne m’est étranger : ici
P2075 Les terroristes du sang sont des barbares ; et moi, comme je suis vertueux ! J’ai raison de les combattre : ici
P2074 Si quelqu’un est puni à cause de toi, Dieu ne désire pas ta présence : ici
P2073 Certains ne savent que nier Dieu, pour s’autoriser tous les méfaits ; toi, tu combats les désabusés, et montres sa présence : ici
P2072 Un paysan américain, devenu président, ne saurait avoir vraiment une influence sur un Israël qui le dépasse largement : ici
P2071 Dans les écoles de Corée du sud, on étudie le Talmud. En Corée du nord, le petit dictateur malfaisant tue son frère : ici
P2070 Israël éperdu, désemparé, dans le complet désarroi ; perclus de nationalisme banal et de religiosité quelconque : ici
P2069 Je ne suis pas né à Kuala Lumpur, d’où mon malaise typiquement malaisien : ici
P2068 Tout m’appartient : Ne suis-je pas le noble prince pour lequel l’univers a été créé ? : ici
P2067 Tehilim : "Je hais ceux qui te haïssent". Celui qui est tristement habité par la haine a besoin, encore davantage, d’amour : ici
P2066 Israël, détruit par la Shoah, voué à une détresse, une souffrance insurmontable : ici
P2065 Reflet soumis, docile : ici
P2064 Tu es dans ta livrée, si belle ; toutes tes idées sont convenables : ici
P2063 Vestige : ici
P2062 Celui qui me contredit est un traître éhonté, qui travestit ma vérité de tyran. Je dois le tuer, pour donner à la justice sa chance : ici
P2061 Les actes du Cohen gadol, cachés : ici
P2060 Mots de la beauté ; non les autres : ici
P2059 Tout visage est une merveille. Le divin. Si tu le considères comme tel, tu es proche de chacun, comme aussi de Dieu : ici
P2058 Les religions : Se servir de Dieu, en prétendant qu’elles le servent. Le méprisant, comme elles méprisent chacun, et soi-même : ici
P2057 "Faisons l’homme à notre image". Ecris, et que celui qui veut se tromper se trompe : ici
P2056 Te voir, même si tu te caches : ici
P2055 Tehilim : Dévoile mes yeux, et que je contemple des merveilles de ta Tora. Malgré les religions, destructrices de la vie : ici
P2054 Toi qui détestes Israël, tu le vois tordu ; et non chantre, prince, combattant, droit. Tu ne le connais pas, c’est pourquoi tu le hais : ici
P2053 Toi qui détestes Israël, tu refoules en toi ton amour pour lui, comme ses frères avec Yossef : ici
P2052 Poudre aux yeux bourgeoise ? Haute stature d’Israël, dignement établi au cœur des peuples les plus civilisés : ici
P2051 Programme du sionisme : "Je serai fier, quand nous aurons nos bandits et nos criminels". Oui, être comme tous les peuples : ici
P2050 N’ayant rien je me grime : ici
P2049 A mon incertitude, substituer celle des autres, dans l’imitation dévote de tout ce qui m’impressionne, dans l’univers restreint : ici
P2048 Israël ne sait ni qui il est ni où il va : ici
P2047 Il est plus important pour moi de t’approuver que de te comprendre : ici
P2046 Si tu choisis, envers quiconque, l’attitude de la haine aveugle, furieuse, elle demeure éternellement. Ainsi, Yossef et ses frères : ici
P2045 Ne dis jamais : J’ai raison, je ne peux qu’avoir raison. Je suis sincère, marqué par la légitimité du saint : ici
P2044 Il est tellement facile de prétendre que celui qui nie ma légitimité est barbare, monstrueux : ici
P2043 Palestiniens : "Si je suis haï, ce n’est pas à juste titre"… Si tu es haï, c’est pour certaines excellentes raisons : ici
P2042 Remercier Dieu pour toute jouissance ? Pour toute chose de la vie, pour la vie elle-même ; je ne suis que reconnaissance : ici
P2041 Impérieux, glabres, mortuaires, le président et son sinistre imposent leur présence généralisée : ici
