Y2035
Pensées



Y2035 Pensees

Une publicité pour du whisky : Monkey Shoulder. Trois singes, apparemment saouls. Avec la mention obsessionnelle, mais vaine : "A consommer avec modération". Les singes ne savent pas lire. Mais ils ont été régulièrement, réglementairement informés.

Un urinoir à la Bn. Le nom ? Duravit. Un schéma ? Un sexe masculin, avec une glande. Un sens commercial certain.

Un prêtre jésuite s’intéresse beaucoup aux Samaritains. Une manière élégante de se débarrasser des Juifs, et de déclarer ces vestiges plus authentiques.

A Jérusalem, la Hourba, la ruine. Venue de Rabi Yehouda ha hassid. Un arche, une ruine. Un architecte la reconstruit. Il explique qu’il s’en est occupé comme il l’aurait fait d’une église, une mosquée, un temple bouddhiste. Effectivement, toujours une ruine…

Netanyahou déclare à Cameron que seule la puissance israélienne garantit la sauvegarde des "lieux saints" contre Isis. Après l’Etat refuge, la protection de ces lieux mal famés… Quand on n’a pas la moindre idée de ce qu’est la sainteté, dans un Etat corrompu, voué au seul égoïsme. Les anticroisés, qui protègent certains lieux contre la barbarie, alors qu’une barbarie corrélative aime à se manifester, dans l’impunité.

Si Isis prenait possession de Jérusalem, si elle détruisait le Kotel, ce serait une bonne chose, face à l’idolâtrie fétichiste de ceux qui en ont fait une vague et navrante synagogue.

Une dame, directrice du STE, Service technique pour l’éducation, du Fonds Social Juif Désuni, trouve que tous ces livres, qu’elle est censé vendre, sont bien médiocres. Heureusement, quant à elle, elle "a Proust", qu’elle lit avec toute la délectation snobinette des Oranais intégrés à doulce France. Une dérision, tandis que le peu d’intelligence dont elle dispose est tout entière investie chez Madame Verdurin, Swann, le baron Charlus. Ca, c’est de la littérature… Tandis que la publicité pour la banalité juive, cela est vraiment trop quelconque.

Comment expliquer que les Juifs se contentent de n’importe quoi ? Une quelconcité étonnante, affligeante ? La terreur, la peur des exterminations, des pogromes réguliers et persistants. Face à la simplicité élémentaire des populismes, faire la même chose. Sans relief, le néant. Des sinistres incultes, des premiers ministres d’une bêtise répugnante… Etre rien, et aimer cela, dans le cancer des nations. Une manière d’être qui est nulle, mais qui s’en satisfait. De toute manière, au temps des prophètes et des rois, c’était la même chose. Des attitudes, comme celle de Yiftah, qui ressemblent à celles d’Attila, de Gengis Khan, d’Ivan le Terrible. Nous sommes semblables à Pinochet, Franco, Marcos, Peron. Notre Poutine est une variété de Staline, comme Erdogan. Et Akhan, lui aussi, savait voler. N’attends rien d’un "Richon le Tsion", tout pressé d’être, plutôt, un "Aharon le Tsion", non un premier, mais un dernier des derniers. Ton "Rav ha rachi", de la tête, a plutôt tendance à être un "Zeevi", de la "Queue". Sans bonté, sans intelligence, sans connaissance. Il parle comme tous les ecclésiastiques, ceux de Grèce, engraissés de la richesse des privilèges. Le brillant, le génie, la sainteté d’Israël s’estompent tranquillement. Il macère dans le culte du veau d’or, et il aime beaucoup cela.

C'est par des sifflets que François Hollande a été accueilli ce samedi au Salon de l'agriculture. Des agriculteurs, revêtus pour certains de t-shirts noirs marqués "Je suis éleveur je meurs", ont également scandé "Démission". "La colère, je l'entends, je la comprends" a expliqué le président à un agriculteur, alors que sifflets et huées fusaient, sans interrompre sa visite. Quand je sais bien que la justice de l’Etat n’a rien d’équitable, je me replie sur les intérêts d’une seule catégorie. Et je fais bruyamment valoir mes "droits".

Retour à la page d'accueil : ici