O15711
Yahoo Actualités : "Le politiquement correct"



O15711 Yahoo Actualites : "Le politiquement correct"

"Le politiquement correct"

Yahoo Actualités

23-08-17



Le «politiquement correct» permet d'interroger constamment le sens -et le bien fondé- du vocabulaire employé pour désigner les minorités ou de leur représentation.



«Le politiquement correct, ça fait chier». Critiqué après des commentaires sexistes tenus à l'antenne pendant les Jeux olympiques de Sotchi en février 2014, l'ancien patineur Philippe Candeloro déplorait dans entretien au Monde, après une mise en garde du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), être le «bouc émissaire» des «gens coincés de la fesse».
«Mon franc-parler est ma marque de fabrique. Celui qui n'apprécie pas est libre de changer de chaîne, plutôt que d'essayer de me priver de ma liberté d'expression», justifiait encore le commentateur sportif de France Télévisions, allant jusqu'à regretter que «l'humanité régresse sérieusement.»
La raison? Il serait aujourd'hui impossible de s'exprimer librement -et avec franchise- sans qu'une horde de censeurs n'accoure pour taxer de sexisme, de racisme, d'homophobie ou d'antisémitisme le premier qui ose laisser filer la moindre plaisanterie un peu graveleuse sur les femmes, les noirs, les Roms, les homos ou les handicapés.
En France, Philippe Candeloro n'est pas le seul à s'indigner contre cette idéologie dominante des «bien-pensants» qui «édulcore» le langage et met en péril le devoir de vérité et la liberté d'expression. En politique, Nicolas Sarkozy en a fait l'un des thèmes de sa campagne perdue pour la primaire à droite en 2016. Et puis il y a évidemment ses célèbres pourfendeurs: les philosophes Michel Onfray et Alain Finkielkraut, l'éditorialiste Éric Zemmour ou l'écrivain Michel Houellebecq.
Lancé en 2007 par la polémiste Élisabeth Lévy, le magazine Causeur est pour sa part devenu l'antichambre de l'anti-politiquement correct où l'on peut débattre de tout et surtout (...)

Retour à la page d'accueil : ici