P2040 Nous pouvons très bien assassiner es musulmans à Hébron, lieu de nos deuils haineux. Personne ne peut nous condamner : ici
P2039 Nous avons presque tué Yossef. Sans avoir changé d’attitude, nous défendons, opiniâtrement, son tombeau : ici
P2038 Prier sur le saint lieu de la montagne du temple… Sans qu’il soit nécessaire, pour moi, de vivre la moindre sainteté : ici
P2037 Hanouca, ma sainte fête. Elle est toujours pure, mon huile glauque, tandis que ceux qui me détestent sont répugnants d’idoles : ici
P2036 Je suis indifférent aux autres, que je sais faire souffrir : ils sont tellement méchants… Nos mêmes cœurs de pierre : ici
P2035 Je n’ai pas de dieu : il a été justement supprimé, ce malfaisant, et il ne compte pas pour moi, l’inexistant. Mais il m’a choisi… : ici
P2034 Ce corps féminin étalé… Il dit, viens, prends-moi, caresse-moi, use de moi, garde-moi, sois complaisant envers moi, quelque peu vide : ici
P2033 Yaacov, tu as volé la bénédiction paternelle ? Au moins, elle ne s’est jamais appliquée à toi : ici
P2032 L’univers, entre les mains cruelles de ces fléaux que sont les tyrans, les chefs d’Etat, les ministres : ici
P2031 L’amour, que tu éprouves, dont tu es l’objet, fait de toi un fils de Dieu, tandis que tu vis avec Dieu, cette fille des hommes : ici
P2030 Amour ? Humaine et divine beauté : ici
P2029 "Vous voulez prier minha avec nous ?" : ici
P2028 Une harmonie ? Ta parole et ta sensualité, chacune éclairant et embellissant l’autre : ici
P2027 Un président qui ne se présente pas, parce que, normal, il s’est rendu compte de sa nullité ; inquiétude juive : ici
P2026 Yechaya : Des étrangers se lèveront, et ils feront paître vos troupeaux. J’aurai des troupeaux, moi ? Méé… Méé… : ici
P2025 Je n’ai pas confiance en toi, petit dieu… Je ne veux rien recevoir de toi ; j’exige de moi de renoncer à mon être… : ici
P2024 Un stratagème paradoxal, qui refuse la vie comme bienfait, et lui substitue la quête morbide de l’anéantissement du moi… : ici
P2023 Je dis, le pensant profondément : "La femme, c’est la vie". Une femme, toute souriante, me répond : "Les hommes aussi, vous savez"… : ici
P2022 Rien ne m’influence ; tout m’influence : ici
P2021 A Jérusalem, cinq fois par jour, le muezzin tire les sonnettes, rappelant, tonitruant, une présence incongrue qui attend : ici
P2020 Lors des émouvantes cérémonies du couronnement du prix onusien de la paix, un déséquilibré, trapéziste, franchit les tribuns et tue : ici
P2019 Voie moyenne d’Aristote, de Maïmonide ? Elle est sans passion, et ta vie est comme une routine ennuyeuse : ici
P2018 Certains ne connaissent que les clichés, les stéréotypes, les slogans ; leur vie est plutôt sénile, stérile : ici
P2017 La brutalité des tyrans, leurs mensonges, sont tellement habituels que personne ne s’en étonne, et les trouve normaux : ici
P2016 Pitoyable naufrage de Jésus, dans la grâce non gracieuse, la prédestination aveugle, l’inquisition sanguinaire, le vide : ici
P2015 Chutés israélo-palestiniens de Halloween : ici
P2014 Effroyable autodestruction de l’idolâtrie, avec ses thèmes empoisonnés : ici
P2013 Je hais Israël ? Mais c’est une juste cause, dans laquelle je suis la victime pourchassée. C’est lui qui est plein de haine : ici
P2012 Ta négation d’autrui est un suicide ; tu es à l’origine de ta propre euthanasie : ici
P2011 Ouria ne rentre pas dans sa maison ; revenu de l’armée, il sait que le roi a pris sa femme : ici
P2010 Déferlement cyclonal de la haine : Ceux-là, Dieu a mal fait de les créer… : ici
P2009 Une toute petite gentillesse transforme toute vie : ici
