Y2069
Pensées



Y2069 Pensees

Monet a choisi Giverny, pour y vivre. Quelle fierté, pour le conseil municipal, régional et tutti quanti ! Chacun des modestes habitants du lieu est un grand peintre. Une belle affiche, qui apparaît partout : "L’Eure impressionne le monde". Mais oui ! Le centre de l’univers artistant. L’impressionnisme, création de l’Eure, à laquelle Monet s’est pitoyablement rattaché, comme assisté : A la bonne Eure. Tous les génies sont l’émanation de conditions locales favorables… Pendules remises à l’Eure.

Une publicité, pour des… sandwich. "Des sandwich créatifs"… Ils te donnent finesse, intelligence, fécondité. Il te suffit de les manger, et tu es tout transformé.

Une publicité au téléphone : "C’est le marchand de vin". Je m’excuse, et lui dis que je n’en achète pas. Sa réaction ? "Pourquoi n’achetez-vous pas de vin" ? Une obligation stricte, pour chacun. Je vis en marginal, dévinisé ; quelle horreur !

Publicité pour un film : "Absolument terrifiant". C’est ce que les gens aiment…

Sur la moto, elle est accrochée à lui, derrière lui ; une position confortable, le contraire de leurs attitudes normales de face à face ; à sa remorque, au lieu qu’il s’élance à sa rencontre.

Une publicité, en Normandie : "Par temps de pluie, restez en Normandie ; parapluie, 7 €".

A Lourdes, un rassemblement chrétien. Beaucoup de précautions, en vue d’assurer la sécurité. Il est vrai que le dieu est capable de tout, et qu’il faut s’attendre à ses pires vilenies.

Qu’il est agréable de se sentir civilisé ! A la pointe de tous les avenirs. Combattant, dans la certitude, ceux qui sont moins doués, moins bien lotis. Moi, la valeur. Moi, la vertu. Moi, toutes les qualités. Soutenu par Dieu, qui m’aime, et même s’il n’existe pas. Mon devoir, ma passion, est de combattre les autres manières d’être, et de les vaincre. Je dois être impitoyable envers elles, sans la moindre faiblesse. Plus je serai cruel, et plus le diable qui me sert de dieu sera content.

Une civilisation qui aime le clinquant, le frivole, ce qui est vide. Même ma relation avec Dieu est de cet ordre. Je fais de lui une brave idole que je peux mépriser, ne considérer en rien. Publicité, propagande. Le mensonge érigé en mode de vie. Le néant, approuvé par mes sages, qui s’y connaissent très bien.

Des peuples dans la misère. Ils ne connaissent que la corruption. Mais celle-ci visite, aussi bien, les peuples plus installés dans la vie.

Rivaliser d’indignité. Il n’est pas nécessaire que j’aie une valeur. Le consensus des indignes en tient lieu.

Une religion basée sur le sacrifice. Le donnant-donnant. Un peu de mon sang, beaucoup, même. Le dieu-vampire est content : C’est de cela qu’il vit.

Des déclarations… Toutes plus mensongères les unes que les autres. Aplomb, bluff, la vérité travestie.

Comme tous mentent et volent, ce n’est pas grave de le faire S’adonner, tranquillement, au mal, avec l’excellente bonne conscience de la légitimité.

Ne pas s’approprier le bien d’autrui ? Chameaux d’Abraham, muselés. Ce n’est pas le cas de ceux de Lot, et c’est pourquoi ils se séparent.

Abraham jalousé par Eliezer, qui est Lot, qui est le serpent. Le supplanter, le remplacer, le discréditer.

Retour à la page d'accueil : ici