O16092
Georges Dumézil : "Le festin d’immortalité"



O16092 Georges Dumezil : "Le festin d’immortalite"

"Le festin d’immortalité"

Georges Dumézil

Paul Geuthner

1924



ETUDE DE MYTHOLOGIE COMPAREE INDO-EUROPEENNE



Légendes de l’Ambroisie



Fête printanière

Spectacle de la nature renaissante



Le Sémite ne pense pas à une vie sans fin, mais à une alternance de vies et de morts.

Cycle d’Adonis-Thammouz.


Chinois

Automne et printemps marquent la rencontre dans la nature des deux principes sexuels.

Le YIN féminin

Le YANG masculin

L’un est maître de l’hiver et des lieux sombres

L’autre travaille l’été, au grand jour



L’Indo-Européen commémore chaque année le triomphe définitif de la vie sur la mort.

Au festin printanier, les hommes boivent le breuvage rituel.

Ils n’envisagent pas la vie qu’ils demandent comme une succession de hauts et de bas, un enchaînement de bonheur et de malheur, un équilibre de force et de faiblesse, mais comme un progrès continu dans la force, dans le bonheur, dans la santé.

C’est peut-être pour avoir possédé cette idée simple que les Indos-Européens ont conquis le monde.



Absence des morts dans la fête printanière des Indos-Européens.



Granet

Chinois

Dans les fêtes du renouveau et de la jeunesse, la communion sexuelle était le rite principal.

De tout temps, printemps signifie l’idée d’amour.

Quand peut-il avoir le plus de puissance efficace que dans sa fraîche nouveauté ?

Avant tout, des fêtes d’initiation qui faisaient entrer ans le commerce social des jeunes gens jusque là confinés dans le hameau de leurs familles.



La fête de l’Ambroisie

Latins

Arméniens

Slaves

Germains

Celtes

Hindous

Grecs

Retour à la page d'accueil : ici