P2008 Une couronne ? Dix couronnes, et une seule : ici
P2007 Betsalel et Asclépios : ici
P2006 Mon dieu monoth est le plus grand ; il porte un monocle qui fait envie à tous ses collègues : ici
P2005 La bouche… : ici
P2004 Le monde n’aura plus de gouvernements véreux ; seulement des illettrés pratiquant le troc et le cadeau somptuaire, somptueux : ici
P2003 L’Onu se saborde, elle est remplacée par l’Uno, qui déclare criminels de paix tous ceux qui ont lutté contre le terrorisme : ici
P2002 La France exige que Cahuzac soit ministre des finances d’Israël : ici
P2001 Le fils de Peres nommé président d’Israël et des Etats-unis. La paix est signée entre Israël et les Arabes : ici
P2000 Petit Jésus, encore sous les jupes de Marie, petit Mohamad, encore sous celles de Khadidja… : ici
P1999 Yoktan, l’humble, a treize enfants, parmi lesquels Hatsarmavet : ici
P1998 Dérivant, à la dérive, du Nil à la Volga, avec la petite duchesse Volga, portée sur Akhenaton d’une manière étonnante : ici
P1997 Mon dieu est répugnant, dégoûtant. Mais comme il est beau, noble, grand ! Unique, admirable : ici
P1996 Comme nous sommes valeureux ! Capables, honnêtes, dévoués… Un mensonge général, mais il nous masque nos réalités… : ici
P1995 Les lémuriens, aux beaux yeux angoissés. Comme ils ressemblent aux hommes, inquiets, jamais sûrs de rien !... : ici
P1994 Un dieu rival de l’homme, qui désire sa perte ? La catastrophe. Zeus et la gnose ; jaloux de l’homme, et son ennemi : ici
P1993 Bon sens halakhique ? Plutôt l’obsession et le fantasme, le monde réduit à quelques principes sans valeur… : ici
P1992 Non, les sages d’Israël ne sont pas tellement exemplaires… Souvent, mais pas toujours : ici
P1991 Je te déteste, mon ennemi de classe, je ne te veux que du mal : ici
P1990 Aharon se tient entre les vivants et les morts : ici
P1989 La vie, une merveille ? La vie, une épreuve ? Richesse et fécondité d’Israël, qui n’y croit qu’à peine : ici
P1988 Je chef j’abuse ! Dieu m’a décerné le pouvoir infini de l’arbitraire, je m’en sers, pour mon caprice : ici
P1987 Marie-Antoinette, venue de Vienne à Versailles, attaquée de toutes parts : ici
P1986 Renoir, tu ne te souilleras pas avec le Juif Pissarro ? Mais comme tu te souilles, d’exprimer des ordures pareilles !... : ici
P1985 Une terrible et navrante transformation de déchéance : De Jésus à l’Eglise : ici
P1984 Douleur ? Elle contient son secret ; ne laisse aucune plainte, aucune amertume, le gâcher : ici
P1983 "Synagogue aveugle" : ici
P1982 Arrogance ? Moi, la vérité. Quiconque pense autrement se trompe. Je suis inspiré, lucide, perspicace, génial. Tuer le contrevenant : ici
P1981 Arrogance ? Moi, la vérité. Quiconque pense autrement se trompe. Je suis inspiré, lucide, perspicace, génial : ici
P1980 Jésus agonise ; il demande de l’eau ; on lui donne du vinaigre, et il meurt : ici
P1979 Tu n’acceptes pas toutes ces horreurs : ici
P1978 Vayikra : Aime ton prochain comme toi. C’est à toi de faire de lui, dans le génie amoureux, ton prochain : ici
P1977 Vayikra : Aime ton prochain comme toi. Une conceptoin sous le signe de la réciprocité ? Quelle horreur ! : ici
P1976 Vayikra : Aime ton prochain comme toi. Une conception non passive : ici
P1975 Ne pas mettre l’autre dans son tort ; c’est tellement facile, avec des raisonnements biaisés… : ici
P1974 Toutes les pages des livres sont blanches ; sauf peut-être pour les livres noirs : ici
P1973 Discerner les qualités essentielles d’un être, même et surtout quand elles sont cachées : ici
P1972 Chaque être a son charme personnel propre, infini ; le féconder ? L’amour : ici
