Y2044
Pensées



Y2044 Pensees

Dans les lieux publics, un écriteau incantatoire, racoleur pour la sécurité : "La sécurité est l’affaire de tous". On peut rajouter : "Et l’insécurité, l’affaire de quelques-uns". C’est le principe saint de la division du travail.

Tu es attendu ? Ne fais pas attendre.

Un plaidoyer prodomino ? C’est souvent un échec.

Les mouvements de dissimulation financière de Panama n’amusent plus le public, vite habitué. D’autres réjouissances sont prévues : Les orgies, dans les conférences relatives au climat ; la traite des blanches ; l’anthropophagie courante dans les milieux du pouvoir.

Portugaise, un femme, établie à Paris, à bien acquis les tics habituels du langage. Quand on lui pose une question, elle répond : "Ya pas de souci". Egalement : "Cet ouvrier arabe, il ne sait même pas parler français"…

Des progrès, par rapport à la Révolution : Même si le président actuel de la France est absolument incapable, il ne sera pourtant pas décapité comme Louis XVI.

Le temps d’ouvrir mon parapluie, par une pluie forte, je me réfugie sous l’auvent de la police. Aimablement, un policier me demande : "Peut-on faire quelque chose pour vous" ? Je ne veux pas transformer sa gentillesse en hostilité déclarée. Je ne lui demande pas quelques kilos de cocaïne, parmi ceux qu’ils ont rassemblé… D’ailleurs, de quel droit assimiler ce policier-là aux autres ? Ne pas commettre cette erreur vulgaire.

Le mensonge ? Le menteur invétéré ne le reconnaît plus même comme tel. Il ment, effrontément, et sans cesse. Le dictateur, le mari, le père… Poutine, meurtrier, n’arrête pas de mentir. Beaucoup de victimes ? Ils ne les a pas tuées… De tous ses crimes, il est innocent. Ceux qui l’accusent sont des traîtres, d’ignobles comploteurs. Eux aussi méritent d’être assassinés, comme les autres. Pour cela, il est volontaire. Assainir la société, qui connaît, décidément, trop de mensonges…

Pape François. A Lesbos, il accueille des migrants. Ne fait aucune différence entre eux, suivant leur origine. Il déclare : "Tous sont fils de Dieu"… Un changement radical, par rapport à l’attitude persécutrice, justificatrice. Autrefois, le marxisme respectable. Maintenant, la fraternité humaine, ce qui est un grand progrès.

Attendre les catastrophes, pour en parler… Triste métier, que celui de journaliste, de collecteur de fonds charitables.

Al Capone, criminel, était aussi un homme simple. Il croyait pouvoir acheter Dieu avec des dons, généralement offerts aux catholiques. C’est ainsi qu’il croyait annuler son casier judiciaire.

L’homme politique est avide de la faille, chez ses concurrents. Il est habile à les charger, en soulignant à quel point il est lui-même innocent de ce genre de crime, qu’ils commettent chaque jour. Moi, je suis pur et généreux. Tout ce que je fais, je le fais dans la légalité. Je ne saurais admettre, pour moi, une autre conduite.

Le président du Burundi a sa propre équipe de football. Et il y joue. Fait-il aussi quelque chose d’autre ? Je ne le crois pas…

Retour à la page d'accueil : ici