Y2077
Pensées



Y2077 Pensees

Au sommet du mont Olympe, les pilotes israéliens testent leur courage. Puisqu’il n’y a plus de dieu local, du côté de la Hammassie-Israël, fréquenter du côté de Zeus et de son importante suite féminine. Il y aura sûrement des viols intéressants, entre deux vols. Des hélicoptères, des avions de transport légers.
Des démonstrations de force, de virilité. Chercher chez les Grecs de jolies déesses fascinantes.

Talia Sasson… Thalie, patronne de la comédie. Un poste ministériel, en Israël, contrôlant les Arabes. Sasson, la joie. Quelle joie ?

Pendant la guerre de cent ans, combien de fois a-t-on décerné un prix de la paix ? En Occident moderne, de très nombreuses fois. Mais sans la moindre paix… Honorer des efforts pratiquement inutiles, et se satisfaire de ces simulacres.

Etats-Unis, pays d’Einstein et de Groucho Marx. Chacun, avec son génie.

Cette terre ? Dieu nous l’a donnée ; le nôtre, pas le vôtre. Une vague homonymie associe la foi en Dieu et l’idole.

Cette terre ? Dieu nous l’a donnée ; vous, vous n’en avez pas. Psaumes 96 : Tous les dieux des peuples sont des idoles…

Démocratie américaine ? Surtout l’argent… Pas de honte, quand la richesse prétend gouverner, et qu’elle est simplement porcine.

Dieu ? D’aucuns parlent à sa place, tandis qu’il n’a rien à dire. Une marionnette sous curatelle. Un être diminué, sans existence réelle.

Pitié pour les gouvernants et tyrans, complètement dépassés par ce qui est censé les occuper. Des plaisirs, mais aucune prise sur la réalité.

J’achète des livres, à Jérusalem. Vraiment des livres, et non du papier simplement couvert de lettres imprimées. La vendeuse, très distraite, navigue entre un téléphone, avant, et un téléphone, après. Avec un appareil à enregistrer, elle marque les livres, comme son ancêtre piquait des lapins. Code barre, tandis qu’une barrette est piquée dans ses cheveux. Les livres, muets, ne protestent pas ; je pense qu’ils ne se rendent compte de rien.

Publicité, à Jérusalem, pour des chapeaux : "Les chapeaux untel, toujours sur ma tête". Ai-je seulement une tête ? Ou bien seulement des chapeaux.

J’achète un chapeau à Jérusalem. Le vendeur, très compétent, me dit : "Dis-moi quelle est ta yéchiva, et je te dirai quel chapeau tu dois acheter". Un homme n’est que l’appendice de son chapeau. Il l’arbore, dans la totale insignifiance impersonnelle. Tu ne représentes que ton chapeau, qui permet de te rattacher, inflexiblement, à tel ou tel piétisme.

Un ami ne me comprend pas, dans ce que j’exprime. Je lui écris : "Je suis triste que vous ne compreniez pas mes intentions. L’amitié de plusieurs années ne fait rien à l’affaire".

Ne pas faire de suppositions simplistes, pour comprendre un comportement. Une personne vaut bien davantage. Ne pas la ramener à un vague mécanisme sans importance.

Ne pas croire, aveuglément, à la cruauté. Elle existe, ou non ; mais une personne est beaucoup plus subtile.

Retour à la page d'accueil : ici