O15713
André Schwarz-Bart : "L’étoile du matin"



O15713 Andre Schwarz-Bart : "L’etoile du matin"

"L’étoile du matin"

André Schwarz-Bart

Seuil

2009



Je suis frère de tous les hommes,

Lâche avec les héros,

Héros avec les lâches.



Je saute par-dessus toutes les frontières,

Les murs de toutes les prisons collectives.

Dans le temps et dans l’espace.



Tout cela, je voudrais le garder en moi.

Sans doute peu de chose, mais que j’aurais aimé donner.

Tant de travail pour rien.



Le peuple juif est condamné.

Un dieu inventé par le peuple juif.

Peut-être, à force de l’inventer, deviendra-t-il réel.



Le Kaddish

Non une réconciliation avec Die,

Mais une soumission, une réconciliation avec l’idée que le peuple juif se fait de Dieu.

Sans cela, le peuple juif est condamné.



On disait que les violons ont des ailes invisibles.

En tout cas, tous les anges jouent du violon.


Fragments de la synagogue de Worms,

Construite sur les traces infimes de la synagogue de Séville.



Tes serviteurs aiment tes pierres,

Ils chérissent ta poussière.



Préférer la consolation divine sans rabbin,

A un rabbin sans consolation divine.



Détruisez mon violon, mais ne jetez pas sur moi le herem.



En dehors de Pessah

--- Joue-moi Dayyenou.

--- Quel homme es-tu pour faire une pareille demande ?

--- Je suis un mendiant.

--- Dans ce cas, tu es le roi du shabbat.


Remonter le passé, jusqu’à voir la chaîne qui te relie à Adam.



Ta musique révélera toujours la gloire de Dieu.



Tu regardes des choses, et elles ne t’étouffent pas.


Un être tellement ordinaire…

Mais comme il joue du violon !

Il n’est peut-être pas si ordinaire que cela.



Violon.

Joie ancienne.



Des dons faits au tsadik ?

Faits à Dieu.


Dieu m’a condamné à briller,

D’un éclat impur,

Afin de donner aux pauvres Juifs abandonnés l’idée de sa gloire.

Et de leur rappeler qu’ils sont des princes.



Ton cœur s’illumine avec des candélabres d’argent,

Alors que le mien plonge dans la nuit.



Dieu a créé l’homme à son image ?

Je n’en crois rien.



Dieu a compassion de l’homme ?

Je n’en crois rien.



Souca

Symbole de l’errance des juifs dans le désert.



Périples d’errance.


Un chant qui retenait toute la beauté du monde.



Commission pour le tsadik mort, petits billets, pour qu’il les transmette à Dieu.



Le son du violon, tout le long de leur vie.


Rabi Nahman de Braslav

Le cœur le plus entier est le cœur brisé.



Mystères de la Tora, plutôt que la Tora.



Flûte brisée

Mais recollée.

Un son encore plus beau.



Deux catégories de Juifs

Quelle que soit leur étiquette, leur apparence.

Du pays de Juiverie.

Sans synagogue.

Moderniste, ou du pays de Juiverie.



Habits extérieurs de la foi.



Ce monde n’est pas bon

Tu devrais le refaire.



Nul n’est retiré de ta miséricorde.



Quand tu seras perdu, loin de Dieu et des hommes,

Prends une loupe et regarde les fleurs.


Toutes choses sont différentes.

Chaque brin d’herbe est unique.



Tu es moi, et je suis toi.

Voilà le grand secret.



Jérusalem est en toi.



Jérémie 31.20

Est-ce un fils chéri, un enfant choyé ?

Plus j’en parle, plus je veux me souvenir de lui.



La religion est comme un cercle à l’intérieur duquel tu te trouves.

Plus tu penses t’être éloigné de ton point de départ, et plus tu t’en rapproches.



Il avait la conviction qu’il avait été transformé en animal.



Juifs de gauche

Leur noblesse d’âme les retournait contre les leurs.



Noirs

Toujours chausser les lunettes d’autrui pour se regarder.

Autodénigrement.



Les gens mouraient sans comprendre, terrassés par l’absurde.



Epilogue



Un individu peut-il prendre le deuil de tout un peuple ?

Etrange folie de cet homme qui avait consacré sa vie à remplir des milliers de feuillets de son écriture, sans jamais pouvoir écrire le mot "Fin".

Retour à la page d'accueil : ici