O15842
Denis Diderot : "Les bijoux indiscrets"



O15842 Denis Diderot : "Les bijoux indiscrets"

"Les bijoux indiscrets"

Denis Diderot

Booking International

1996



Elle badinait avec son époux ; ce qui parut singulier au sultan, car ils y avait plus de huit jours qu’ils étaient mariés.



Des vapeurs hystériques.

On dirait que chez les femmes elles viennent de la région inférieure.



Elles s’attendaient à tout moment que quelque bijou se mêlerait à la conversation.


Un amant qui déshonore par ses discours l’autel sur lequel il a sacrifié est une espèce d’impie qui ne mérite aucune croyance.



Nous parlons, nous hommes, par ailleurs que par la bouche.



Lorsque la bouche et le bijou d’une femme se contredisent, qui croire ?



Je ne me pique pas d’argumenter.

Je parle sentiment : c’est notre philosophie à nous autres femmes.


Les trois quarts des hommes et toutes les femmes ne sont que des automates.



Esprit et légèreté

Un sexe qui possède au souverain degré ces deux qualités.



La femme n’est qu’un animal.

En tournant l’anneau de Cucufa sur ma jument, je la fais parler comme une femme.



Diderot

1713-1784.



1748

Roman frivole.

Licencieux.

A clef.

La favorite, La Pompadour.

Le sultan, Louis XV.



Grâce à un anneau magique, ce dernier peut connaître les secrets galants de ses courtisanes...


Diderot en profite pour égratigner le Tout Paris de son époque.

En affirmant ensuite, contrit, qu’il a regretté de l’avoir publié...



Satire.

Allègre frivolité.

Libertinage.

Art de la dérision critique.

Truculence.

Retour à la page d'accueil : ici