Y2129
Pensées



Y2129 Pensees

Certains poèmes sont des cata-strophes. Les auteurs le savent, sans vouloir le savoir.

Un voile, mais un style classique. Souriante, elle marche dans la rue, l’air dégagé. Son téléphone, collé à son oreille. Elle dit : "OK, bisous". Le comportement de ses sœurs plus libres, collée aux mœurs normales de son temps.

Comme le Français très moyen aime les palmarès ! Hôpitaux, richesse, salaires des Pdg… Une variante ? Les Juifs. Des hebdomadaires qui n’ont rien à raconter, et qui se rabattent sur le sujet. Notamment le Nouvel Observateur, que j’appelais France Obscénités, quand il s’appelait France Observateurs. Le métier de journaliste n’est pas méprisable ; mais, la plupart du temps, des êtres très quelconques, petits oiseaux qui mangent la viande, qui est restée entre les crocs des crocodiles somnolents.

Biographe ? Une sorte de déchéance, une vie transposée.

Le voleur de bicyclettes, film de Vittorio de Sica : Il trouve difficilement un travail de colleur d’affiches. Mais il a besoin de sa bicyclettes, qu’on lui vole. Ses multiples démarches, pour la retrouver, son vaines. Désespéré, il finit par voler une bicyclette. Il est vite rattrapé. Son tout jeune fils observe sa déchéance, horrifié ; désormais, il n’a plus de dieu. Son père pleure ; il ne sait plus quoi faire.

Films télévisiaques : "Meurtres à la Rochelle"… "Meurtres à Guérande"… C’est cela, que les gens aiment… Constamment, on le leur donne, et ils en raffolent.

L’ONU ? Faciliter au maximum les crimes de Bachar El Assad. Une noble vocation. D’innombrables parasites , qui augmentent la pourriture dans l’univers.

La justice de l’Eglise ? Son but principal est de couvrir les prêtres pédophiles ; ils pourront même être béatifiés, naturellement…

Les écrouelles ? Non guérir, mais inoculer la maladie. Quelle chance, de se trouver, brièvement, dans le lit du roi de France ! Très chrétien, sans peur, sans reproche, dans sa gloire immense… Sans peur… Surtout, d’aucun Dieu. Sans reproche… Quiconque ose un reproche est embastillé, ou tué. Même l’insignifiant – mais trop malheureux -- Louis XVI l’a dit : "C’est légal, parce que je le veux". Dieu, sans la moindre volonté. Moi, je suis de droit divin. Cela veut dire qu’il n’est Dieu que parce que je le veux bien. A tout moment, le coiffant du bonnet phrygien, je peux le décapiter.

Porte-parole inaudible d’un gouvernement qui n’a rien à dire.

Alors qu’elle est le fait de tous, pourquoi me reprochez-vous ma corruption ? Elle n’est pas seulement pardonnable, elle est légitime.

Kémi Seba brûle un billet de 5 000 francs CFA. Pas même de l’imagination ; reprendre le geste de Gainsbourg… Protester contre la puissance de l’argent ? Ou chercher à attirer l’attention sur soi ? De même, Napoléon, lors de son sacre, prend la couronne des mains du pape, qu’il a fait venir, pourtant, tout exprès, et la pose sur sa tête. Accomplissant, à sa manière, les mains tachées de sang, le noble geste, plus original, de Frédéric II Hohenstaufen, lors de son couronnement.

Voile islamique. Pour certaines, la pudeur, l’insignifiance acceptée. Mais pour d’autre, l’agressivité débridée : Avoir raison de cette civilisation perverse que représente l’Occident, et la détruire. Alors que l’on est venu à son ombre, victime pourchassée dans ses propres lieux naturels.

Retour à la page d'accueil : ici