O15882
Léonce Paquet : "Diogène"



O15882 Léonce Paquet : "Diogène"

"Diogène"

"Les Cyniques grecs"

Léonce Paquet

Université d’Ottawa

1975



DIOGENE



Né à Sinope.



Fils d’un banquier.



Quand celui-ci falsifie la monnaie, il doit s’exiler, avec son père.



Coupable comme lui.


Il dormait enveloppé dans son manteau.



Sans cité

Sans maison

Privé de patrie

Miséreux

Errant

Vivant au jour le jour



Un jeune homme se vante de la magnificence de son vêtement.

Il dit :

Ce garçon ne va-t-il pas cesser de mettre à son compte les mérites du mouton ?



Callisthène vante Alexandre.

Il dit :

Il est plutôt malheureux, lui qui déjeune et dîne quand il plaît à Alexandre.



Platon

--- Que penses-tu de Diogène ?

Il répond :

--- Socrate devenu fou.



Olympie ?

Pas mal de monde, mais peu d’hommes.



--- Quel profit as-tu retiré de la philosophie ?

--- De pouvoir être riche, sans avoir une seule obole.



--- D’où es-tu ?

--- Je suis citoyen du monde.



Quelqu’un lui présente son fils.

Très bien doué, et d’excellentes mœurs.

Il dit :

Mais alors, quel besoin a-t-il de moi ?



Toujours entrer par où on sort.


--- Quelle est la plus belle chose au monde ?

--- La liberté de langage.



Chaque jour, expose tes secrets à ta femme.



Les enfants doivent appartenir à tous.



Un géomètre le qualifie d’ignorant et d’inculte.

Il lui dit :

Reconnais avec moi que je n’ai pas appris ce que Chiron lui-même n’a pas enseigné à Achille, la géométrie.



Prompt aux réparties verbales.



Il supporta avec dignité d’être vendu comme esclave.



Il meurt à Corinthe le jour où Alexandre expirait à Babylone.



Je suis Diogène le chien

Le bâton,

La besace,

Le manteau doublé,

Voilà mon très léger bagage.

Je n’ai rien laissé sur terre.

Retour à la page d'accueil : ici