P1971 Corps féminin entrevu, dans les délices : ici
P1970 Je suis émerveillé devant chaque personne : ici
P1969 Il m’aime ! La chair féminine de Hava, d’Israël l’attire et l’émeut ; en Marie, il dépose un petit dieu : ici
P1968 Il m’aime ! Je n’ai pas besoin d’être vertueux. Il ment pour moi, me disculpe effrontément. Pourquoi me gênerais-je ? : ici
P1967 Esclave avide d’honneurs, de privilèges, de pouvoir. Seuls les esclaves règnent : ici
P1966 Tu m’as tué mon dieu tout-puissant, c’est pourquoi je te hais, aimant beaucoup te tuer, toi aussi : ici
P1965 "Mon dieu est aussi mauvais que moi". Lui et moi sommes ignobles, et j’en suis fier, avec ma real religion : ici
P1964 Pape François : "Soyez heureux"… : ici
P1963 Il conduit la prière, dans une synagogue, autoritaire, impérieux. Quelle fierté ! : ici
P1962 Un préfet, Papon, avec son sang sur les mains, un médecin, Jacques Servier, mentent, un ministre de l’intérieur peut mentir aussi : ici
P1961 Baruch Goldstein assassine, à Hébron, 29 Arabes ; as-tu entendu une quelconque indignation ? : ici
P1960 Un monde de déflagration permanente du meurtre. Personne ne songe à le contrôler. Elisez-moi, seulement pour que je gouverne : ici
P1959 J’ai peine à imaginer qu’un ministre, en quelque circonstance, puisse dire la vérité : ici
P1958 Entendre ma honte, et me taire ; dernières lettres de l’alphabet : ici
P1957 Entendre ma honte, et me taire ; ne pas systématiquement me justifier : ici
P1956 Avigdor Lieberman, ministre d’Israël, a comparé l’œuvre de Mahmoud Darwish à Mein Kampf. Apprendra-t-il, un jour, le respect ? Quelques vers… : ici
P1955 Quand on est, comme Lieberman, ministre en Israël, on peut, impunément, traiter l’œuvre d’un poète palestinien, Mahmoud Darwish, de Mein Kampf… : ici
P1954 Se trouvant, comme chaque jour, dans son rôle de dictateur tonitruant, il dictate, privant chacun, le plus possible, de sa vie : ici
P1953 L’assassin de Jaurès acquitté. Naturellement, nous sommes en France, pays de liberté. Notamment celle de tuer : ici
P1952 Raisons du terrorisme ? Essentiellement, fondamentalement, le bonheur de tuer, de détruire : ici
P1951 Accueil paradisiaque : "Vous avez été marié ? Vous connaissez déjà l’enfer"… Mais, plutôt, le contraire : ici
P1950 Un rêve étrange et pénétrant d’Al Sissi, interprété par Katsav, qui sort de sa prison : ici
P1949 Une jolie jeune femme enregistre mes livres, à la Bn ; charmante, avec un beau sourire. Mais… il lui manque un bras : ici
P1948 Fauteurs, méchants, moqueurs : Rahel, l’aimée : ici
P1947 Rabi Yehonatan Eibeschutz : Yossef, nomade, vendu aux Ichmeelim, nomades. Un double nomadisme : ici
P1946 L’idolâtrie ? Tuer l’homme en l’homme. Lui substituer le schéma implacable qui doit anéantir toute personne, sa joie, sa fantaisie : ici
P1945 Gérard Sultan, bonté et douceur : ici
P1944 "Je suis noire, mais je suis laide". La beauté que tu m’as donnée, je n’en veux pas ; elle est frivole, honteuse : ici
P1943 On te hait si tu hais ; on t’aime si tu détestes ; mais tu détestes… A quoi te sert donc ta nauséabonde Tora ? : ici
P1942 Tadeusz Rozewicz : Vous qui m’observez à travers le judas sans m’ouvrir la porte : ici
P1941 A peine un regard nécessaire. Une même douleur, cachée dans le cœur mais visible, pour celui qui connaît une fraternité. L’anéantissement : ici
P1940 A tout instant menacé de mort. Inquisition, Hitler, Palestiniens. La même atmosphère fétide, dans laquelle je ne crois pas à ma vie : ici
P1939 Teikou ! Teikou ! Lui, Eliahou, résoudra toutes les contradictions. Moi, humble et prudent, j’y renonce… : ici
