Y2024
Pensées



Y2024 Pensees

Pauvre Galabru, encensé dans sa mort. Il n'aura jamais eu autant de compliments qu’en disparaissant." Un géant du théâtre s'est éteint." Un gigantisme tardif. Je me souviens de sa réponse, il y a quelques mois : - Pourquoi jouez-vous dans des pièces si quelconques ? Il a répondu : - Je suis un intermittent ; je dois manger. Mais je n'ai pas aimé sa "femme du boulanger". Me souvenant trop de Raimu dans le rôle.
Trump : J’ai de l’argent. Comme il n’y a pas d’autre valeur dans le monde, j’en profite. Je me moque, je critique, j’insulte, j’humilie. Cela fait partie de mes droits imprescriptibles, de la même manière qu’Israël se cramponne aux siens, en ignorant Palestiniens et ceux qui ont une autre arrogance. J’ai de belles femmes, grâce à mon argent. Je plais aux êtres qui sont aussi grossiers que moi. J’impose ma volonté à tous, et me vautre dans la mélasse de ma supériorité de riche minable. Rien d’autre ne compte, et je jouis de ma vie, aux dépens de ceux qui ne possèdent pas les mêmes privilèges.
Etats-Unis ? L’argent, seule valeur. In dollar we trust. L’argent te donne ton assise, ta divinité. Richesse, qui te place au-dessus des lois. Qui autorise toutes tes vulgarités, toutes les humiliations que tu fais subir. Pas de dieu, à moins qu’il soit aussi vulgaire. Choisir le médiocre, et l’imposer triomphalement, comme la source de toute valeur admirable.

Pour discréditer un politicien, lui attribuer des propos horribles. L’autre dément, mais on ne sait pas s’il ment, trément, triplement ou non. Ainsi, aux obsèques de Rabin, Netanyahou aurait dit : "Il est dommage que par sa mort il soit devenu un héros". Odieuse parole. Netanyahou dément avoir dit cela. On a voulu le salir. Mais comme il ment sans cesse, on ne peut savoir s’il dit vrai ou non. En tout cas, quand il a présenté ses condoléances à Léa Rabin, elle a refusé de lui serrer la paix, lui disant : "C’est vous qui l’avez tué". Cela, elle l’a vraiment dit. Un homme sans morale, sans envergure, sans probité d’aucune sorte. Magouillard, comme ses pareils. Plutôt, ne pas s’intéresser au cloaque.

Tromp, le porcin, est interdit d’entrée en Angleterre. Sa réponse, comme à l’accoutumée, est noble. Il annule des investissements dans le pays. La vengeance. S’il le pouvait, il prendrait des otages, et les mettraient à mort. Au moins, un politicien à visage animal découvert.

Travestir l’histoire. Elle est banale. Gouvernée par l’économie. Les persécutions, qui sont nécessaires, tandis qu’il convient d’assouvir toutes les haines légitimes… Un oubli des massacres. Déclarer ceux d’aujourd’hui légitimes. Puisque ce sont des non-musulmans, Dieu les déteste. Et nous devons être les agents actifs de cette détestation. Mettre toute notre haine dans nos actes. Prétendre que Dieu, lui aussi, est ainsi, à notre image. Quant à celui qui nous condamne, c’est seulement un injuste islamophobe, odieux à quiconque réfléchit.

Des singes, des hommes ? Des créatures sans intelligence, mais très attachées à leurs pouvoirs. Obstinées, opiniâtres. Un singe qui se prend en photo, ce n’est pas banal. Mais quand le photographe qui a laissé l’appareil doit se battre pour récupérer les droits des clichés, l’affaire se complique encore. Les faits remontent à 2011. Le photographe David Slater se trouvait en Indonésie, sur l’ile de Sulawesi pour prendre des photos de nature et d’animaux, ses spécialités. Alors qu’il avait laissé son appareil sur son trépied et qu’il s’était absenté, Naruto, membre d’un groupe de macaques avec qui travaillait Slater a pris deux selfies avant que le photographe ne revienne. Une scène pour le moins incongrue qui a donné naissance à deux clichés qui ont par la suite fait le tour d’internet. Sauf que la question s’est posée de savoir qui détenait les droits de ces clichés : Slater ou Naruto. Ce dernier étant incapable de se défendre, on pourrait penser que les droits reviennent naturellement au photographe. C’était sans compter sur Peta (People for Ethnical Treatment of Animals), une association de protection des droits des animaux, qui a pris en charge le dossier et qui représente les intérêts du singe Naruto. En quoi un singe se distingue-t-il d’un chef d’Etat monstrueux ? Il attaque, sauvegarde ses droits, et ne se met jamais en question.

Retour à la page d'accueil : ici