Y2013
Pensées



Y2013 Pensees

Bizarreries du langage : Critère ressemble beaucoup à cratère. Mais l’un n’a rien à voir avec l’autre.

Chacun vit de sa haine. Il se nourrit d’elle, elle lui apporte le mal qui l’exalte et lui permet de vivre son agressivité.

Sens cosmique… Certains en seraient dépourvus. Cosmétique…

Même les arrogants, qui l’infligent à tous, se plaignent, amèrement, de l’arrogance. Quand ils l’endurent, cela leur paraît injuste…

Ovil, l’Ichmeeli… Il est responsable des chameaux, au temps de David. Les caravaniers, qui n’ont pas d’autre horizon. Ovil ? Le transport. Je transporte, à grande vitesse ; ne pense à rien d’autre.

Jésus ? Supprimer la responsabilité ; mais le processus ne fonctionne pas. Les "sauvés" ne croient pas à un tel miracle, et ils sont profondément malheureux, dans leur culpabilité définitive. Nietzsche se moque : "J’aimerais que ces gens aient l’air un peu plus sauvé"… Ils macèrent dans leur faute, et meurent à petit feu dans leur chaudron.

Jésus ? Remplacer Rome. Un empire totalitaire, auquel l’Eglise succède, avec ou sans l’assentiment de Jésus.

"Jésus est mort pour mes péchés ; mais moi, je te tuerai pour les tiens…" Je ne te pardonnerai rien, Juif assassin de Dieu… Mais ce sont les Juifs qui sont proches de Dieu, comme le montre Heine, et non les chrétiens persécuteurs.

Jésus : César et Dieu ; mais il chasse les marchands. La pièce de monnaie renvoie à César. Mais Jésus prend l’initiative de chasser les marchands. Persuadé de la légitimité de son acte. De même, Moché a tué l’Egyptien adultère, qui se faisait passer pour le mari de Chlomit bat Divri, dans la pénombre de la nuit qui lui était complice.

Jésus maudit Israël, "le figuier stérile". Si je suis stérile, compatis, et aide-moi. Mais ne me maudis pas…

Ceux qui se sont agglutinés autour de Jésus ont développé, encore plus, leur cruauté. Mandatés par Dieu pour voler, assassiner. Les bûchers, avec leur dieu doux, mais complice.

Jésus peut disculper ? Rabi Chimon aussi, mais sans se déifier. Rabi Chimon : "Je peux disculper l’univers de la justice, depuis sa création et jusqu’à maintenant". Un noble désir, même s’il fait bizarrement abstraction de la responsabilité. Mais la mégalomanie de Jésus lui fait croire qu’il a un pouvoir qu’il ne possède pas.

Le bonheur ? Amour, mais aussi amitié. Merveille des deux richesses, des deux fécondités.

Psaumes 144.8 : "Leur droite est une droite de mensonge". Même quand ils font semblant de faire le bien, il ne s’agit que d’un stratagème, une manière d’apparaître, aux yeux des autres, pour ce que l’on n’est pas. Hypocrisie et méchanceté dissimulée.

Responsabilité et désir. Tout ce que tu fais, tu en es responsable.

Même le plus pervers se sent responsable de ses fautes. Tourmenté par elle, dans ses crimes mêmes.

Retour à la page d'accueil : ici