P1938 Différentes sortes de délire : ici
P1937 Ne pas forcer Dieu à faire des miracles : ici
P1936 Un jeune maire à Londres, une jeune maire à Rome : ici
P1935 Moché, tu préfères l’or au feu, réaliste. Mais Yitro te sauve la vie, te dirige vers le feu, et tes lèvres se brûlent : ici
P1934 Les eaux te subjuguent, te détruisent, Moché : ici
P1933 Paro, esclave… Il nie sa vraie nature. Jouant, pitoyablement, au dieu, il masque le fait qu’il a des besoins à satisfaire… : ici
P1932 Cœur de pierre, cœur de chair : ici
P1931 Tous les êtres, contenus en un seul. Dieu, lui aussi, à l’image de l’homme : ici
P1930 Une personne ? Une conjonction de merveilles. C’est la maladie qui conduit à les oublier, à se livrer au désastre de la haine : ici
P1929 Timna, repoussée des relations intimes avec Israël, donne naissance à Amalek, le haineux total ; le repousseur manque de cœur, d’intelligence : ici
P1928 Tu subis l’injustice ? Il t’est donné de ne pas la ressentir comme telle : ici
P1927 Ton peuple est petit, malade ? Toi, ne le sois pas, en rien : ici
P1926 Le musulman modéré, à la mode d’Occident, déclare : "Je suis contre toute violence, d’où qu’elle vienne". Mensonge invétéré : ici
P1925 Le toucan vorace : ici
P1924 Je suis esclave, et je me veux esclave : ici
P1923 Un gentil parle de Dieu : C’est d’Israël qu’il parle. S’il l’aime, sa parole est amoureuse. S’il le hait, il hait aussi Dieu : ici
P1922 A Gdansk, 400 pleureuses, pour le 400 ème anniversaire de la mort de Shakespeare. Un unique poète, qui exclut tous les autres… : ici
P1921 Israël ne se pose en rien la question de la légitimité de sa conquête : ici
P1920 Quand l’horizon de ta vie est complètement bouché, par ton dieu et ton peuple, qu’il ne te reste que le mal qui t’habite : ici
P1919 Dosto, pour lequel seul compte, misérablement, la Russie. Nationalisme imbécile, aveugle, justifiant tout le mal : ici
P1918 Dosto, avide du dialogue avec Abraham Kovner, même s’il est lui, Dosto, plein de haine : ici
P1917 Dosto, misérable, à l’affût d’un mauvais coup impuni, dans l’absence bienheureuse de Dieu : ici
P1916 Si ta vertu est attachée à Dieu, quelle honte ! Qu’elle se trouve dans ta simple valeur, dans ton être naturel : ici
P1915 Dans tes actes, tiens lieu de Dieu ; ne te repose pas, d’une manière quelconque, sur sa puissance à ton service : ici
P1914 Israël, une brebis parmi 70 loups : ici
P1913 Ma colombe, ma colombe, tu es fatiguée, replies une aile, mais continues à voler : ici
P1912 Verre plein, verre vide. Sachant tout apprécier en les êtres, ou trouver, en permanence, des raisons de les haïr : ici
P1911 Avide de toujours offrir un sourire : ici
P1910 Quand le lézard perd sa queue, elle repousse. C’est aussi le cas de l’homme, enseigne Erouvin, quand il s’unit à une gentille… : ici
P1909 Rapt royal, Agamemnon s’empare de Chryséis, fille du prêtre d’Apollon ; peu importent les conséquences : ici
P1908 Agamemnon se livre à un rapt ; il s’approprie, comme femelle, la fille de Chrysès, prêtre d’Apollon, Chryséis : ici
P1907 Chrysès réclame Chryséis. D’une manière troublante, les noms presque identiques : ici
P1906 Pour les peuples, Israël, tu représentes un danger, une menace. Rassurent ceux qui ont peur d’être détruits par ta valeur, le caprice de Dieu : ici
P1905 Vérités de ton époque, au milieu de la gangue des mensonges : ici
P1904 Liberté ? Penser par toi-même, non impressionné par les slogans inoculés, les soi-disant vérités cruellement imposées : ici
P1903 Dieu, Dieu… Tous disent Dieu ! Dieu éloigné, Dieu tout proche : ici
