Y2117
Pensées



Y2117 Pensees

Pour la stabilité des institutions, chaque dignitaire doit avoir un QI inférieur d’au-moins 15 % à celui de son prédécesseur.

Un bon conseil : "Numérisez vos souvenirs". J’en ai déjà quatre.

Un peintre, qui s’appelle… Dieu. Que peint-il ? Le veau d’or…

Une vieille habitude, avoir confiance en de nouveaux dirigeants. En France, déception de Mitterrand, de Sarkozy. Aux Etats-Unis, déception d’Obama. Quand tu attends bien autre chose de ceux qui sont tellement heureux de gouverner…

Science du bonheur, tellement promise. Une caricature de la vie. Le spécialiste est censé avoir réussi la sienne. Et quand tu apprends ce qu’il en a vraiment été…

Parenté entre les courses de chevaux et les élections. Un canasson est censé porter l’avenir du pays. Les médias l’observent, pronostiquent. Mais la pauvre Rossinante n’est pas tellement capable de performances enviées.

Il est tellement difficile d’initier un dialogue… L’humour, le hasard, la coïncidence. Mais remplacer l’anonymat par une soudaine intimité est plus périlleux que réel. Ou bien, cultiver le malentendu, propice à deux erreurs qui se catapultent… La rencontre providentielle existe ; mais mieux vaut ne pas la provoquer artificiellement. Même s’il est navrant qu’elle n’ait pas lieu, pour de bien mauvaises raisons.

Parmi tous les puritanismes, faire croire une chose. Un vernis de respectabilité, de valeur, de convenabilité. Tromper tous les êtres, soi-même et Dieu. Faire semblant. Une mascarade, une caricature du vrai. Le travesti, tellement en vogue chez Shakespeare, Molière, Marivaux. Ne pas se soucier de réalité, et donner au masque le caractère de la chair.

Si tu parviens à dominer tes répulsions, ta vie est toute différente. Compréhension, qui ne nécessite nullement cette indulgence condescendante que l’on nomme tolérance.

Es-tu aussi compréhensif envers les êtres qu’envers toi-même ? Ou bien es-tu prisonnier de critères absurdes auxquels tu es dévotement soumis ?

Tu t’efforces, sans effort, de très bien agir ? C’est excellent. Mais n’aie besoin d’aucun acquiescement, d’aucune approbation. Que ta conduite ne soit nullement infléchie par l’opinion d’autrui, quel qu’il soit. Qu’il te suffise de sereinement agir comme tu crois devoir le faire, en excluant totalement de tes préoccupations propagande et publicité, qui ramènent l’existence à des simulacres.

Des pirates informatiques… Ils se considèrent volontiers, non comme des voleurs, mais comme des héros, qui ont le courage, au nom de la liberté, de braver et de mépriser le… "système". Des chevaliers de l’impossible, agresseurs bénis par des doctrines libertaires, qui masquent la malhonnêteté.

Le corrompu ne se rend guère compte de ce qu’il fait. Il ne s’attend pas à être poursuivi : sa désinvolture lui paraît tellement naturelle !

Des femmes dépravées. Mais quand elles sont ensemble, qu’elles s’adonnent tranquillement à des vices, ils leur paraissent naturels, en rien choquants. Toutes accourent, nues, pour aborder, à Baal Peor, les jeunes gens sensuels et avides, qui ne demandent que cela.

Retour à la page d'accueil : ici