Y2075
Pensées



Y2075 Pensees

Chirac, malade et hospitalisé, vestige, présenté comme un "monarque éclairé". Corrompu, jouissant d’innombrables femmes en série. Déclarant : "Les immigrés, je les reconnais à l’odeur". Portant un toast "à nos chevaux et à nos femmes, et à nous qui les montons". Mais reconnaissant, le premier, et sans de Gaulle, que l’Etat français était Vichy, responsable de l’immonde "Statut des Juifs". Un homme assez quelconque, menteur et traître.

Sapin vante le bilan du quinquennat de Hollande. Quand le mensonge est devenu la vraie nature. Un jour, à la Salpêtrière laïque, deux grands sapins, aux environs de Noël. Une note de service de Sapin, ministre de quelque chose, enjoignant de les enlever, dans la semaine. C’est à cela que sert un scribouillard-ministre.

Dans le centre commercial de Malkha, à Jérusalem, un magasin, Caligula. On n’est pas très rancunier, chez les Juifs, surtout si l’on est ignorant. Vend-il des chaussures, des Caliga ? Tous ces magasins, succédanés les uns des autres, jumeaux comme les 50 fils d’Aegyptos. Et les femmes, construites délibérément sur le même modèle, pour plaire à l’homme, et effacer, en soi, tous les soupçons de personnalité réelle.

Du miel de fleurs, en Israël. "Miel pur". La notion de pureté, effacée au profit de la publicité.

Le "Déjeuner sur l'herbe" de Manet a beaucoup choqué : Deux femmes nues, avec deux hommes habillés. Le nom du tableau ? "Partie carrée". Oui, deux prostituées. Zola vante le tableau. L'une des femmes, à l'arrière-plan, est Alexandrine. Zola l'a épousée, et il s'agit de Madame Zola. Avant d'avoir une maîtresse maintenant plus désirable qu'elle.

Poutine : Si je n’étais pas aussi sauvage, aussi sanguinaire que les autres tsars, je trahirais mon sang, et je serais indigne de l’admiration que j’ai conquise, à partir du petit KGB.

Google, à Jérusalem, m’apprend une importante nouvelle : Aujourd’hui, cela fait 126 ans que la poétesse Rahel est née… De son vivant, on n’a guère prêté attention à elle. Encore moins aujourd’hui… Une poétesse… Mais Google veille, au milieu de sa vente tous azimuts de publicité. Il m’annonce cela, comme il le ferait, aussi, de la naissance du pogromiste Petlioura. Google ne présente aucun intérêt. Ne pas faire attention à ses annonces débiles.

Un jeune de 15 ans tue. Un autre, de 16 ans, lance une fausse nouvelle qui fait prendre quelques précautions. "Principe de précaution", disent les débiles bourgeois. Dans le premier cas, connaître l’ivresse d’être enfin adulte. Dans le deuxième, se donner l’impression d’être très important. Humilité lointaine, dans laquelle chacun est vraiment lui-même.

Les gouvernements : Nous sommes compétents, attentifs, efficaces. Rien ne vous menace. Et si vous mourez dans des explosions, vous avez du moins la satisfaction de savoir que c’est à bon escient. Dors, brave peuple, ton autorité légitime te protège de tout.

Définition du Larousse sur le djihad. Effort sur soi-même pour atteindre le perfectionnement moral ou religieux. Combat, action armée pour étendre l'islam et, éventuellement, le défendre. (C'est abusivement que le mot est employé au sens de « guerre sainte ».) Non, il n’y a pas de guerre meurtrière, dans l’islam, fondée sur la religion. Si tu y crois encore, tu es vraiment islamophobe. Les décapitations sont des meurtres par amour, comme le disait saint Augustin. Non, pas de cela dans l’islam, qui est pacifique, tolérant, humain et démocratique. Change vite d’opinion, si tu ne veux pas être froidement décapité. Tu le mérites, d’ailleurs, être plein de haine, colportant des vilenies ineptes sur l’islam. La peur engendre des définitions mensongères ; tout, plutôt que la simple vérité, tandis que les haineux se gargarisent de la fausse réputation qu’ils entretiennent.

Retour à la page d'accueil : ici