P1902 Tu n’as pas besoin de posséder toute la force nécessaire ; elle te vient d’en haut : ici
P1901 La voix du peuple parle par moi, régulièrement élu par la bêtise passive. J’aboie, et tous me félicitent : ici
P1900 Il est inutile de faire effort : Je suis ici de par la volonté apathique du peuple, et tant qu’il ne m’a pas baïonnnetté… : ici
P1899 Chef momentané de ce pauvre pays, après avoir prétendu que tu pouvais le sortir de ses ornières, tu te prélasses, ne faisant rien : ici
P1898 Le cœur léger, l’archiduc d’Autriche, Charles-Ferdinand, entre dans le sarcophage du pharaon Amenhotep III : ici
P1897 Comme j’ai le droit d’être si laid, dans un univers en proie à la laideur, l’avidité, la malhonnêteté, la haine ! : ici
P1896 Sois indifférent au discours séducteur de l’idole : Propagande, publicité, religiosité : ici
P1895 La femme, arbre et fruit de la connaissance du bien et du mal : ici
P1894 Un paradoxe invisible : Les peuples vides nient toute valeur à Israël, qui est pourtant source de leurs idolâtries bibliques : ici
P1893 J’aime, et j’aime ceux qui aiment. Leur amour m’embellit, m’ennoblit. Je n’ai aucun horizon de haine, d’inclination au mal : ici
P1892 De grands, admirables modèles, les truands de la pègre, les stars, que l’on accourt admirer, les meurtriers : ici
P1891 Dieu vivant, à l’image de ma vie : ici
P1890 Puisque je n’ai plus de dieu vivant, j’inverse les importances. C’est à l’insignifiant que je fais la plus grande place : ici
P1889 Le président du Burundi a sa propre équipe de football, et il joue. Un président qui fait quelque chose… : ici
P1888 Lac Tanganyika : La rencontre mémorable de Stanley et Livingstone, une pierre commémorative, avec leurs noms : ici
P1887 Les Anglais s’emparent de l’Afrique, volée aux Ottomans maintenant endormis : ici
P1886 Anglais à la recherche des sources du Nil : ici
P1885 Ouria, mari de Bat Cheva. David lui prend sa femme, le fait tuer. Un acte ignoble, alors qu’Ouria l’a aimée bien davantage : ici
P1884 Dictateur aux pouvoir absolu… Mais le plus fragile de tous les êtres, celui qui dépend de n’importe quelle opinion : ici
P1883 Le tueur islamiste : Mes femmes savent qui je suis, et ce n’est pas brillant ; je vais de l’une à l’autre, entre mes décapitations : ici
P1882 Comme nos adversaires sont malhonnêtes, monstrueux même… Nous, tout ce que nous faisons est bénéfique, loyal, grand : ici
P1881 Les gouvernements cherchent à créer une illusion : Leur action sera déterminante, opportune, efficace… : ici
P1880 Le désespéré n’a rien ; il est d’autant plus admirable, respectable. Davantage que le muni de ses certitudes : ici
P1879 Attitude bourgeoise du révulsé par des opinions choquantes : les seules qui méritent attention : ici
P1878 Les peuples "émergents". Immergés, dans la détresse de la servitude, du néant implacablement plaqué sur eux : ici
P1877 Tehilim : Réveille-toi, pourquoi dors-tu, Dieu ? N’abandonne pas pour toujours. Ils t’abandonnent, et demandent ta présence : ici
P1876 Devarim : Cacher, je cacherai mon visage… : ici
P1875 Religiosité cruelle, qui utilise l’idole qu’elle manipule : Le mal que je fais n’a rien de mal. Ma guerre atroce, ignoble, est juste : ici
P1874 "Voici mon Dieu, je l’embellirai". Le contraire de la banalisation, des conceptions théologiques sordides, de la cruauté : ici
P1873 Rilke reçoit une lettre d’une inconnue, musicienne ; en peu de temps, des lettres d’amour… : ici
P1872 Petits pieds mignons de Jésus, dans les nombreux tableaux sur la Vierge et l’enfant. Les pieds de Dieu ? : ici
P1871 Petit dieu, je ne suis vraiment pas content de toi : ici
