Y2159
Pensées



Y2159 Pensees

Grand rabbin : Rav rachi. Mais quelquefois, zenavi est plus approprié : à la queue, non à la tête…

Volkswagen triche sur ses caractéristiques de ses moteurs. Pourrait-il être honnête, au cœur d’un monde sans scrupules ? Il expérimente, avec des singes. Pour agrémenter, ils peuvent voir des dessins animés… Leurs pommons explosent-ils ? Après tout, les singes sont des espèces de Juifs, et il ne convient pas de trop leur prêter de droits. Une continuité entre le nazisme et l’époque contemporaine.

Une exposition, au Musée d’art juif : "Goscinny, au-delà du rire". 40 ans après la mort de Goscinny… "Au-delà du rire", de la terre de Gochen. Le rire, pour des institutions juives dramatisées, est trop médiocre. Il ne saurait en être question, quand on est shoatisés. Par contre, le sérieux indéfectible, qui exclut absolument tout rire, qui n’est guère qu’une métaphore. Ne pas se laisser aller à la frivolité. La quintessence de Goscinny, ce ne put être le rire, chose trop médiocre…

Dee longues cohortes de mauvais coups en tous genre. Ils sont volontiers présentés comme de judicieuses actions, marquées par la probité et l’opportunité. Ne t’étonne jamais ; n’écoute pas. Ne prête aucune attention à ces crimes multiples, couverts par la soi-disant intention méritoire.

Heureusement, la sexualité a des élans infinis, qui comprend meurtre et viol. Heureusement, elle provoque quelquefois des hauts le cœur affecté, et une réaction bourgeoise d’indignation. Dans ce cas, certains crimes peuvent être provisoirement réprimés, étouffés, limités… Un musulman n’agit pas ainsi, c’est ignoble. En vérité, rien ne le choque vraiment, dans des tortures monstrueuses. Mais il fait semblant, il est convenable. Ne saurait s’associer à ce que tous considèrent comme répréhensible. Il faut qu’un voile pudique révèle une autre manière de se conduire. En fait, il s’agit de la même, mais elle est masquée. Ne pas apparaître sous un jour cruel. Je suis civilisé, moi, j’agis d’une manière qui ne saurait être condamnée, sous des prétextes moraux naïfs.

Je vous ai utilisés, j’ai usé de corruption, sans limite. Me servant du travail des hommes, du corps des femmes. Indignés, vous m’avez renvoyé, et je suis parti. Mais maintenant, dut temps s’est écoulé. Peut-être avec-vous oublié ? Je me présente à nouveau, pour me livrer aux mêmes crimes. Vous ne savez plus, vous me considérez, à nouveau, irremplaçable. Moi, rusé, je fais semblant que tout a changé, pour moi. Je suis disponible pour de nouveaux forfaits, encore plus monstrueux que les autres.

Des carnages, des massacres ? On les oublie, on élude la question de la responsabilité. Assassiner des protestants, des Juifs ? Mais ce n’est rien, et tout cela est vite oublié.

Viol par exaspération… Non sous l’emprise du désir, mais de l’indignation, devant un comportement que l’on ne saurait admettre.

Comme les hommes acceptent facilement l’idée que leur religion est la seule bonne ! Ils tuent facilement en son nom, et considèrent que leur dieu aime leurs débordements monstrueux. Rien de bon ne vient de ces doctrines cruelles, qui aiment exterminer.

Une idole ? Elle n’existe pas… Elle n’a aucune responsabilité, dans les crimes immondes commis en son nom. Une foule d’actes destructeurs, qui sont considérés comme étant autant de rares mérites. Dans la psychologie des foules, se monter la tête, se vanter… Tout ce mal est en réalité du bien, et j’ai bien raison de haïr comme je le fais.

Un idéal ? En général, la carapace qui recouvre la dépravation, le mal maquillé, soigneusement caché dans de soi-disant vertus.

Retour à la page d'accueil : ici