O15912
André Maurois : "La vie de Disraeli"



O15912 Andre Maurois : "La vie de Disraeli"

"La vie de Disraeli"

André Maurois

Gallimard

1974



La vie est trop courte pour être petite.



A cessé d’être Juif.



Mais n’est pas devenu chrétien.



Je me trouvai avoir une fort belle jambe, ce que je n’avais jamais su auparavant.



Femmes.



Je préfère la liberté dont nous jouissons au libéralisme qu’ils permettent et préfère aux Droits de l’Homme les Droits des Anglais.



Il était ce qu’un homme doit toujours être pour une femme : très doux et cependant un guide.



Homme orgueilleux et sensible.



Sa femme, Mary-Ann

Très calme.

Manières graves et presque tristes.

Jamais irritable.



Ardent en amour, froid en amitié.



Très patient.

Très travailleur.

Très généreux.

Content de lui.

Pas d’égoïsme.

Est un génie.

Toute son âme est consacrée à la politique et à l’ambition.



Des dames discutent des beautés grecques.

Sa femme dit :

Oh ! vous devriez voir mon Dizzy dans son bain !



Très honorable baronnet.



Et qu’est-ce que vous ferez du Graal quand vous l’aurez trouvé ?


Les grands esprits doivent attendre le succès de grandes variétés, de grands talents et de rien d’autre.



Comment pouvons-nous considérer notre temps comme une époque utilitaire ?

C’est une époque d’un romantisme infini.



Lord Beaconsfield

A la chère et très honorée mémoire

De

Benjamin, comte de Beaconsfield,



Ce monument est dédié par sa reconnaissante souveraine et amie, Victoria R. I.

Psaume 16.13

Les Rois aiment celui qui parle juste.



Non un saint.



Mais un symbole de ce que peut accomplir, dans un univers hostile et froid, une longue jeunesse de cœur.

Retour à la page d'accueil : ici