O15697
Robert Desnos : "Corps et biens"



O15697 Robert Desnos : "Corps et biens"

"Corps et biens"

Robert Desnos

Gallimard

1953



Quelque part, dans le monde, au pied d’un talus,
Un déserteur parlemente avec des sentinelles qui ne comprennent pas son langage.



Nous vous ferons pareils au vieil Israélite
Qui menait sa nation par les mers spleenétiques.

Et des juifs
Viendront vous demander le sens secret des rites.



Nul ne connaîtrait la magie des boules sans la bougie des mâles.



Et moi qui ne suis ni Ronsard ni Baudelaire,
Moi qui suis Robert Desnos et qui, pour t’avoir connue et aimée,
Les vaux bien.
Moi qui suis Robert Desnos pour t’aimer,
Et qui ne veux pas attacher d’autre réputation à ma mémoire sur la terre méprisable.



Celle que j’aime ne m’écoute pas
Celle que j’aime ne m’entend pas
Celle que j’aime ne me répond pas.



Et toi jamais d’autre que toi.



Buvons joyeusement ! chantons jusqu’à l’ivresse !
Nos mains ensanglantées aux tessons des bouteilles
Demain ne pourront plus étreindre nos maîtresses
Les verrous sont poussés au pays des merveilles.



1900-1945.



DEUIL POUR DEUIL



1930

Se sépare d’André Breton et de ses disciples.

Ecrit dans un pamphlet

Le surréalisme est tombé dans le domaine public, à la disposition des hérésiarques, des schismatiques et des athées…



1944

Fait partie d’un réseau de résistance.

Est arrêté, un matin de février, par la Gestapo.

Il part bientôt pour le camp de Buchenwald.



1945

Au camp de Trézène, en Tchécoslovaquie, que les SS ont abandonné à l’arrivée des forces alliées, Robert Desnos, malgré les soins qui lui sont donnés, meurt d’épuisement, âgé de 45 ans.

Retour à la page d'accueil : ici