Y2138
Pensées



Y2138 Pensees

La Catalogne veut son indépendance… Dans l’univers, chaque région fait le même rêve. Se soustraire à un joug inadmissible. Chaque région peut être un Etat autonome. Pourquoi subir la dictature injuste d’un Etat central ? Au lieu de 200 Etats, dans le monde, plutôt 20 000 et plus… Rien ne justifie le pouvoir tentaculaire issu de mariages crapuleux entre rois et princesses. Le centralisateur ne veut pas de cela. Il entend imposer la permanence du groupe compact. En arrière fond, le dieu unique, avec son clergé honorable et homologué. Une mascarade, alors que l’individualisme est toujours aussi tentant.

Histoire de la corruption ? Elle est infinie, très nourrie de crimes. La plupart du temps, ils sont farouchement niés ; mais personne n’est dupe. L’honnêteté est très rare. De même que la vérité.

Des actes de barbarie commises par les Etats : Ils en ont l’habitude et le goût. Plus ils sont ignobles, et plus ils ont de succès auprès des peuples, tout fiers de la puissance sanguinaire, admirable, qui se déploie partout.

Le mensonge généralisé… Mais il n’est nullement obligatoire, même s’il est extrêmement répandu. Il est possible de substitué la loyauté à la vantardise. De ne pas feindre de croire que les chefs sont irréprochables. Morvan Lebesque : "La grande découverte de notre époque, c’est que les élites ne sont pas honorables". Chacun le sait parfaitement. Pourtant, chacun a ses piètres protégés, en faisant semblant qu’il défend la sincérité et la vérité.

Les Kurdes, les Lapons. Deux peuples déchirés, répartis, misérablement, chacun, en cinq Etats. Pas de vie normale, et seulement l’esclavage, le mépris, la haine. Les persécuteurs expliquent que ce statut est justifié, et qu’il est criminel de vouloir en sortir.

L’assassin d’Abraham Lincoln, l’acteur Booth, estime qu’il a été inspiré par la justice. Comme l’assassin de Rabin, Igal Amir. Booth : Ce pays doit être organisé en fonction des Blancs, non des Noirs. Dieu, lui aussi sans doute, est un infâme raciste. Il proclame, inspire le racisme. Quiconque pense le contraire est un traître infâme, qui doit être impitoyablement châtié.

L’habitude de l’injustice tend à faire croire qu’elle est juste. Qu’il est normal que les spoliés soient spoliés, les persécutés persécutés. C’est l’injustice qui est juste ; elle est voulue de Dieu, qui la soutient. Dieu ne représente en rien le bien ; seulement des rapports de forces, positifs et légitimes.

Chacun est habitué à entendre des mensonges proférés, annoncés comme étant la vérité même. Bon sens de la situation lamentable qui est faite à certain. Une passion pour le mal, ressenti comme étant le souverain bien.

La pauvreté est un scandale ? Pour ceux qui savent tirer partie de la vie, que le pauvre fasse de même. Autrement, c’est à raison qu’il souffre, peine, endure…

Des "nouvelles" ? Plutôt des "anciennes". Des histoires parfaitement connues, dans lesquelles seuls changent les noms et les détails. Incurie et malhonnêteté, absence de scrupules. Le pourchassé doit l’être. Pie XII : Que le pauvre se résigne à son destin, puisque c’est le désir de Dieu.

La religiosité, aux côtés de la barbarie, de la méchanceté. Invariablement. Tout clergé est infect, opportuniste, immoral. Il s’allie aux divers criminels, dans une association qui lui fait garantir ses intérêts. Un univers détruits par ceux qui sont censés l’embellir. Une tristesse de la débâcle est de l’injustice, qui est surplombée par tout pouvoir.

Le bien n’a aucune chance, au milieu des clergés ineptes et sans scrupules de toutes sortes. Quitter tout cela.

Retour à la page d'accueil : ici