P1870 Hébreu ? L’univers entier se trouve d’un côté, et toi de l’autre : ici
P1869 Inspiration piscinique : Un homme nageait dans le bonheur… : ici
P1868 Destin étonnant de Maïmonide : ici
P1867 Sur chaque front, tu vois le passé, le présent et l’avenir. Et surtout davantage : ici
P1866 Raspoutination de Yossef ; la bienheureuse hémophilie du tsarévitch-échanson lui permettrait de trafiquer de son influence… : ici
P1865 Tirésias sépare deux serpents qui s’accouplent, les frappe avec son bâton. Pour deux fois sept années, il change de sexe : ici
P1864 La mauvaiseté ment à tous, et elle se dupe elle-même. Déchéance de la propagande, de la publicité. Une vraie lumière ? La chance… : ici
P1863 Infaillibilité pontificale et exclusion définitive de Rabi Eliezer : ici
P1862 Hans Küng combat vigoureusement la notion d’"infaillibilité pontificale". Si la vérité est faillible, où est-elle ? : ici
P1861 Prière : Il fait souffler le vent, et il fait pleuvoir plus loin : ici
P1860 Toi qui sais tout, qui as toujours raison, qui ne te trompes jamais dans ton jugement perspicace, narquois et cruel : ici
P1859 Ton expérience, ton bon sens, ton juste milieu ? C’est… la mort : ici
P1858 Infaillibilité papale ? Toute l’histoire de l’Eglise montre l’esprit infantile des papes : ici
P1857 Comme tu es limité, mon enfant ! Séduit par un oiseau qui passe. Incapable de penser. Moi, je suis sans limite, infaillible : ici
P1856 Ils jouent… Chacun avec son orgueil, une haute idée d’eux-mêmes. Même s’ils ne sont que nullité et néant : ici
P1855 Quand le méchant souffre, explique Haguiga, Dieu a mal ; au bras, à la tête. Quand le Palestinien souffre, qui est juste, encore davantage : ici
P1854 Diane et Henri s’aiment. Mais un coup d’épée, dans l’œil, lui ôte la vie : ici
P1853 Dans le malheur, seuls ceux qui t’aiment peuvent te comprendre, t’offrir la tendresse dont tu as tellement besoin : ici
P1852 Elicha, Elicha, seul Dieu t’écoute vraiment, t’entend vraiment, te comprend vraiment. Et tu n’es pas un autre… : ici
P1851 Le visage ? La plus grande nudité. Voir au-delà du visage, grâce au visage : ici
P1850 Peuples que l’on asservit, dans le meurtre et la haine, en prétendant qu’on les… "libère" : ici
P1849 Israël, es-tu soucieux de bénir chacun, et chaque famille humaine ? Ne fuis pas ta vraie nature : ici
P1848 Bénir ? Etre inaugureur de chaque être, dans toutes ses facettes : ici
P1847 La règle ? Passer avant… : ici
P1846 Dieux décevants… Chez eux, rien que l’on puisse apprécier. Des fléaux, qui occupent l’esprit et le détruisent : ici
P1845 Quand celui que tu es est inconnu, sans en rien t’attrister : ici
P1844 Que ma prière ne soit pas fermée ; pouvoir prier, même si Dieu ne m’accueille pas : ici
P1843 Quelles que soient les fautes que tu as commises, tu ne mérites pas d’être livré à elles. Dieu a une pitié qui les transcende : ici
P1842 Israël ? Toi sur qui je peux compter. C’est dans ta valeur, ta lucidité, que tu appuies ou refuses. Comme je t’admire ! : ici
P1841 Malgré ma déchéance et ma peine, je ne désespère pas. J’ai vraiment été celui que j’ai été, et Dieu est ma lumière : ici
P1840 Dieu appuie tous ceux qui tombent. Qu’ils ne tombent pas davantage. Et toi aussi, tu peux empêcher de tomber : ici
P1839 L’imbécile insignifiant ne représente pas Israël ; il est seulement un fléau passager : ici
P1838 Tu te dis grand ? Que tu es petit !... : ici
P1837 Au nom d’un combat de vérité, le contraire… Fustiger ceux qui choisissent un bouc émissaire, mais faire de même… : ici
P1836 Angelus Silesius : "La rose est sans pourquoi" : ici
