O15777
Wikipédia : "Ignace Goldziher"



O15777 Wikipedia : "Ignace Goldziher"

"Ignace Goldziher"

Wikipédia



Ignác (Isaac Yehouda) Goldziher (Székesfehérvár, Hongrie, 22 juin 1850 — Budapest, 13 novembre 1921) est un spécialiste hongrois de l'islam. Goldziher est l'un des pères de l'orientalisme scientifique européen.



FORMATION INTELLECTUELLE



Né dans la première capitale des rois magyars, à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Budapest, d'une famille juive pieuse, Ignác Goldziher suit le cursus studiorum classique des études juives, en commençant la lecture de la Bible à 5 ans et celle du Talmud à 8 ans. À 12 ans il lit le Kuzari de Jéhuda Halévi et à 13 ans le Guide des Égarés de Maïmonide et c'est à cet âge qu'il apprend l'allemand. Parallèlement, il suit des études secondaires chez les Cisterciens, puis va étudier à Budapest au Lycée Protestant.
Avant même d'obtenir son baccalauréat, il entre à l'Université pour y commencer des études de persan et de turc sous le magistère de Ármin Vámbéry (1832-1913), avant de se rendre à Berlin pour y étudier l'hébreu, le turc, le persan et l'arabe. Il y est influencé par Friedrich Dieterici (en) (1821-1903) et Moritz Steinschneider(1816-1907). Il va ensuite à Leipzig où il passe son doctorat à l'âge de 20 ans, sous la direction de Heinrich Leberecht Fleischer (1801-1888). Il attire l'attention du Ministre de l'Éducation hongrois, le baron József Eötvös, qui le fait nommer privat-dozent à l'université de Budapest en 1872.
Afin de se préparer à une chaire professorale, Goldziher se rend à Vienne et à Leyde pour y étudier les collections de manuscrits arabes. Grâce à une bourse de l'état hongrois, il effectue un voyage en Orient de l'automne 1873 au printemps 1874, qui le conduit en Syrie, en Palestine et au Caire. Il s'étonne de pouvoir parler un arabe qu'il a appris de façon livresque.



VIE PROFESSIONNELLE



En revenant d'Orient, Goldziher apprend que la chaire professorale des langues sémitiques qui lui avait été promise est occupée par un prêtre catholique, placé là pour des raisons internes à l'épiscopat. Fait étonnant, il accepte pour vivre le poste de secrétaire général de la communauté israélite de Pest qu'il occupe à partir de janvier 1876, qu'il occupera pendant 30 ans. On peut s'étonner de voir Goldziher s'adonner à des tâches routinières et comptables pour lesquelles il n'est pas préparé, alors que, du fait de ses compétences, lui seront offerts plusieurs fois des postes universitaires prestigieux qu'il refusera. Goldziher a la charge des enfants orphelins de sa sœur et se trouve bon nombre de raisons pour endurer ce qu'il appelle lui-même son martyre. Selon toute vraisemblance, il n'a aucune confiance en ses compétences, bien qu'il fasse preuve d'un ego souvent surdimensionné. Toujours est-il que le contraste est surprenant entre la réputation internationale qu'il acquiert à l'étranger et sa situation effacée en Hongrie.
Goldziher est invité aux congrès de Leyde (1883), de Vienne (1886) et de Stockholm (1889), où le roi de Suède Oscar II lui offre la grande médaille d'or pour son travail.



ŒUVRE



Il est le premier à montrer le processus de fabrication des hadith, récits racontant les faits et gestes de Mahomet, et qui sont normatives à l’égal du Coran1.



BIBLIOGRAPHIE



Goldziher, Ignaz, Le Dogme et la Loi de l'Islam, Paris, librairie Paul Geuthner, 1920. Traduction française par Félix Arin de l'ouvrage paru en 1910 en allemand, 315 pages. Réimpression éditions de l’Éclat, 2003 avec une introduction de Louis Massignon2.
Goldziher, Ignaz, Sur l'islam : Origines de la théologie musulmane, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, 290 pages, (ISBN 2-220-05374-1). Recueil de textes écrits en français par Goldziher et rassemblés par Rémi Brague. La partie biographique de la présente notice est inspirée de l'introduction à cet ouvrage par Rémi Brague.

Retour à la page d'accueil : ici