Y2081
Pensées



Y2081 Pensees

Badinter et Veil, bourgeois conventionnels ? La mise à mort, l’avortement… S’adapter à la société, ne rien lui apporter de discordant, la grignoter élégamment.

Petit Palais, une exposition : Oscar Wilde, l’impertinent absolu. Pas beaucoup d’imagination, ni de mérite. Les organisateurs, eux, ne sont en rien impertinents. Mais vendeurs d’expositions…

Victor Cousin et Platon. Le vrai, le beau, le bien Des banalités sans cesse répétées.

Une grandeur sans orgueil. Au lieu de s’enliser dans l’envers des choses.

Se vanter de tout : Un étal, avec toutes les raisons d’admirer. Sa force physique, son intelligence, sa mémoire. Même ses performances sexuelles. Le conjoint ? Un simple faire-valoir.

Les deux dirigeants apparents d’Israël et des Palestiniens, tous deux sans religion, se mettent d’accord : Celle-ci ne devra pas intervenir dans une paix quelconque. De toute manière, il n’est pas question de paix, et personne ne la désire. Mais la mise à l’écart de la religion, source essentielle du conflit, accentue la ferme détermination, mutuelle, de ne laisser à la paix aucune chance… Dans l’irresponsabilité des pantins pitoyables, qui croient représenter quelque chose.

L’hypermétropie a été découverte par un hypermétopolite grec, d’ailleurs myope.

Les malveillants, si bien informés, accusent Netanyahou de mauvaise fois, à propos d’Amona. Quelle imposture ! L’homme n’a aucune foi…

La femme est maligne comme un singe ; pis que cela, c’est à eux qu’elle enseigne. Du macaque au sapajou, en passant par le baobab, et en allant jusqu’au gorille. Elle fâche son homme ? Un tout petit geste le calme, tandis que le fauve en oublie sa contrariété passagère.

Les singes n’aiment pas que l’on déclare qu’ils descendent des hommes. Ils en sont offensés. Pourtant, ils ne font pas tellement attention à l’insinuation, occupés qu’ils sont à leurs plaisirs sylvestres. Et dédaignant les informations, qui dévorent les humains.

Jacques Baud, général suisse. L’Occident ment en permanence, à propos de l’Orient. Il ne comprend rien à lui, à sa violence, au terrorisme meurtrier. Toutes ses guerres ont été des catastrophes. Un sentiment de supériorité indécrottable. Des interprétations fausses, à partir de clichés. Suscitant l’indignation et la haine islamique. Il faut agir autrement. Mais il ne suffit pas de dénoncer les déplorables politiques. Il faut inventer autre chose. Pour cela, les humains ne sont pas à leur aise. Ils sont trop habitués aux insinuations mensongères. Ils se laissent aller à des conduites qui les mènent directement à l’échec. Pour commencer, cesser de mépriser. La civilisation n’est pas d’essence occidentale. Les valeurs de l’humanité ne se limitent pas à l’histoire, meurtrière, de l’Europe. Agir tout autrement. Dans le respect, l’attention. Au lieu de se contenter de condamner, d’une manière primitive. Ainsi, les Amérindiens, exterminés. Ils n’ont jamais eu droit à la parole. Le vouloir-vivre des migrants, venus d’Europe, a déclaré qu’ils étaient le diable. Ils ont subi le glaive et aussi le livre. Sans recours. De même que le droit des Israéliens les conduit à nier farouchement celui des Arabes. Des choix de mort, auxquels tous sont accoutumés. Tellement certains de leur bon droit frelaté. Le mensonge, l’appétit du lucre, la corruption. Voltaire : "Le but de la guerre est de voler". Prendre. Se mettre à la place. Prétendre que cette tension, perverse, est légitime. 80 millions d’Amérindiens, parait-il, assassinés. Des statistiques non tenues : Qui s’intéresserait à cette population sans âme, constituée, quasiment, d’animaux ? Et un président américain, George W. Bush, dans sa bêtise, se demandent : "Pourquoi sommes-nous tellement haïs ? Nous sommes tellement bons"…

Retour à la page d'accueil : ici