Y2093
Pensées



Y2093 Pensees

Une publicité dans le monde : "Annoncez vos acquis culturels". Par exemple, une nouvelle femme, avec le caractère hautement culturel de la cohabitation intime.

Au Musée de Cluny, une exposition sur les Mérovingiens. Notamment, le Pentateuque d’Ashburnham, l’équivalent mérovingien du Ben Asher…

Guerre entre les stalagmites et les stalactites. L’ONU se déclare incompétent : une trop grande absence, manifeste, de sang.

Paranoïa : Chacun est mon ennemi. Noï ? La beauté, en hébreu. Je suis beau, ou du moins je fais semblant. Mais comme je suis incompris !... de même, le parabellum. En préparant la guerre, tu fais semblant que tu es beau.

Les candidats se ramènent à un seul mot, presque bien choisi. Hier, ils n’avaient aucun rapport avec lui. Mais aujourd’hui, il est tatoué sur leur ventre, et il est censé représenter une éternelle vérité.

Des guerres, des attentats : Le quotidien de l’homme d’aujourd’hui, qui ne connaît rien d’autre. La sauvagerie a débordé du fleuve de la mort, elle est présente partout, et elle exige qu’on la considère comme légitime.

Personne ne s’attend à voir un politicien honnête… Ses déclarations ne comptent pas. On ne peut imaginer que, dans aucun domaine, il dise la vérité.

Maîtres d’Israël discrédités. Tellement inféodés aux hommes riches, tellement obséquieux envers eux. Sans connaissance, sans sagesse. Seulement l’appareil vide du conformisme, des places convoitées et obtenue. La Tora n’a aucune place dans cela : seulement la tienne. L’intrigue, le groupe de pression, le rapport de forces. Quelquefois, une citation qui confirme le néant, prise dans un fatras talmudique bien lointain.

"Nous, ce que nous faisons est honnête". Une litanie inepte de la prétention, tandis que les uns et les autres se ressemblent tellement. On peut se méprendre. On peut prendre une batterie d’arguments pour une autre. Et se perdre dans les vacuités respectives.

Religions… Monstruosités, destinées à meurtrir ceux qui s’y résignent. Des mythes, des clichés, des slogans. Des rites, pour t’empêcher de vivre. Chacun est Ganesha, qui a perdu la tête, tandis qu’elle a été remplacée par celle d’un éléphant. Au lieu de ta vie, une vie d’emprunt.

Ce qui est détesté, c’est l’amour. Au contraire, l’intrigue, la méchanceté illimitée, comme le crédit téléphonique du même acabit.

Publicité : Tous tes désirs seront satisfaits. Elance-toi, empresse-toi de goûter ce que nous mettons obligeamment à ta portée. Aucune tromperie, l’honnêteté même. La certitude de recevoir exactement ce que l’on a choisi…

Publicités de toutes sortes. Un Etat pervers, une religion atroce, un produit empoisonné. Et aussi, la publicité pour le génie, pour ses œuvres admirables. Dans toutes les tromperies, le caractère crapuleux qui émerge, qui est parfaitement visible. Aucune vilenie ne te sera épargnée. Publicité pour la générosité, la caritation exemplaire. Pour toi, c’est le bien qui compte. D’où la publicité correspondante, bien choisie, admirable et exemplaire. Il te suffit de choisir le bon dragon, et te voici embrigadé dans une sorte de mal à laquelle, dorénavant, tu appartiens.

Retour à la page d'accueil : ici