Y2053
Pensées



Y2053 Pensees

Te traiter comme un débile aggravé ? Ne te laisse pas faire. Ne sois pas attentif au discours politique, qui te réduit à un moins que rien. A la publicité, qui te ramène à un protozoaire imbécile, qui doit absolument être soumis aux banales impulsions. Mécaniquement défendre les tiens attaqués, comme s’ils étaient parfaits. Ratp, qui te considère comme un enfant attarder. Valide ton billet, "sous peine d’être verbalisé". Une injonction exprimée en sabir médiéval. Ta télévision ? Elle te vante "la nouvelle chaîne", ce qu’elle peut très bien continuer à faire pendant dix ans. Une autre ? "La télévision qui vous allume". Ce qui te donne irrésistiblement envie d’éteindre. Toujours, l’incontournable, que tu peux prendre soin à contourner, comme une crotte de chien. Tu es censé avoir des attitudes, des réflexes, que l’on peut utilement infléchir. Tu es manipulable, comme une vieille bique manipulable. Sujet à approbation, à élection, à solidarité. Tout chez toi est irrémédiablement bourgeois. La définition de Flaubert est tentante : "Ce qui est bas". Même si Flaubert lui-même se trouvait si souvent dans ce cas. Un être à stimuler, avec un onanisme expérimenté, éventuellement même "spirituel". Entrer dans ta vie en Méphisto sardonique, prendre ton âme, te mettre à la place un simulacre, qui te voit réagir en automate bien conditionné.

Une fatalité… Les dictateurs sont ignobles, faciles à percer. Les femmes des potentats sont des mécanismes répugnants, avec leurs caractères standardisés. Madame Diem, Madame Marcos, Evita Peron, Elena Ceausescu. La psychologue ronde Netanyahou, la poulette Erdogan. Abuser de tout, se donner l’illusion que l’on jouit légitimement de la vie, en prenant tout ce que l’on peut s’offrir, sans vrai plaisir. Morgue, mépris pour tous. De droit divin, surtout sans dieu.

Kabale. La Chekhina, une hypostase, l’épouse chérie de Dieu, sur le mode de la Trinité. Les séfirot, qui masquent aussi le cadre vermoulu de la Trinité, en étant convenablement dix.

Des saints ? A la place, des starlettes déifiées, qui jouent de leur corps, de leur soif de fausse gloire. Des chefs-d’œuvre insignifiants, des critiques qui obéissent à la direction, qui leur intime des autres.

Grands écrivains de notre temps, bien comblé. Nadine de Rothschild, surtout call girl, qui écrit si bien. La plus grande écrivaine juive de tous les temps ; qui dépasse tellement Ester. Mazarine, qui provient des vagues amours d’un président sans personnalité autre que cynique et manipulatrice, collaborateur aux allures de résistant, jouant sur l’insuffisance subliminale des sujets, chiens nombreux de sa chasse à courre, tandis qu’il déplore en permanence son absence, irrémédiable, de noblesse. Minou Drouet, Françoise la Sagan, la géniale inventeuse de Harry Potter, qui déclare modestement que son personnage a, de loin, éclipsé le sombre et vide Shakespeare. Personne ne s’occupe de Nausicaa, qui n’a pas su soigner sa publicité.

Des nouvelles pour toutes les insignifiances. Surtout, masquer pour toi la réalité, la remplacer par des sujets dérivatifs, une absinthe plus en vogue.

La nicotine tue ? On invente la cigarette dite électronique, qui n’en contient pas. Une campagne furibarde, orchestrée par tous ceux qui vivent du tabac. Cette cigarette est cancérigène, de toute évidence. Sache la proscrire absolument. De même que les laboratoires pharmaceutiques excellent à démolir les drogues diverses qui sont abusivement proposées, dans l’inconscience, par leurs concurrents. Tu n’es pas de force contre Small Brother, qui sait très bien prendre le contrôle de tes quelques neurones valides. Et il te conduit là où il veut.

Les starlettes, Ninon agréables, sortent vite de leur enclos, montrent leur corps, s’adonnent à quelques actes encore scandaleux, et conquièrent l’adhésion émerveillée de ceux qui n’existent plus guère, mais qui sont tout prêt, comme Barbey d’Aurevilly, d’aller fréquemment au cirque, juste pour voir quelques corps féminins suffisamment dévêtus.

Retour à la page d'accueil : ici