Y2045
Pensées



Y2045 Pensees

Finkielkraut rend visite aux dormeurs debout de la République. Il est mal accueilli, traité de "facho". Il réplique, à propos de la manifestation continue : "Tout le monde s’en fout". Académicien, il a ajouté un nouveau mot à la langue françoise. Un devoir rarement accompli.

La justice norvégienne donne raison à Breivik. Le tribunal d’Oslo a estimé mercredi que les conditions d’incarcération d’Anders Behring Breivik, maintenu à l’isolement depuis cinq ans, violaient la Convention européenne des droits de l’homme, qui bannit les « peines ou traitements inhumains ou dégradants ». Breivik a tué 77 personnes en 2011, en faisant exploser une bombe près du siège du gouvernement, puis en ouvrant le feu sur un camp d’été de la Ligue des jeunes travaillistes. Une soi-disant justice, qui donne au terrible criminel des "droits bizarres". La Norvège estime que chacun mérite de jouir de tous ses "droits". Même celui qui a assassiné, sauvagement, 77 personnes, sans aucune raison. Le tueur estime qu’il ne doit pas être au secret. C’est le cas depuis cinq ans, cinq ans après son crime de néo-nazi, tandis qu’il se présente fièrement dans son attitude, sa conviction, sa haine. Et voici la brave Norvège qui lui donne raison, sans toutefois lui accorder des facilités, en ce qui concerne les visites et le courrier. De même, au Danemark, Céline a eu raison, en vertu de la "liberté d’expression"… Ce qui n’a pas empêché cinq peuples de ravir leurs terres aux Lapons, appelés maintenant Sami. Comme ils n’avaient pas d’écriture, ils ne méritaient pas de posséder de terres… Danemark, Suède, Norvège, Finlande, Russie. Un grand sens des droits de l’homme.

Passez-moi l’expression — « Gutenberg, (...) en créant l’imprimerie, avait imaginé le véhicule et le diffuseur les plus parfaits, pour son époque, du barbarisme et du galimatias. » (Alexandre Vialatte). Quand le paradoxe tient lieu de pensée, qu’il joue des faits et des idées.

Furetière entre à l’Académie française. Il est étonné de voir la lenteur avec laquelle les Académiciens travaillent au dictionnaire. "Je suis arrivé avec la lettre F, je mourrai avec le G". Seul, il réalise le premier dictionnaire, et il le publie. Il est exclu de l’Académie, avec le sourcilleux Boileau : L’Académie a l’exclusivité du dictionnaire… De même, Ambroise Paré n’a pas le droit de publier le récit de ses expériences chirurgicales. On le lui interdit, Parlement et Sorbonne.

Finkielkraut, nouvel académicien, répond à la grossièreté des grossiers, sommeillants éveillés de la Place de la République. On le traite de facho. Il réplique en disant : "Votre manifestation, tout le monde s’en fout". Un nouveau mot pour le dictionnaire, tout neuf. Furetière en acte, efficace et actif.

Aux environs de Pessah, les gens pieux se quittent en se disant : "Pessah sameah ve cacher". "Un Pessah heureux et cacher". Je déteste cette coutume… Elle invite, autoritairement, à une conformité dans le rite. "Cacher" ? Comme il convient. Je ne vous soupçonne pas, vous qui êtes tellement convenables, de faire autre chose que ce qui est cacher. Dans mon estime et mon respect, vous êtes entièrement présents. Je ne saurais imaginer, une seule seconde, que vous soyez en infraction par rapport à la divine règle. Une attitude bourgeoise, autoritaire, impérieuse. Vous ne sauriez agir autrement… J’imagine la même expression, chez des êtres antireligieux : "Pessah trie ve atsouv". Un Pessah taref et triste… Mais je pense que les antireligieux n’ont rien à faire de Pessah, et ils n’y font aucune allusion. J’aime que l’on ne dépende pas de l’usage… Tu arrives en Israël ? Gluante, la compagnie d’aviation de souhaite, d’une manière stéréotypée, la "bonne fête". De même que les commerçants, bien dociles. Tu es enfermé dans un système de convenabilité, et tu n’as aucun recours, si tu désires lui échapper. Embourbé dans le rite, comme s’il était inéluctable.

Tu vis dans des sociétés où la perversité n’est pas exceptionnelle. Pas plus que la cruauté, l’égoïsme. Mais l’esprit bourgeois est impérieux. Il fait comme s’il était absolument absent, chez les êtres supposés impeccables, qui vivent tranquillement leur pègre.

Retour à la page d'accueil : ici