P1835 Paul Celan : "La rose de personne" : ici
P1834 Les dieux commandent ! Enfin, les miens. Les autres ne sont que de pâles imposteurs, qui doivent se ranger à mon unique vérité : ici
P1833 Je suis, moi, déclencheur de haine. Indifférent, dédaigneux, manquant d’attention. Il m’appartient de transformer la haine : ici
P1832 Haine pour rien, *sinat hinam* : ici
P1831 Il est grand, si grand, infiniment grand, dieu !... : ici
P1830 Qu’est-ce qu’un Juif ? Celui qui aime, qui bénit : ici
P1829 Un Juif avec une kipa ? Je dois le tuer. En effet, les Juifs sont les ennemis du genre humain, dont je suis le vaillant défenseur : ici
P1828 J’ai prononcé des paroles honteuses ? Mais non, je n’ai jamais dit cela, et on veut seulement me discréditer. Mensonge omniprésent : ici
P1827 Merveilleuse vie… A la place, l’atmosphère fétide des haines, des meurtres, des avidités. Que cela change ! : ici
P1826 Elle est émerveillée du corps merveilleux de cet homme ; mais aussi, et avant tout, il l’aime : ici
P1825 Bonheur ? Unité merveilleuse entre le corps et l’être : ici
P1824 Jérusalem, ville d’obscurité, ville obscure… : ici
P1823 Te conformer, t’anéantir : ici
P1822 Il faut que l’on ne t’entende pas ; que l’on ne te comprenne pas ; que l’on te calomnie ; que l’on te haïsse : ici
P1821 De petites âmes, et d’autres, plus grandes. La vie collective est plutôt celle de l’exiguïté : ici
P1820 Droit de chacun, d’être celui qu’il est : ici
P1819 Si tu considères tous les humains comme pécheurs, tu ne saurais avoir le moindre égard envers aucun d’entre eux : ici
P1818 Qui a jamais vu un Cohen dans les cimetières ? Dieu de la vie, les religions, plutôt, fréquentent la mort : ici
P1817 Que vaut-il mieux, Dieu ? Que tu n’existes pas ? Ou que tu sois impitoyable ? : ici
P1816 Je suis une muraille, et mes seins sont comme des tours : ici
P1815 Dieu est l’amant des peuples ; et toi, les considères-tu, toi aussi, avec amour ? : ici
P1814 Israël : Une société sans but, dans le mimétisme et l’imitation. Quand l’inauthenticité tranquille se prétend délicieusement conforme : ici
P1813 Celui qui jamais ne fréquenta, ni ne prêta attention à Dieu, mais qui l’invective, l’accable de reproches, et le maudit… : ici
P1812 Musulman, j’ai trop été humilié ; maintenant, en te tuant, je te révèle ma supériorité, la grandeur de ma cause : ici
P1811 L’islamiste ? Jouir de la mort, celle que, généreusement, je donne : ici
P1810 Un bel amour, celui de Ketoura et d’Abraham… : ici
P1809 Rester à Ur ?… Au lieu de toutes ces variations autour de l’ignoble, prendre banalement la suite du magasin d’idoles de Terah ? : ici
P1808 Lancelot du Lac descendrait de… David par sa mère : ici
P1807 L’amour plus fort : Deux êtres qui s’apprécient. Malgré le fanatisme de l’islam : ici
P1806 Ombre de la mort, qui s’empare des gens et de leur vie : ici
P1805 Une terrible catastrophe dans le monde ? J’en suis complètement innocent, et j’entonne mon couplet ému et vertueux : ici
P1804 --- Faut-il appliquer la charia en France ? A regret, une femme emmitouflée : --- Ce n’est pas un pays musulman… : ici
P1803 Pape François : Exhumer l’Eglise de son sépulcre, alors qu’elle ne sait pas encore qu’elle est morte : ici
P1802 Civilisation romaine, une louve recueille les jumeaux ; mais l’un d’entre eux tue l’autre : ici
P1801 Des jeux rituels ? Une transposition, d’une sauvagerie à l’autre : ici
P1800 Tu étais bien plus grand que ces fervents malingres et abusés ; tu as laissé persécuter ces fois superstitieuses. Avec ta macabre idole… : ici


Retour à la page d'accueil : ici