Y2050
Pensées



Y2050 Pensees

France, étrange pays… Le harcèlement sexuel généralisé, commis par les hommes politiques. Emoi prétendu du pays. Mais, en même temps, on peut divorcer sans avoir affaire au juge, qui ne saurait se mêler des émois sexuels des citoyens… J’aime le fait que l’Etat ne se mêle pas des mariages, ce que je trouve convenable. Mais non que le harcèlement sexuel soit légalisé.

"Malin comme un singe"… Une expression marquée par un racisme traditionnel que personne ne condamne. Il s’agit de lézardophobie, de zébrophobie. Ces animaux, surtout quand ils sont surdoués, sont encore plus malins que les autres.

La France, pays étrange. Les hommes, très généralement coupables de harcèlement sexuel. Mais les hommes qui fréquentent des prostituées sont pénalisés par la loi, dans leur sport innocent, où les malheureuses sont très consentantes.

Ne pense pas que l’exercice de certain métier rend forcément possible. La personne intervient davantage.

Harmonie, paix intérieure… Un verbiage inoffensif et inopérant.

Denis Heudré : "Il faudrait inscrire l'humour au patrimoine immatériel mondial de l'Unesco". Banaliser la réalité, la ramener à… l’humour. Un condiment, mais non la substance.

Négociations mercantiles… Pour Israël, le ministre des affaires étrangères est acheté comme le reste. Pourvu que l’on garde un pouvoir fétide… La caractéristique d’un peuple d’Israël sous-développé, aimant son abaissement. Sans but ni envergure. Seulement l’affairisme de la corruption, en guise de ferveur.

Film d’Andrzej Wajda, 1958. 7 mai 1945. C’est l’armistice. Dans une petite ville polonaise en liesse, nationalistes et communistes cherchent encore à s’entretuer. Deux étudiants nationalistes, Maciek et Andrzej, reçoivent pour mission d’assassiner le secrétaire général du parti communiste. Mais des innocents sont tués tandis que celui qui était visé parvient à s'échapper. Affligé par ces luttes fratricides et le sang inutilement versé, Maciek trouve l'oubli et l’amour entre les bras d’une jeune serveuse de café. Mais le chef des nationalistes le relance pour qu’il exécute sa mission. Tuer, d’une manière répugnante. Avoir conscience de l’horreur de cet acte. Mais s’en consoler, en affabulant. Croire qu’aux cendres succède le plus pur diamant. Ce qui est complètement faux. De l’ignoble à l’ignoble, sans différence notable.

Israël… Un ministre, de la défense, Yahalon, déclare qu’il n’a pas confiance en le premier ministre… Qui vaut le mieux, le moins bien ? Pas de grande différence avec les viols de Katsav, la corruption d’Olmert. Une société répugnante, qui a les chefs qu’elle préfère. Un veau en or ? Tout, plutôt qu’une honnêteté incongrue, inhabituelle, pour un peuple qui trempe dans le mal, et qui aime cela, en prétendant que tout ce qu’il vit est légitime. Quand tu n’as rien, que te reste-t-il ? Seulement la fréquentation permanente de l’horreur, tandis que tu te prétends, tout de même, victime…

Les Autrichiens sont appelés aux urnes, ce dimanche, pour élire leur nouveau président. Le candidat d'extrême droite, Norbert Hofer, part largement favori. L'Autriche vote ce dimanche pour élire un nouveau président, lors d'un scrutin très suivi en Europe où un candidat est donné favori face à l'écologiste Alexander Van der Bellen, après l'élimination au premier tour des grands partis au pouvoir. Les Autrichiens ont eu Hitler, et ils ont beaucoup aimé cela. Comme les Hongrois ont aimé Attila, les Roumains, Vlad. Et les Russes, Staline. Se vautrer dans le mal, tout en se prétendant sa victime : "Nous n’étions pour rien dans le nazisme". Choisir le gouvernement démoniaque, et se déclarer, tout de même, innocent de tout mal…

Retour à la page d'accueil : ici